"Femme, voici ton fils."

Jean 19:26

 

 

 

 

 

 

 

Sagesse pour Dieu,
Folie pour le monde.

 

 

 




 

 

 

 

 

"De ces larmes sacrées naquit l'élément humide.
De cette tristesse auguste sortit la matière."

Sophia Achamoth

 

 

 

 

"C'est ainsi que s'expliquent, disent-ils, l'origine et l'essence de la matière dont est formé ce monde: de la conversion est issue toute l'âme du monde et du Démiurge, tandis que de la crainte et de la tristesse est dérivé tout le reste. En effet, des larmes d'Achamoth provient toute l'humide substance; de son rire, la substance lumineuse; de sa tristesse et de son saisissement, les éléments corporels du monde. Tantôt, en effet, elle pleurait et s'attristait, comme ils disent, de ce qu'elle avait été abandonnée, seule, dans les ténèbres et le vide; tantôt, au souvenir de la Lumière qui l'avait abandonnée, elle se détendait et riait; tantôt encore, elle était prise de crainte; tantôt enfin, elle éprouvait angoisse et égarement."

 

Contre les hérésies

 

 

 

 

 

 

 

"Celle qui fait sortir les présents 

des profondeurs"

Pandore

 

 

 

"Le nom de Pandore lui-même peut être interprété de plusieurs façons: il est l'expression de la passivité s'il est compris comme "la bien dotée", celle qui a obtenu ses dons des dieux; à l'opposé il peut être l'expression de l'activité s'il est traduit par "celle qui donne tout", "celle qui abonde", rappelant alors le surnom de la Grande Déesse et la symbolique de la jarre. Pour Tranquillus, Pandore est celle qui se donne à tous, c'est-à-dire, non pas la sainte mère, mais bien au contraire la putain."

 

Pandore, mère de l'humanité

 

 

 

 

 

 

 

"C'est la résurrection d'entre les morts,
c'est le rachat de l'emprisonnement,
c'est l'ascension pour monter au ciel,
c'est le chemin pour monter au Père."

L'exégèse de l'âme

 

 

 

 

 

 

 

"Mon Dieu, pourquoi
m'as-tu abandonné ?"

Matthieu 27:46

 

 

 

"Or quand Adam fut achevé, son créateur l'abandonna comme un vase inerte car il avait pris forme tel un avorton, dépourvu d'esprit. A ce propos, quand le grand Archonte se souvint de la parole de Foi, il craignit que l'Homme véritable n'entrât dans la créature qu'il avait façonnée et ne la dominât. C'est pourquoi il laissa sa créature quarante jours sans âme ; il se retira et l'abandonna."

 

 

 

 

"Le premier jour de la semaine,
Marie de Magdala vient de
bonne heure au tombeau.
"

Jean 20:1

 

 

 

"Après le jour du repos, Sagesse envoya Vie, sa fille appelée Eve, comme instruc- trice pour qu'elle fît se lever Adam - celui qui est sans âme - afin que ceux qu'il engendrerait devinssent des réceptacles pour la lumière.

Quand Eve vit sa co-ressemblance gisante, elle en eut pitié et dit: « Adam, sois vivant, dresse-toi sur le sol. » Sa parole se réalisa sur-le-champ et Adam, s'étant levé, ouvrit aussitôt les yeux. L'ayant aperçue, il dit: « Toi, on t'appellera "mère des vivants" car c'est toi qui m'as donné la vie. »"



  L'Ecrit sans titre

 

 

 

 

 

 

 

"Ma mère véritable
m'a donné la vie."

Logion 101

 

 

 

 

 

 

Les signes de croix

 

 

 

 

"Ba-u, the Ishtar of the Girsu trinity,
is called sha-mu, my beloved."

