"Au milieu de son immense solitude, dans la vaste étendue de son abandon, elle riait de temps en temps, au souvenir qu'elle avait vu le Christ: de la joie de son sourire rayonna la lumière. Pourquoi ce bienfait de la Providence qui la forçait à sourire ? Etait-ce pour que l'homme ne vécût pas toujours ici-bas dans les ténèbres ? Ne t'étonne pas que de sa joie ait jailli pour le monde un élément si lumineux, puisque de sa tristesse est émané pour le monde un agent si nécessaire. O rire qui illumine! ô larme qui arrose! Achamoth cependant avait là un remède à l'horreur de sa retraite. Toutes les fois qu'elle voulait en dissiper l'obscurité, elle n'avait qu'à sourire, ne fût-ce même que pour ne pas invoquer ceux qui l'avaient abandonnée."

 

Tertullien contre Valentin

 

 

 

 

 

 

 

"Notre Père qui es aux cieux"... et tout est abîmé d'avance, dans la psyché de celui ou celle qui dit ces mots. Car Notre Père ce n'est pas aussi Notre Mère et aux cieux ce n'est pas aussi sur terre, tout près de nous, dans nos coeurs d'humains...

Ce blog est là pour re-familiariser avec la tendresse de notre Mère, cette lumière divine aimante, consolatrice, réparatrice: la Shekhinah. Cette lumière dans laquelle se retrouvent soudain en train de baigner ceux et celles qui vivent une NDE et qui rencontrent son amour inouï. Celle qui est là, tout le temps, partout: Celle qui manifeste Celui qui n'est pas manifesté, qui le révèle à Lui-même. Celle dans laquelle Dieu se trouve, dans tous les sens du terme.

Celle qui dissout la peur quand on la reconnaît, quand on la retrouve enfin, celle qui donne envie de vivre comme un enfant dans un amour qui ne juge pas, qui laisse patiemment grandir, celle qui ôte - réellement - les obstacles et la souffrance sur le chemin de ceux qui ont foi en elle, qui cherchent Dieu. Celle qui enveloppe de lumière protectrice, incorruptible, celle qui porte, qui élève, celle enfin qui nous ramène à la Source, unifiés.

Il y a la spiritualité masculine de la terre: la philosophie.
Il y a la spiritualité féminine de la terre: les déesses-mères.
Il y a la spiritualité masculine du ciel: les religions patriarcales.
Il manque toujours la spiritualité féminine du ciel: la S
ophia...

 

 

 

 

 

 

"Est « monachos » tout homme qui,
parvenu à l'unité, épouse la Sophia."

Puer aeternus

 

 

 

"Lady Wisdom is portrayed as a teacher,
bride, sister, savior, mother, and beloved,
who actively invites men to accept her."


A Biblical Sophia Christology

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Le Seigneur m'a engendrée, prémice de son activité,
prélude à ses oeuvres anciennes.
J'ai été sacrée depuis toujours, dès les origines,
dès les premiers temps de la terre.
Quand les abîmes n'étaient pas, j'ai été enfantée,
quand n'étaient pas les sources profondes des eaux.
Avant que n'aient surgi les montagnes,
avant les collines, j'ai été enfantée,
alors qu'Il n'avait pas encore fait la terre et les espaces
ni l'ensemble des molécules du monde.

Quand Il affermit les cieux, moi, j'étais là,
quand Il grava un cercle face à l'abîme,
quand Il condensa les masses nuageuses en haut
et quand les sources de l'abîme montraient leur violence;
quand Il assigna son décret à la mer
- et les eaux n'y contreviennent pas -
quand Il traça les fondements de la terre.

Je fus maître d'oeuvre à son côté,
objet de ses délices chaque jour,
jouant en sa présence en tout temps,
jouant dans son univers terrestre
et je trouve mes délices parmi les hommes.

Et maintenant, fils, écoutez-moi.
Heureux ceux qui gardent mes voies!"

Livre des Proverbes

 

 

 

 

 

 

 

"En égyptien, Anokh, Ankh (ou Anok) signifie "la vie" mais aussi "je suis".
Ainsi Anokh a donné le copte Anokh, ainsi que l'hébreu biblique Anokhy,
inscrit dans le premier commandement du Décalogue (Je suis Dieu)."

