"Il nous est tout aussi difficile de juger de la religion des Atlantes d'après ses fragments "atliens" qu'il le serait, sans connaître l'Evangile, de juger du christianisme d'après les récits de sauvages anthropophages non baptisés.

Ils ne sont pas capables de nommer leur dieu en langage humain, ils piaillent "Quetzalcoatl" à l'instar des oiseaux, mais ils gardent en mémoire ce que nous avons quasiment oublié: Dieu est la paix; il est né en tant qu'homme justement pour annoncer aux hommes la paix, pour se lever dans leur coeur comme l'Etoile du Matin, pour se répandre sur eux en Rosée du Ciel.

Ils gardent le souvenir de ce que Dieu est Esprit: le nom le plus sacré et secret de Quetzalcoatl est Ehecatl, le Vent, le Souffle. Ils se rappellent que son second avènement sera le règne de l'Esprit.

Ils se rappellent aussi que la nature de l'homme est divine: "Les dieux furent effrayés de ce qu'ils avaient créé l'homme trop parfait et ils imposèrent un nuage à son esprit: un visage", le visage mortel d'Adam.

Ils n'ont pas oublié que Quetzalcoatl est né réellement homme, mortel entre les mortels, mais qu'il était dès avant la création du monde: "Au commencement, il n'y avait que la mer, ni d'homme, ni d'animal, ni d'oiseau, ni de céréale; et le Serpent à Plumes, Donateur de Vie, glissait sur l'eau comme un éclat pourpre." "L'esprit de Dieu volait à la surface des eaux", planant comme une colombe, selon la Genèse de Moïse; et selon le texte toltèque, l'image de Quetzalcoatl est celle du "Serpent à Plumes" à visage humain, "l'Oiseau-serpent".

Cela signifie que le dieu-homme a deux essences, l'une terrestre, l'autre céleste: oiseau dans le ciel, serpent sur la terre. Il est sage comme le serpent et simple comme la colombe. Quetzalcoatl est lové, en Serpent endormi, tel que le représentent d'innombrables sculptures: il dort, mais il se réveillera; il est parti, mais il reviendra."

 

Dimitri Merejkovski

 

 

 

 

 

 

 

Absorber Dieu chaque matin
par tous les pores de l'être
union intime et délicieuse
laisser sa lumière envahir
la tente intérieure et sourire

 

 

 

"L'endiosamiento de l'âme: à tous les âges de la vie spirituelle, l'âme "boit" Dieu selon sa capacité et la croissance mystique s'opère comme la croissance physique par assimilation de cette boisson qui se diffuse, sans autre initiative du buveur que d'ouvrir la bouche: « comme la boisson se diffuse et se répand par tous les membres et toutes les veines du corps, ainsi se diffuse substantiellement cette communication de Dieu en toute l'âme, ou, pour mieux dire, l'âme se transforme plutôt en Dieu, et selon cette transformation l'âme boit de son Dieu selon sa substance à elle et selon ses puissances spirituelles; car selon l'entendement elle boit sagesse et science, et selon la volonté elle boit amour très suave, et selon la mémoire elle boit récréation et délice en rappel et sentiment de gloire. »"

 

Lectures de Jean de la Croix

 

 

 

 

 

 

 

"Ce qui vous est caché,
je vais vous l'annoncer."

Evangile de Marie

 

 

 

Ba-Bel: la division de Bôl

 

 

 

 

 

 

"Ils se dirent: "Allons! Bâtissons-nous une ville et une tour
dont le sommet pénètre les cieux! Faisons-nous un nom
et ne soyons pas dispersés sur toute la terre!"

Genèse 11:1-4

 

 

 

 

"Or Yahvé descendit pour voir la ville et la tour que les hommes avaient bâties. Et Yahvé dit: "Voici que tous font un seul peuple et parlent une seule langue, et tel est le début de leurs entreprises! Maintenant, aucun dessein ne sera irréalisable pour eux. Allons! Descendons! Et là, confondons leur langage pour qu'ils ne s'entendent plus les uns les autres." Yahvé les dispersa de là sur toute la face de la terre et ils cessèrent de bâtir la ville. Aussi la nomma-t-on Babel, car c'est là que Yahvé confondit le langage de tous les habitants de la terre et c'est de là qu'il les dispersa sur toute la face de la terre."

 

Genèse 11:5-9

 

 

 

 

 

 

"Sois" car "Je suis"

 

 

 

 

Pour moi, être gnostique, c'est fondamentalement avoir foi en deux étapes, dont la seconde est la conséquence de la première:


1. Reconnaître qu'il y a deux dieux: un démiurge multiforme, divisé (Yahvé, Elohim, l'Hebdomade) et, au-dessus de lui, un Dieu bon, unifié. C'est le Père dont parle Jésus quand il dit "mon" Père.

