Le petit livre

 

 

 

 

 

 

 

"Le consolateur, l'Esprit-Saint, que
le Père enverra en mon nom, vous
enseignera toutes choses, et vous
rappellera tout ce que je vous ai dit."

Jean 14:26

 

 

 

"Dans la Source, le royaume est un mode d'existence nouveau, idéal, utopique, qui engage corps et âme dans tous les instants de la vie. Le Document Q dévoile comment, à travers Jésus et ceux qui l'imitent, le royaume de Dieu se fait présent. En ce sens, le royaume est une métaphore de la relation pleine et entière que l'être humain peut entretenir avec Dieu. Il est la réconciliation de toute la personne avec le Père."

 

Le document Q

 

 

 

 

"Ipsa quidem turris est
refugii poenitentibus"

 

Noli me tangere

 

 

 

 

 

 

 

"Maria hē kaloumenē
Magdalēnē" (Luc 8:2)

 

 

 

 

"Parmi les héémanthes, le caractère noun exprime ou l'action
passive et repliée en soi, quand il paraît au commencement des
mots; ou le déploiement et l'augmentation quand il est à la fin."

La langue hébraïque restituée

 

 

 

 

"Qui est la Bien-aimée du Cantique sinon, chez Grégoire le Grand, la préfiguration de Marie-Madeleine ? En recherchant dans la Bible pourquoi Marie, la Tour, figure l'Eglise, Odon lie aux pensées d'Augustin et de Jérôme l'exégèse capitale du père de l'unité magdalénienne, Grégoire. Il retrouve aussi ce faisant la tradition selon laquelle se célébraient dans le Cantique des Cantiques les noces mystiques de l'Eglise avec l'Eternel. Comment douter que la Tour, Madeleine, ne soit figure de l'Eglise alors qu'elle désigne l'Epouse du Cantique promise à son Dieu ?"

 

Marie-Madeleine dans la littérature

 

 

 

 

 

 

 

"La lumière luit dans les ténèbres
et les ténèbres ne l'ont pas saisie."

 

 

 

"Une jeune femme exaltée court dans la nuit, partie annoncer aux hommes une nouvelle bouleversante. Il fallait qu'une femme le fasse. Près de deux mille ans plus tard, bien des hommes religieux commencent à peine à s'en remettre et se détendent enfin, alors que d'autres n'y arrivent toujours pas, renfrognés sous leur mitre et s'accrochant désespérément à leur crosse rigide. Comprenez ça: ce qui est devenu une religion d'hommes méconnaissant, craignant et longtemps méprisant la femme a débuté par une femme, celle que Jésus chérissait entre tous et toutes au point qu'il s'est manifesté d'abord à elle après sa mort. Mais au-delà de ces histoires d'hommes et de femmes, demandons-nous si nous sommes prêts à ouvrir notre porte à Marie Magdeleine venue porter la nouvelle de notre délivrance. Comment notre tombeau plein peut-il saisir le sens profond du tombeau vide ?"

 

Le tombeau vide

 

 

 

 

"Maintenant, étends ta main.
Maintenant, embrasse-moi !

Et alors j'étendis mes mains, et je ne le trouvai pas
comme je l'imaginais. Mais après je l'entendis dire:
« Comprends et embrasse-moi ». Alors je compris
et j'eus peur. Et je fus rempli d'une grande joie."

Apocalypse de Jacques

 

 

 

 

 

 

"Je lui donnerai
l'étoile du matin."

Apocalypse 2:28

 

 

 

"C'est par son influence que tout s'engendre sur la terre. En effet, répandant
une rosée fécondante à son lever du matin ou à son apparition du soir, non
seulement elle accomplit les germinations au cœur de la terre, mais encore
elle stimule la reproduction de tous les êtres animés."

Pline, HN II - Vénus

 

 

"La drachme perdue a été replacée dans le
trésor royal; et la pierre précieuse, nettoyée
de la boue, est plus brillante que les astres."