Les secrets de la Bible

 

 

 

 

 

 

 

"ANoKhY, en hébreu, est l'acronyme

de Ana Nafchi Katvit Yavit, qui signifie

en araméen: "Moi, Mon âme,

Je l'ai écrite, Je l'ai donnée."

La mystique hébraïque

 

 

 

 

 

 

 

"En attendant, il faut savoir que Sophia est aussi surnommée Terre et Mère, comme qui dirait Terre-Mère, et, chose plus ridicule encore, Esprit saint. Ils ont accordé à cet être femelle tous les honneurs, la barbe aussi sans doute, pour ne rien dire de plus."

 

Tertullien contre Valentin

 

 

 

 

 

 

 

"C'est du mot Mêté et de celui de baphé, baptême, que s'est formé le nom de baphomet, qui signifie baptême de l'esprit, et qui a rapport au baptême de feu des anciens gnostiques. La Mêté est représentée sur ces idoles, conformément aux idées des gnostiques, et particulièrement à celles des ophites, sous une figure humaine, réunissant les attributs des deux sexes; elle est accompagnée de la croix tronquée ou de la clef de vie et du Nil des anciens Egyptiens qui ressemble à un T."

 

Le mystère des Templiers

 

 

 

"She holds in her hand
the staff of Life's water"

The Breach with Judaism

 

 

 

 

 

 

 

"Au commencement était la Sagesse
et la Sagesse était avec Dieu
et la Sagesse était Dieu."



 "Toi, tu as vu, au commencement,
que le Préexistant réel est un Non-être.
Et, de lui et par lui, tu as préexisté

éternellement, ô Non-être!

Les trois stèles de Seth



 
"Hokhmah est le royaume du Spirituel absolu qui

manifeste l'Essence. C'est Hokhmah qui donne

forme à la puissance latente et dormante

de Kether et c'est pourquoi c'est en elle

que le « Je » devient « Je suis »."

Hokhmah

 

 

 

 

 

 

 

"Et parmi les anges, je me suis manifesté sous leur apparence
et parmi les puissances, comme si j'étais l'un d'entre eux,
et parmi les fils de l'homme, comme si j'étais un fils de l'homme,
alors que j'étais père de chacun. Je me suis cachée en tous ceux-là,
jusqu'à ce que je me manifeste en mes membres, qui sont miens.

Et ils ne m'ont pas connue, ceux qui veillent sur leurs demeures.
Moi, en effet, je suis insaisissable, ainsi que ma semence.
Et ma semence à moi, je l'introduirai dans la lumière sainte,
en un silence incompréhensible. Amen !"

Prôtennoia trimorphe

 

 

 

 

 

 

 

 

"Elle est la Mère-Père, l'Homme primordial,

l'Esprit Saint, le triple mâle, la triple puissance,

le triple nom androgyne, l'Éon éternel parmi

les éons invisibles et la première à être sortie."

Le Livre des secrets de Jean

 

 

 

 

 

 

"Rememberest thou not, Miryai,
that the Torah lay on thy lap ?"

The breach with Judaism

 

 

 

 

"This is the Hall of Wisdom. No one can reveal it, no one can hide it. Like a flower it must grow and bloom in thy soul. If thou wouldst plant the seed of this flower in thy soul, learn to discern the real from the false. Listen only to the Voice that is soundless... Look only on that which is invisible, and remember that, in thee thyself, is the Temple and the gate to it, and the mystery, and the initiation."

 

The High Priestess

 

 

 

 

 

 

 

"Ses mains sur ses seins nus

se crispent décharnées;
son oeil lugubre songe, ivre d'obscurité;
ce spectre balbutie avec autorité.
On dirait qu'elle fait la lecture éperdue
d'un mystérieux livre ouvert dans l'étendue.
Parfois elle s'arrête en disant : Je ne puis.

En ce moment, au fond de sa grotte, affreux puits
plein de l'effarement des visions occultes,
ce sont les fondateurs de dogmes et de cultes
et de religions que son regard poursuit.
Il semble qu'elle parle, à travers l'âpre nuit,
à ceux qui cherchent Dieu

pour le montrer aux hommes."

