"Pilate l'interrogea: Toi, tu es le roi des
Juifs ? Et répondant, il lui dit: Tu le dis."

Marc 15:2

 

 

 

 

Les historiens s'arrachent les cheveux depuis toujours à propos du mari d'Hérodiade. Soit on s'accorde avec Flavius Josèphe et ce mari serait Hérode, fils de Mariamme II, elle-même fille du grand-prêtre Simon Boéthus (Hérode dont Flavius Josèphe n'a JAMAIS et NULLE PART écrit qu'il s'appelait Philippe, malgré ce qu'affirment certains historiens peu regardants: il le nomme toujours seulement "Hérode"). Soit on croit les évangiles et ce mari serait Philippe le tétrarque, fils de Cléopâtre de Jérusalem.

Mais les historiens martèlent que ce mari ne peut pas être Philippe le tétrarque car il mourût sans enfants; or, d'après les évangiles, Hérodiade et son mari avaient au moins une fille, celle qui demanda la tête de Jean-Baptiste à Hérode Antipas.

J'ai une solution toute simple à cet imbroglio qui dure depuis des siècles: dans les AJ XVIII-108 de Flavius Josèphe, on lit que Philippe mourût sans enfants et que c'est à cause de cela précisément que Tibère annexa sa tétrarchie à la Syrie. Donc ma solution est que Philippe mourût sans enfant capable d'hériter de sa tétrarchie, c'est-à-dire qu'il mourût sans ENFANT MÂLE. Donc il pouvait avoir une fille, et même plusieurs: dans la version slavonique de Guerre, il a même quatre enfants (je pense personnellement que ces enfants peuvent être les quatre filles prophétesses de l'évangéliste Philippe, voir Actes 21:9).

***

Si donc Hérodiade a épousé Philippe le tétrarque, alors je pense très sérieusement que c'est sa soeur qui a épousé cet Hérode, fils de Mariamme II. Et cette soeur d'Hérodiade, Mariamme III, mes lecteurs fidèles savent depuis longtemps que je pense qu'elle était la Marie-Madeleine historique.

Quant à son époux, cet "Hérode", fils de Mariamme II et petit-fils du grand-prêtre Simon Boéthus, je pense qu'il s'appelait Simon comme son grand-père et qu'il était historiquement "Jésus".

Et qu'il était le prince le plus légitime pour être "ROI DES JUIFS"!
Comme on le voit ci-dessous:

"Hérode envoya Antipater chargé de présents considérables et d'un testament où il désignait comme son successeur au trône Antipater; pour le cas où celui-ci mourrait avant lui [et ce fut le cas de la décision même d'Hérode le Grand, note de moi], Hérode, le fils qu'il avait eu de la fille du grand-prêtre." (AJ XVII-53)

"On accusait aussi la fille du grand-prêtre, femme du roi, d'avoir reçu la confidence de tout ce complot et d'avoir voulu le cacher; pour cette raison Hérode la répudia et raya son fils du testament qui le désignait pour REGNER [souligné par moi]; il dépouilla aussi son beau-père Simon, fils de Boéthos, du grand-pontificat." (AJ XVII-78)

On voit que cet Hérode aurait été le successeur LEGITIME au trône du roi Hérode le Grand, avant ces trois déchéances: épouse, fils héritier et grand-prêtre du Temple (rien que ça). Doit-on s'étonner ensuite que cet Hérode revienne revendiquer le titre de "Roi des Juifs" en la personne de Jésus (Simon) ? Et doit-on s'étonner que certains Juifs, notamment ceux qui étaient à la solde des autres fils d'Hérode et notamment d'Antipas, veuillent le faire mourir ?

***

Sa mère se nommait Mariamme, et la mère de Jésus s'appelle Marie, ce qui correspond. Cette Mariamme II, épouse du roi Hérode le Grand, était appelée Mariamme d'Alexandrie. Or Marie mère de Jésus fuit en Egypte. Ce qui correspond. Et d'ailleurs pourquoi fuit-elle, si ce n'est parce qu'elle a été répudiée, et qu'elle et son fils Hérode sont très certainement en danger de mort (les autres fils d'Hérode revendiquant le trône encore tiède d'Hérode le Grand) ?