La bien-aimée

 

 

 

"Comme le dieu Orient quand il se lève sur le pays de Lagash, telle la déesse Bau s'avança vers son compagnon de lit. Comme une épouse fidèle, à l'époux de la maison elle apporta ses dons. A son compagnon de lit, dans l'exercice de sa paternité, comme le produit de ses lamentations, elle présenta de l'eau du Tigre. Auprès de son oreille, elle se coucha. La dame, fille d'Anu le pur, était semblable à une plante fertile, qui produit du bon vin rouge; elle était semblable, dans sa douleur déchirante, au soleil qui se couche. Quand la déesse Bau se coucha auprès de son compagnon de nuit, le pays de Lagash se trouva comme au milieu d'une inondation d'abondance."

 

Le lit du sacrifice

 

 

 

 

 

 

 

"La déesse Bau est appelée
l'eninnu, la terre des dieux,
le temple de la sagesse.

Elle porte Dieu, l'arbre de vie, an, dans son
sein. Et cette vie divine, elle en communique
la surabondance aux hommes, comme le
montre le symbole du vase Nidaba."


Le vase Nidaba

 

 

 

 

 

 

 

 

"Holy messenger who brings
the tablet of life down from
the interior of heaven."

A hymn to Bau

 

 

 

"Implore mon dieu serviteur, et la sagesse te suivra.
Mais si tu implores mon premier-né, la sagesse te
précédera. Tout il te révélera, tout je lui révélerai."

 

 

 

""Je n'ai pas de mère; ma mère, c'est moi, la fille. Je n'ai pas de père; mon père, c'est moi, la fille. Ce qui émane de moi, c'est l'esprit, dont l'expression est la parole qui rentre, quand elle est prononcée, dans son néant." Cette phrase, dont la traduction est absolument incontestable, expose l'Aditi indien, dont le Rig-Véda dit qu'il est à la fois, la mère, le père, et le fils, l'enfant et la génération. Baü se dit "la déesse du Vide immense" et dispensatrice de la vie, et ailleurs, à une époque plus moderne, elle passe pour la déesse de la vie et de la mort."

 

La déesse Bau

 

 

 

La grotte de Madeleine

 

 

 

 

 

 

"C'est là ce que j'annonce, moi qui, poussée
par l'aiguillon divin, ai quitté les grandes
murailles babyloniennes de l'Assyrie.
"

Le monothéisme sibyllin

 

 

 

 

"Ce sont ici les oracles du Grand Dieu, de Celui que les mains des hommes n'ont pas fabriqué, et qui ne ressemble pas aux muettes images taillées dans la pierre. Il n'a pas pour demeure la pierre façonnée en temple, pierre sourde, sans voix, source de mille maux pour les mortels. Il est Celui qu'on ne peut voir de la terre, que l'œil des mortels ne peut mesurer, que leur main ne peut revêtir d'une forme; Celui qui d'un seul regard voit tout et que nul ne voit lui-même; Celui auquel appartiennent la nuit obscure, le jour, le soleil, les astres, la lune, la mer poissonneuse, la terre, les fleuves, les sources intarissables, les êtres créés pour la vie, et les pluies qui produisent la moisson dans les guérets et les fruits sur les arbres, le raisin et l'olive.

Heureux seront sur la terre ceux des hommes qui aimeront le Grand Dieu, qui prieront avant de manger et de boire, et pratiqueront la piété, qui protesteront à la vue de tous les temples, à la vue des autels, vains amas de sourdes pierres, à la vue des images de bois et des figures fabriquées par la main des hommes, objets souillés du sang des êtres vivants et des quadrupèdes immolés!

Quand sera venue l'heure du jugement du monde et des mortels, jugement que Dieu lui-même accomplira, et qui, atteignant les impies et les hommes pieux, précipitera les impies dans les ténèbres et leur fera connaître toute l’étendue de leur impiété, alors les hommes pieux habiteront une campagne fertile, et l'Esprit de Dieu leur donnera et la vie et le bonheur."

(note du traducteur: "le bonheur des justes nous est présenté comme opérant de l'un à l'autre une sorte de rayonnement, qui multiplie la félicité de chacun d'eux par les joies de tous les autres. C'est une pensée très délicate, digne d'être relevée.")