Marie-Madeleine



 

 

 

 

 

"A celui qui vaincra, je lui donnerai
de manger de l'arbre de vie qui est
dans le Paradis de Dieu.
() Je lui
donnerai de la manne cachée."

Apocalypse 2

 

 

 

"L'essence des forces divines réside en une eau spirituelle, élément sacré, de laquelle ce monde est né et fut créé en un être formé avec les quatre éléments, représentant un degré encore plus extérieur. Il nous faut entendre par cet élément sacré ou eau spirituelle le saint Paradis dans lequel agissent les forces révélées de Dieu: lequel élément sacré a, au début de ce monde extérieur, compénétré et rendu verdoyants les quatre éléments.

Comprenons donc comment le ciel sacré dans lequel Dieu réside flotte dans le "Créa" ou le créé et réfléchissons que Dieu est véritablement présent en toutes les extrémités du monde et habite partout, mais qu'il n'est saisi par rien. Dans le ciel intérieur de l'essence sacrée il se révèle dans la force, en tant qu'élément. Cet élément saint compénétra la terre au commencement des quatre éléments et verdit dans la propriété de la force sacrée et porta des fruits dont les hommes devraient célestement manger.

Mais lorsqu'il s'épuisa dans l'homme, la malédiction vint sur la terre. C'est ainsi que le Paradis s'éteignit dans les quatre éléments et resta en lui-même à l'intérieur. C'est là qu'il reste ouvert à l'homme, si quelqu'un veut quitter la volonté de ce monde et suivre la voie frayée par Christ."

 

Mysterium Magnum

 

 

 

 

 

 

 

"Que l'homme de désir reçoive
l'Eau de la Vie, gratuitement."

Apocalypse 22:17

 

 

 

 

Jésus est une allégorie pour décrire l'Ormus, 

le "fruit des entrailles" de la rosée de Dieu.

 

 

 

 

"Une autre difficulté, fréquente chez les âmes les plus pieuses, peut provenir de notre attachement même à la personne de Jésus. Ceux qui aiment le plus Jésus, ceux qui adhèrent à lui dans une attitude de familiarité et de tendresse, ont la crainte et jusqu'à un certain point l'impression de le perdre, ou tout au moins de le voir s'éloigner, s'ils essaient de « se tourner » vers l'Esprit. Le livre des Actes, le livre de l'Esprit-Saint, a sa propre atmosphère - la gloire de la Pentecôte - mais ce n'est plus exactement l'atmosphère des Évangiles. Le Christ pentécostal n'est pas exactement semblable au Jésus de Galilée - quoique lui étant identique. A ceux qui ont mis le Dieu fait homme au centre de leur méditation et de leur prière, à ceux qui ont « étreint » le Christ, il n'est pas facile de s'orienter vers l'Esprit, d'atteindre la subtile rosée qui, matin et soir, mouille et imprègne, sans que l'on voie du ciel tomber aucune goutte."

 

Connaître l'Esprit-Saint

 

 

 

"Le Royaume du Père s’étend sur la
terre et les hommes ne le voient pas."

Thomas, logion 113



 

 

 

 

 

"Si de deux vous faites un, que vous
fassiez le dedans comme le dehors,
le dehors comme le dedans"

Evangile de Thomas

 

 

 

 

"Dans les Upanishads, le sel apparaît comme le parfait symbole de la divinité, de ses adorateurs, et de la connaissance dans laquelle tout semble se fondre. Ainsi, à propos de l'âme universelle: « C'est comme une masse de sel, sans intérieur, sans extérieur, entièrement masse de goût, ainsi est cette âme, sans intérieur, sans extérieur, entièrement une masse de connaissance. »"

 

Le sel et le serpent

 

 

 

 

 

 

 

"Elle court alors et vient trouver Simon-Pierre,
ainsi que l'autre disciple que Jésus aimait"

Jean 20:2

 


"Quant à vous, laissez-moi Jacques
et Pierre, afin que je les emplisse !"

Epître apocryphe de Jacques

 

 

 

 

 

 

 

 

"Il me baisa la bouche et
m'embrassa, en disant:
Mon bien-aimé !"