2. Suite à ce constat et au choix libre et volontaire du Dieu bon, le salut est alors automatiquement obtenu. Donc c'est bien cette "reconnaissance" qui génère le salut, comme on le lit en Jean 5:24 et comme Simon de Samarie l'affirme dans cette citation:

"Le Dieu bon offre le salut à la seule condition qu'il soit reconnu; tandis que le créateur du monde exige en outre que la Torah soit accomplie."


Simon de Samarie


Ce n'est donc pas plus compliqué que cela et, le miracle, c'est que "ça marche"! Maintenant on pourrait développer beaucoup de méditations sur les rouages psychologiques de ce miracle - qui a lieu quand nous arrêtons de projeter nos pouvoirs sur un archétype de division et quand nous les projetons sur un archétype d'unité - mais le point fondamental, c'est que le Dieu bon ne juge pas alors que Yahvé est sans cesse dans le jugement. Quand on a reconnu le Dieu bon, quand on est, par cette reconnaissance (renaître avec) à tout jamais uni à Lui, alors il n'y a plus aucune culpabilité puisqu'Il ne nous juge pas et c'est cette déculpabilisation qui nous "libère" littéralement et nous rend heureux.

Tous et toutes nous avons grandi dans le sentiment de culpabilité et dans la soumission à tout autre et à ses diktats qui s'est développée en nous à cause de cette culpabilité diffuse, inconsciente. Les parents qui rendent "coupables" leurs enfants feraient presque mieux de les tuer tout de suite, tant cette culpabilité qui nous ronge est une forme de suicide psychologique permanent!

Le Dieu bon demande seulement: "sois". Sois toi-même, avec tes forces et tes faiblesses, progresse bien sûr, apprends, aime. Mais surtout "sois" car "je suis". Et parce que tu seras, je serai. Et je ne te juge pas, je te demande seulement de vivre.

"Car le Père ne juge personne" (Jean 5:22)

Voilà donc ce qu'on reproche aux gnostiques, en dehors de tout le folklore avec lequel les clergés - les culpabilisateurs - successifs ont volontairement enténébré l'enseignement gnostique originel, celui de Jésus. Alors je laisse à chacun et chacune le soin de juger ce qu'il y a de répréhensible à inviter les gens à "être", surtout quand on sait que cet épanouissement sans culpabilité mène au bonheur et à l'union avec un Père bienveillant! En n'oubliant pas que dans bienveillant… il y a "veillant".

 

 

 

η Μαγδαληνη


(8+40+1+3+4+1+30+8+50+8)


Nombre 153 

 

 

 

 

 

 

 

"Simon Pierre monta, et tira le filet à terre,
plein de cent cinquante-trois gros poissons."

Jean 21:11

 



"Femme, fiancée, épouse, colombe, aimée,
vigne, brebis, cité, tour, colonne, firmament,
maison, temple, corps du Christ, filet, cène."

La Madeleine du Sermo d'Odon de Cluny

 

 

 

 

"Prenez garde à vous-mêmes, de peur que vos coeurs ne soient appesantis par la gourmandise et l'ivrognerie, et par les soucis de la vie, et que ce jour-là ne vous surprenne inopinément; car il viendra comme un filet sur tout ceux qui habitent sur la face de toute la terre. Veillez donc, priant en tout temps, afin que vous soyez estimés dignes d'échapper à toutes ces choses qui doivent arriver, et de vous tenir devant le fils de l'homme."

 

Luc 21:34-36

 

 

 

 

Le nom MGDLN en
guématrie est 777

(40+3+4+30+700)

Nombre 777

 

 

 

 

 

 

 

"Le nom de l'Eternel est une
tour forte; le juste s'y réfugie,
et se trouve en sûreté."

Proverbes 18:10

 

 

 

 

 

 

The Weeper

 

 

 

"C'est toujours pour toi le temps des semailles,
Et tu sèmes des étoiles dont la moisson ose
Promettre à la terre de resplendir en retour
De toute la beauté du front des cieux."

 

 

La pleureuse

 

 

 

 

 

 

 

Une goutte d'eau, c'est de l'eau.
Un océan, c'est de l'eau.
L'eau, c'est de l'eau…

Une motte de terre, c'est de la terre.
Un talus, c'est de la terre.
La terre, c'est de la terre…

Un feu dans l'âtre, c'est du feu.
Un incendie, c'est du feu.
Le feu, c'est du feu…

L'air des poumons, c'est de l'air.
L'air du dehors, c'est de l'air.
L'air, c'est de l'air…

Le pneuma en l'homme, c'est du pneuma.
La Gnose, c'est du pneuma.
Le pneuma, c'est du pneuma…

 

 

 

 

 

 

 

"D'où que vous veniez, vous irez
vers Jacques le Juste pour qui le

ciel et la terre ont été faits." 