La Sibylle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Cette Gloire de la Shekinah, cette Lumière qui signale la Présence de Dieu et dans laquelle l'univers vivant est révélé, est toujours féminine pour l'ancien voyant. Elle est l'Eurydice de l'Orphisme. Elle est la reine de l'Océan de Lumière d'Enoch. Elle est l'Egyptienne Isis. Elle est Ishtar des Etoiles, la Fiancée, la Lumière, avec laquelle l'Inconnaissable s'est marié à l'aube de la création et de la joie de cette union l'univers spirituel est né, vit et brille comme un Saint Enfant. Dieu et la Shekinah (et toutes choses inclues) sont un et indissolubles."

 

La gloire de la Shekinah

 

 

 




 

 

 

 

 

"Le salut se réalise en effet à la faveur de la triple descente vers
les siens d'une entité à la fois féminine et androgyne qui se définit
elle-même comme "la Pensée du Père", c'est-à-dire de l'Invisible."

D'Hécate à la Prôtennoia

 

 

 

"Eradicating the Goddess proved to be an impossible task. She survived in myriads of forms in popular belief, veiled as Mary or christian saints. The Virgin Mary occupied a much less powerful position in church doctrine and scriptures than the old pagan Goddess. Folk tradition is another story: there devotion shifted to Mary from the old goddesses and persisted over centuries as new ethnicities entered christendom. Due to this popular pressure and the role it played in the clergy's conversion strategy, Mary escaped the degradation that Gnostic christians ended up heaping on Sophia, and the stigma that theologians cast over Eve. Catholicism ended up absorbing goddess traditions over the centuries, through progressive engorgements, while Gnosticism gradually shed them.

But the story of Sophia does not end there. Her Greek worshippers succeeded in assimilating her to Orthodox christianity, as Hagia Sophia. The greatest cathedral of the Byzantines was raised in honor of this "Holy Wisdom", supported by the great porphyry pillars taken from the Ephesian temple of Artemis. The early Orthodox Greeks regarded Hagia Sophia as a female member of the Trinity, the "Holy Spirit". This strand persisted in Orthodox Christian mysticism, and is still a force in Russian spirituality. Western Christian feminists have also reclaimed it in recent decades.

This title of "Holy Spirit" also belonged to Ruha d'Qudsha, the goddess of the Iraqi Mandaeans. She had been demonized by the Christian era, but she is an Aramaean analogue to the Hebrew Shekhinah: compare Biblical ruach, "spirit", and qadoshah, "holy", and remember, too, the ancient Canaanite-Egyptian goddess QDSU or Qudsha. The Aramaean goddess undergoes the same debasement in Syria and northern Iraq as Sophia had in the eastern Mediterranean. Ruha d'Qudsha, as mother of the seven "evil" planets and zodiac spirits, is another fallen, or rather toppled, goddess. She is called deficient and defective, and must be uplifted and guided by the Father."

 

Khokhmah and Sophia

 

 

 

 

 

 

 

La Tour de Noun

 

 

 

 

 

 

 

"Sagesse a bâti sa maison, elle a taillé ses

sept colonnes, elle a tué ses bêtes, elle a

mêlé son vin et même elle a dressé sa table.
Elle a envoyé ses servantes, elle a crié
son invitation sur les hauteurs de la ville:
"Y a-t-il un homme simple ? Qu'il vienne

par ici!" A qui est dénué de sens elle dit:

"Allez, mangez de mon pain,
buvez du vin que j'ai mêlé."

Proverbes 9

 

 

 

"Veillez à ce que personne ne vous

égare en disant: "Le voici" ou "Le voilà"

car c'est à l'intérieur de vous qu'est le

Fils de l'Homme. Suivez-le. Ceux qui

le chercheront, le trouveront." 

Evangile selon Marie

 

 

Présentation

Introduction

 

"C'est moi la Fiancée, et
le Fiancé c'est mon mari
qui m'a engendrée; c'est
moi la mère de mon père
et la soeur de mon mari
et c'est lui mon rejeton."

Le Tonnerre

 

Nag Hammadi


Rechercher

Contact