Ensuite, on me dira que les âges ne correspondent pas car cet Hérode-Jésus serait forcément né bien avant les dates de naissance attribuées ordinairement à Jésus. Mais il y a ces indications précises, dans l'évangile selon Jean (dont on sait qu'il (elle) écrit souvent à deux niveaux de lecture différents):

"Les Juifs dirent donc: ce temple a été bâti en quarante six ans et toi, tu le relèveras en trois jours! Mais lui parlait du temple de son corps." (Jean 2:20-21)

Et trois ans plus tard, à la fin de son ministère:

"Les Juifs donc lui dirent: tu n'as pas encore cinquante ans et tu dis que tu as vu Abraham!" (Jean 8:57)

Si Jésus a effectivement 46 ans au début de son ministère et 49 ans à la fin, alors il peut tout à fait être un fils de Mariamme II et d'Hérode le Grand, fils qui serait donc né vers -17 et qui se serait mystérieusement évanoui dans la nature vers 6-5 avant JC (légature de Varus), quand Hérode répudie sa mère et le déshérite! C'est-à-dire exactement à l'âge de 12 ans, comme Jésus.

Enfin, quand Marie va porter Jésus au Temple, à sa naissance, c'est un certain Siméon qui le reçoit dans ses bras. Quoi de plus normal s'il s'agit de son petit-fils ? Sans parler du fait que ce Siméon était très certainement un Essénien (qui attendait le Salut, voir Luc 2:25) et les Boéthusiens étaient proches des Esséniens.

Toute critique et tout approfondissement de ceci sont bienvenus, si étayés par des références. Merci!

 

 

 

 

 

 

 

"Elle ne savait pas
que c'était Jésus."

Jean 20:14

 

 

 

"Le Père lui a envoyé du ciel son mari, qui est son frère premier-né. Alors l'époux descendit vers l'épouse. Elle quitta sa prostitution première, elle se purifia des souillures des amants adultères et se renouvela dans l'état d'épousée. Elle se purifia dans la chambre nuptiale, elle la remplit de parfum; elle s'y assit en guettant l'époux véritable. Elle ne court plus sur la place publique, s'unissant à qui elle veut, mais elle est restée à guetter le jour où il viendra, en le redoutant car elle ne connaissait pas son aspect."

 

L'exégèse de l'âme

 

 

 

 

"Jésus lui dit: Mariam!
Convertie, elle lui dit
en hébreu: Rabbouni!"

Jean 20:16

 

 

 

 

"Si quelqu'un m'aime, il gardera
ma parole et mon Père l'aimera.
Et nous viendrons à lui, et nous
ferons notre demeure chez lui."

Jean 14:23

 

 

 

 

 

 

 

 

"Quand l'amour vous fait signe, suivez-le. 
Bien que ses voies soient dures et rudes. 
Et quand ses ailes vous enveloppent, cédez-lui. 
Bien que la lame cachée parmi ses plumes puisse vous blesser. 
Et quand il vous parle, croyez en lui. 
Bien que sa voix puisse briser vos rêves

comme le vent du nord dévaste vos jardins. 
 

 

Car de même que l'amour vous couronne, il doit vous crucifier. 
De même qu'il vous fait croître, il vous élague. 
De même qu'il s'élève à votre hauteur et caresse vos branches les plus

délicates qui frémissent au soleil, 
Ainsi il descendra jusqu'à vos racines et secouera leur emprise à la terre. 
 

 

Comme des gerbes de blé, il vous rassemble en lui. 
Il vous bat pour vous mettre à nu. 
Il vous tamise pour vous libérer de votre écorce. 
Il vous broie jusqu'à la blancheur. 
Il vous pétrit jusqu'à vous rendre souple. 
Et alors il vous expose à son feu sacré, afin que vous puissiez devenir
le pain sacré du festin sacré de Dieu."

Khalil Gibran

 

 

 

 

 

 

 

"Si le Sauveur l'a rendue digne,
qui es-tu toi pour la rejeter ?"