Evangile de Thomas

 

 

 

 

 

 

 

"En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne
naît d'eau [l'eau vive, pas le baptême] et d'Esprit,
il ne peut entrer dans le royaume de Dieu.

Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est
né de l'Esprit est esprit. Ne t'étonne pas que je
t'aie dit: Il faut que vous naissiez de nouveau."

Jean 3:5-
7

 

 

 



 

 

 

 

 

A la base, nous sommes tous "psychiques": nous avons tous une âme (psyché) qui n'est qu'un vase, un contenant vide, une sorte de disque dur qui va petit à petit être impressionné par les expériences (fichiers) que nous allons faire dans des domaines divers (dossiers) comme le plaisir, la souffrance, l'amour, l'échec, la spiritualité, la peur, etc. Et nous allons développer un programmeur factice, personnel, pour gérer ces fichiers et ces dossiers: l'égo. Factice et bien souvent complètement aveugle, car limité à lui-même, à ses propres expérimentations.

Quelques rares personnes, tout en étant psychiques, ont leur âme habitée par le Pneuma, par l'Esprit: l'esprit de Dieu habite réellement dans leur âme et, étant ainsi humanisé du fait d'habiter dans un être humain, Dieu peut parler directement à l'humanité. Ces "pneumatiques" sont les prophètes, les sibylles, les enthousiastes, les chresmologues, bref, il y a plusieurs noms. Ces personnes ont ceci en commun qu'elles n'ont quasiment pas ou plus d'égo, car c'est l'égo qui empêche Dieu d'habiter une âme.

On l'aura compris: si l'égo ne meurt pas, il fait barrage à Dieu, au programmeur universel, et il empêche ce programmeur de venir toucher aux précieux fichiers. "Si le grain [égo] ne meurt", dit l'évangile Heureux les pauvres en esprit [en égo]"… Mais ces fichiers non régénérés par Dieu causent sans cesse les mêmes effets.

Il s'agit donc de faire mourir l'égo pour que Dieu puisse gérer notre vie à sa place, avec toutes Ses potentialités. C'est ce qu'on appelle la seconde naissance ou la Résurrection: devenir Christ, c'est-à-dire devenir une parcelle individualisée de Dieu. Si Jésus [égo] ne meurt, Christ ne peut pas naître en lui:

 

 

 

"En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui est tombé en
terre ne meurt, il reste seul [grain] mais, s'il meurt, il porte beaucoup
de fruit [épi]. Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui hait sa vie
dans ce monde la conservera pour la vie éternelle. (Jean 12:24-25)"

 

 


Si on ne fait pas cela, ici et maintenant, par un travail conscient sur soi (pénitence et humilité) alors quand on va mourir, on va mourir "totalement" car l'âme, les fichiers, les dossiers et l'égo ne sont rien, que du vent! Pas une identité. Donc on va retourner au néant absolu. N'est-ce pas terrible de se dire que toute notre vie, où les souffrances dominent largement les plaisirs, va finalement aboutir à la décharge publique, comme un disque dur qui ne sert plus ?

Par contre, si on a fait en sorte de purifier suffisamment notre âme (la reformater) et que Dieu soit venu habiter en elle (Pentecôte), alors, quand on va mourir, cette partie individualisée de Dieu, forcément immortelle, va quitter l'âme (Ascension) et continuer à exister dans l'au-delà, dans le Royaume. Et on pourra goûter à une vie "paradisiaque" dans la plénitude de Dieu. Bien sûr, il ne faut pas se leurrer: Dieu veut nous habiter pour Lui, pour Ses desseins, pas pour faire plaisir
à notre égo.

 

 

 

 

 

 

"Le Dieu bon offre le salut à la seule condition qu'il soit reconnu, tandis que le créateur du monde exige en outre que la Torah soit accomplie. C'est un grand travail que de le reconnaître, pour un homme qui séjourne dans la chair. Car ce corps qui encercle notre âme est plus obscur que toutes les ténèbres et plus lourd que toute fange."

 

Simon de Samarie

 

 

 

 

 

 

 

 

"Messager des étoiles vêtu d'un habit d'homme,
Un homme en apparence qui tout autant est femme,
Comme œil droit et œil gauche œuvrent à la même image.

 

 

Messagère de la Terre en habit de femme,
Femme tout autant essence du féminin essence du masculin,
Comme jambe droite et jambe gauche concourent au chemin."

 

 

Les noces du ciel et de la terre
Vahé Zartarian

 

 

Présentation

Introduction

 

"C'est moi la Fiancée, et
le Fiancé c'est mon mari
qui m'a engendrée; c'est
moi la mère de mon père
et la soeur de mon mari
et c'est lui mon rejeton."

Le Tonnerre

 

Nag Hammadi


Rechercher

Contact