Apocalypse de Jacques

 

 

 

"D'où que vous veniez, vous irez vers Jacques
le Juste pour qui le ciel et la terre ont été faits."

Evangile de Thomas

 

 

 

"How is one supposed to believe that You
have built a golden house on filthy ooze ?"

 

If I was a learned man

 

 

 

 

 

 

 

 

"Est-il possible qu'Il se soit entretenu avec
une femme en secret - à notre insu - et non
ouvertement si bien que nous devrions nous,
former un cercle et tous l'écouter ? Il l'aurait
choisie, de préférence à nous ?"

Evangile de Marie

 

 

 

 

 

 

 

"Elle a d'avance embaumé
mon corps pour la sépulture."

Marc 14:8

 

 

"Soit une sorte d'embaumement
dans une enveloppe de parfums"

Le phénix

 

 

 

"Enfin les flammes avaient tout consumé, le vieil oiseau n'était plus que de la cendre; mais son œuf, rouge et brillant au milieu du feu, se fendit avec un grand éclat, et donna passage à son petit, qui est aujourd'hui le roi des oiseaux et le seul phénix du monde."

 

Le Jardin du Paradis

 

 

 

 

 

 

 

 

"Unique, immortel et engendré de lui-même,
le phénix est un être qui devient ce qu'il est."

 

 

 

"Oiseau flamboyant, le phénix bat des ailes pour attirer la flamme, comme le soufflet qui attise l'étincelle. Sur ce fond d'incendie, il s'est prêté à toutes les théologies de la lumière, dont celle qui a fait du souffle et du feu une des trois personnes du Dieu unique. Au début du monde, l'Esprit de Dieu planait sur les flots, avant que la lumière fût. On aimerait croire que ce premier vol était porté par les ailes de l'oiseau dont le destin serait de brûler en regardant le Soleil. Surgi du Nil, et donc du "rien" latin, pour allumer le monde, le phénix serait alors, à travers le cycle de toutes ses renaissances, de la première à la dernière aurores, l'incandescent messager du Ressuscité qui proclame à la fin de l'Apocalypse: "Je suis l'étoile brillante du matin."

 

Les métamorphoses du phénix

 

 

 

 

 

 

 

Entre âme et Esprit,
Là où est la Gnose,
Là est le Trésor.

 

 

 

"Dieu le Père, que personne n'a trouvé par sa propre sagesse ou capacité, a préservé la connaissance jusqu'à la fin, jusqu'à ce que les Touts aient peiné à sa recherche. Il se donne lui-même à eux afin que, pour sa plus grande gloire, ils reçoivent la connaissance par la pensée supérieure qu'il leur a inspirée et par ce moyen qu'il leur a procuré, qui est l'action de grâce sans fin qu'ils lui rendent. Depuis son immuable conseil, le Père inconnaissable dans sa nature manifeste éternellement cette connaissance à ceux qui se sont montrés dignes à ses yeux, de sorte qu'ils reçoivent sa connaissance par sa volonté.

On appelle à juste titre cette connaissance « la connaissance de tout ce qui peut être pensé » et « le trésor ». Pour tout dire, elle est la manifestation de ceux qui ont été connus à l'avance, et le chemin vers l'accord et vers le préexistant, et elle est la croissance de ceux qui ont renoncé à leur propre grandeur dans l'économie de la volonté divine, de sorte que la fin sera comme le commencement."

 

Le Traité tripartite

 

 

 

 

 

 

 

"C'est pour avoir obéi à son Père en vue
de notre salut qu'il a été appelé Simon,
c'est-à-dire l'obéissant (hébr. shama)."

 

 

 

 

"L'Evangile simonien ne s'adressait pas seulement aux gens de Samarie ou de Jérusalem, mais encore à l'ensemble des hommes de bonne volonté. Il exposait une religion catholique pour laquelle il n'y avait ni Juifs, ni Grecs, ni Scythes, ni Barbares, où toutes les races et toutes les nations étaient appelées à communier dans une même foi.