Evangile selon Marie

 

 

 

 

"De ce nombre heureux de vos suivants et disciples (auquel elle entre dès à présent), j'en vois plusieurs éminents en plusieurs grâces, mais entre eux saint Jean est seul qui porte le nom de votre bien-aimé; et toutefois il ne se lit pas que vous lui ayez permis autre faveur que de reposer une fois et en un lieu retiré sur votre sacrée poitrine. Si nous savons bien recueillir et remarquer les traits de votre grâce marqués dans l'Evangile, nous trouverons à mon avis que les privilèges d'amour conférés à Madeleine sont plus grands, sont plus fréquents et sont plus évidents et publics, et (si je ne me trompe dans le discernement de votre esprit et de vos grâces) il me semble que ce disciple bien-aimé a tiré de vous plus de lumière et Madeleine plus d'amour; et lui-même nous apprend aussi qu'elle est plus attachée à vous et à votre sépulcre que non pas lui, et que c'est d'elle que lui et les autres apôtres ont appris les premières nouvelles de votre gloire, l'excès de votre amour vous ayant porté à apparoir à elle avant que de paraître ni à lui ni à tous les autres ensemble. Comme si vous vouliez, en chacun de vos états différents, laisser des marques de faveurs envers cette âme sainte, en la vie, en la croix, en la mort, après la mort et en l'état même de votre gloire, et partout rendre cette bien-aimée disciple éminente et signalée entre tous vos disciples."

 

Pierre de Bérulle

 

 

 

 

 

 

 

"Or, près de la croix de Jésus se tenaient sa
mère et la soeur de sa mère, [deux points:]
Marie de Clopas et Marie la Madeleine.

 

 

Jésus donc voyant sa mère et le disciple
qu'il aimait situé à côté, dit à sa mère:
« Femme, voici ton fils. »"

Jean 19:25-26

 

 

 

 

 

 

 

"Saint Grégoire de Tours témoigne,
comme saint Modeste, que le corps
de Sainte Madeleine était à Ephèse."

Sanctuaires d'Orient

 

 

 

 

"Les "Monuments inédits sur l'apostolat de sainte Marie-Madeleine en Provence et les autres apôtres de cette contrée" ruinent de fond en comble toutes les notions prises de Grégoire de Tours et de Sulpice-Sévère, détruisent toute la critique des trois derniers siècles, rappellent les légendes apocryphes que les évêques avaient généralement cru devoir supprimer, et replacent toute l'origine historique de l'Eglise des Gaules sur les fondements admis comme traditionnels par les XIe et XIIe siècles."

 

Origines chrétiennes de la Gaule

 

 

 

 

 

 

 

"Or l'un de ses disciples, que
Jésus aimait (êgapa), était à
table dans le sein de Jésus."

Jean 13:23

 


"Elle court donc, et vient vers
Simon Pierre et l'autre disciple
que Jésus aimait (ephilei) …"

Jean 20:2

 

 

 

 

 

 

 

"Lors de sa venue, il confondra
le monde en matière de péché,
de justice et de jugement."


"De jugement, parce que le chef
[archôn] de ce monde est jugé."

Jean 16:8-11

 

 

 

 

 

"Qu'il est grand, en effet, l'aveuglement de ceux qui lisent et ne l'ont pas reconnu! Et il a dit: "Je suis le Dieu jaloux, je reporterai les péchés des pères sur les fils jusqu'à trois et quatre générations". Et il a dit: "Je leur ferai épaissir le coeur et je leur rendrai l'intellect aveugle afin qu'ils n'aient pas l'intelligence ni ne comprennent ce qui est dit"."



Le Témoignage véritable

 

 

 

 

 

 

 

"Le deuxième [luminaire], Oroïael,
le lieu du Grand Seth et de Jésus
le Vivant, celui qui vint et crucifia
ce qui est soumis à la Loi."

Le Grand Esprit invisible

 

 

 

 

"Non, personne, qui se soumette à la Loi, ne pourra élever son regard vers la Vérité car il n'y a pas moyen de servir deux maîtres. En effet, la souillure de la Loi est manifeste, alors que l'absence de souillure ne relève que de la Lumière."

 

Le Témoignage Véritable

 

 

 

"Il a ouvert les portes des cieux par ses paroles. Et il a fait honte à celui qui règne sur l'Hadès. Il a ressuscité les morts et anéanti sa seigneurie. Sa parole a aboli la Loi de l'éon. Il provient du Logos de la Puissance de la vie et il a triomphé du commandement des archontes."

 

La Grande Puissance

 

 

 

 

 

 

 

"La Loi et les prophètes jusque Jean;
depuis lors, le Royaume de Dieu est
annoncé et chacun force pour entrer."


"Or, il est plus facile de dépasser
le ciel et la terre que de renverser
un caractère de la Loi."