 

Philon: Les chants de la Sibylle, Livre IV

 

 

 

La Shekinah

 

 

 

 

 

 

 

"Car si la Couronne suprême est appelée
"Commencement", la Sagesse éternelle,
qui est le Verbe, est également appelée
"Commencement"."
 

Le Zohar

 


"In a recurrent pun on the Hebrew root kalail the Shekhinah is called kalah ha-kelulah min hakol, "the bride incorporated from everything", who has no specific, positive potency of her own, beyond that from which she is constituted and with which she is crowned (Kalal is likewise related to "crown", as well as to "nuptials/bride" and "all"). She is herself a pure "receptacle" (keli, often linked to the root kalal in a mystical etymology)."

 

The feminine element in divinity

 

 

 

 

"C'est la gloire de Dieu de celer une chose,
c'est la gloire des rois de la scruter."

Proverbes 25:2

 

 

 

 

 

 

"Marie est cette tour. L'Emmanuel est en elle. Ce Dieu
sensé être avec le peuple, est d'abord avec Marie."

La Tour de David

 

 

"Comment douter que la Tour, Madeleine,
ne soit figure de l'Eglise alors qu'elle désigne
l'Epouse du Cantique promise à son Dieu ?
"

Marie-Madeleine dans la littérature

 

 

 

 

 

 

 

Le "Caducée" de James Muir

 

 

Icône orthodoxe de la Sagesse

 

 

 

 

 

 

 

"In art Ishtar was often represented
holding a caduceus of two serpents."

Ancient Secrets of Kundalini

 

 

 

 

 

 

Celle qui domine le Lion 

 

 

 

"Or parce que Sagesse voulut que ce qui était dépourvu d'esprit fût modelé d'après une forme et exerçât le gouvernement sur la matière et sur toutes ses puissances, un Archonte apparut hors des eaux, ressemblant à un lion, androgyne, doté d'un grand pouvoir, mais ne sachant pas d'où il était issu. Et quand Sagesse le vit bouger au fond des eaux, elle lui dit: "Jeune homme, traverse jusqu'ici!" dont l'équivalent est "Yaldabaôth".

Ce jour-là, apparut le commencement de la parole qui atteint les dieux, les anges et les hommes."

 

L'Ecrit sans titre

 

 

 

 

 

 

 

"Lorsque la Mère comprit que l'avorton des ténèbres était imparfait
parce que son conjoint n'avait pas parlé d'une seule voix avec elle,
elle se repentit et versa d'abondantes larmes."

Livre des secrets de Jean

 

 

 

Marie la Madeleine = Sophia ou Sagesse
Yahvé = Yaldabaôth, le Grand Géniteur:

 

 

"Yaldabaôth ajouta en plus à l'adresse
de la femme que son mari la dominerait. 

Il les jeta hors du paradis et les revêtit
d’épaisses ténèbres."

 


Sept démons = sept daemons-archontes,
= sept cieux, sept autorités sur le Monde,
= l'Hebdomade sortie de Sagesse, la Mère.

Yahvé-Yaldabaôth = le premier des sept.
Marie la Madeleine = mère de Dieu-Yahvé.

 

 

  "Sainte Marie, mère de Dieu" 

 

 

 

 

 

 

 

 

"C'est pourquoi ils l'appellent Hebdomade, tandis qu'ils donnent le nom d'Ogdoade à la Mère, c'est-à-dire à Achamoth, qui présente ainsi le nombre de la fondamentale et primitive Ogdoade, celle du Plérôme. Cette Mère, ils l'appellent aussi Sagesse, Terre, Jérusalem, Esprit Saint, ainsi que Seigneur au masculin. Elle occupe le lieu de l'Intermédiaire: elle est au-dessus du Démiurge, mais elle est au-dessous et en dehors du Plérôme, du moins jusqu'à la consommation finale."

 

Contre les Hérésies

 

 

Présentation

Introduction

 

"C'est moi la Fiancée, et
le Fiancé c'est mon mari
qui m'a engendrée; c'est
moi la mère de mon père
et la soeur de mon mari
et c'est lui mon rejeton."

Le Tonnerre

 

Nag Hammadi


Rechercher

Contact