Luc 16:16-17

 

 

 

 

"L'immense désir des choses éternelles est la force par laquelle je tends toujours plus haut, et qui me fait dépasser le ciel et la terre… Je comprends que je ne dépends pas de l'air et du soleil, ni d'aucune chose périssable, mais des choses immortelles… C'est la plus grande preuve que l'âme est divine."

 

 

Tommaso Campanella

 

 

 

 

 

 

 

Marie dit: "Dis-moi, Seigneur,
pourquoi suis-je venue ici-bas,
est-ce pour trouver un profit
ou souffrir une perte ?"


Le Seigneur dit: "C'est l'abondance
du révélateur que tu manifestes."

Dialogue du Sauveur

 

 

 

 

"La Vérité t'a mise en réserve, parce qu'elle sait qu'elle a besoin de toi. Accepte de vivre, malgré les mépris, les railleries et l'indifférence, car tu représentes la faculté éternelle et méconnue d'atteindre l'invisible, de nous le rendre familier et de nous unir à lui. Tu nous apprends l'insuffisance des philosophies rationnelles, tu donnes la main aux mystiques, tu consacres la valeur de l'intuition des lucides, tu nous disposes à regarder comme un trésor la sagesse des enfants et des femmes.

Aérolithe, chrysalide, rose de Jéricho, je te nomme de tous les plus beaux noms que j'emprunte aux trois règnes: aérolithe, puisque tu viens des nues, chrysalide, car je pense qu'après ce long sommeil tu vas redevenir ardemment vivante et t'élever, sur deux ailes hardies, rose de Jéricho, desséchée, perdue d'apparence. Ô branche morte sur l'arbre de la connaissance, tu reverdiras !"

 

La Sibylle

 

 

 

 

"Au cap de 700 ans,
le laurier reverdira."

Bélibaste, 1309

 

 

 

 

 

 

 

"Les sibylles furent considérées comme
des émanations de la Sagesse divine,
aussi vieilles que le monde, et dépositaires
de la révélation primitive: elles seraient à
ce titre le symbole même de la révélation."

La Sibylle

 

 

 

 

 

 

 

 

"A book stood upright on her lap.

She reads in the Books
of Truth and rouses all
worlds from their sleep."

 

The story of Miryai

 

 

 

 

 

 

 

"C'est Lui qui est la source d'eau
vive, la lumière pleine de pureté."

 

Apocryphon de Jean

 

 

 

 

 

 

 

"C'est moi la fiancée et le
fiancé, et c'est mon mari
qui m'a engendrée."

 

Le Tonnerre

 

 

 

 

 

 

 

"Vous, vous êtes du père le diable
et vous voulez faire les désirs de
votre père. Celui-là était homicide
dès le commencement."

Jean 8:44

 

 

 

 

"L'importance du vêtement est implicitement indiquée par les premiers chapitres de la Genèse. Adam, après le péché, s'aperçoit qu'il est nu: le péché l'a dépouillé. C'est donc qu'auparavant il était vêtu; suivant la mystique hébraïque, qui probablement date du judaïsme, c'est-à-dire de l'époque où furent écrits ces chapitres, Adam avant le péché n'était pas nu: il était vêtu, mais vêtu de lumière, vêtu de cette splendeur et de cette gloire dont la grâce ornera l'homme - vêtu de cette robe nuptiale avec laquelle il convient de se présenter devant le Seigneur.

Après le péché, Adam reconnaît qu'il est nu, privé de ce vêtement de lumière. Dieu, alors, couvre cette nudité, mais pas avec un vêtement de gloire: plutôt avec un vêtement de mortalité, d'humiliation, de peine. « Il vêtit Adam de peaux mortes », dit la Genèse. D'après les Pères de l'Église, ces peaux mortes sont précisément le signe de la mortalité, de la corruption à laquelle l'homme est soumis après le péché. L'homme est revêtu de mort, non de gloire ni de lumière, mais de ténèbres et de lamentations."

 

Le vêtement de gloire

 

 

marie-madeleine - dans Hirsute
commenter cet article

Présentation

Introduction

 

"C'est moi la fiancée
et le fiancé et c'est mon
mari qui m'a engendrée;
la mère de mon père

et la soeur de mon mari
et c'est lui mon rejeton."

Le Tonnerre

 

Nag Hammadi


Rechercher

Contact