Par ailleurs l'ouvrage était divisé en "quatre sections". Comme le texte de Marouta associe ces quatre sections aux quatre coins du monde, il donne à penser que chacune correspondait à une des quatre parties de la terre connue. A ce propos il est curieux de constater que Saint Irénée, comptant quatre Evangiles canoniques, en justifie le nombre par une considération analogue: "Comme il y a quatre régions du monde où nous sommes et quatre vents principaux, comme d'autre part l'Eglise s'est répandue sur toute la terre et l'Evangile est sa colonne, son souffle vivant, il est nécessaire qu'elle ait quatre colonnes qui soufflent l'immortalité et vivifient les hommes."

Enfin, le seul qualificatif d'Evangile, qui est donné à l'oeuvre des Simoniens, permet de supposer qu'il y était question de la vie et de l'oeuvre du Christ. Mais le contexte montre que ce même Christ y était présenté sous les traits de Simon."

 

L'Evangile de Simon

 

 

 

 

 

 

"Ne me touche pas, car je ne suis
pas encore monté vers le Père."

Jean 20:17

 

 

 

Si un ou une nazir touche un mort,
son voeu de purification est rompu
et il ou elle doit le recommencer.

 

 

 

 

 

 

 

"Le rasoir ne passera
pas sur sa tête."

Le naziréat

 

 

 

 

 

 

 

 

"Deux sur dix mille
et ils se tiendront
en étant un seul être."

Evangile selon Thomas

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"But Mary Magdalene and John, the Virgin,
will tower over all my disciples and over all
men who shall receive the mysteries in the
Ineffable. And they will be on my right and
on my left. And I am they and they are I."


Pistis Sophia

 

 

 

 

"Toute créature est l'expression matérielle d'une force spirituelle, d'une idée, dirait Platon. Or elle passe sans cesse par la triple phase de formation, de déformation et de transformation; les naissances, les existences, les morts. Sur terre, par exemple, d'une vie à l'autre, l'esprit de cette créature a besoin, pour réorganiser les éléments fluidiques de son nouveau corps, d'un point d'appui matériel. C'est ce que la Kabbale enseignait, en termes clairs, lorsqu'elle prétendait que, du cadavre, un seul petit os demeurait toujours intact, pour servir de pôle d'attraction aux fluides et aux cellules microscopiques avec lesquels un nouveau corps était construit pour une nouvelle existence du défunt.

Appliquez ceci à un être plus vaste, par exemple à l'esprit collectif d'une religion; son corps visible contiendrait une cellule, de garde permanente, du commencement à la fin de son évolution, comme point de ralliement, pivot et centre de gravité biologique. Et le fils du Tonnerre, le seul apôtre qui, s'étant tenu en dehors du cercle des attractions génératrices, ait mérité de devenir le fils adoptif de la Vierge, semble bien rassembler toutes les vertus nécessaires à ce rôle de témoin immuable du Maître et de pôle de Son Eglise véritable."


Sédir - L'avenir



 

 

 

 

 

"Ce monde a toujours été et il est et il sera
un feu toujours vivant, s'alimentant avec
mesure et s'éteignant avec mesure."

Héraclite d'Ephèse

 

 

"Et la Sibylle, qui de ses lèvres délirantes, dit des choses
sans joie, sans ornements et sans parfum, atteint par sa
voix au delà de mille années, grâce au Dieu qui est en elle.
"

Fragments

 

 

 

 

"L'Eglise d'Ephèse, dès ses commencements, est une Eglise secrète,
on pourrait même dire clandestine, et vouée au silence de l'Amour.
Elle n'en a pas moins marqué la chrétienté primitive de son empreinte,
"empreinte d'exil, de vie commune érémitique", selon Louis Massignon."

L'Eglise secrète d'Ephèse

 

 

Présentation

Introduction

 

"C'est moi la Fiancée, et
le Fiancé c'est mon mari
qui m'a engendrée; c'est
moi la mère de mon père
et la soeur de mon mari
et c'est lui mon rejeton."

Le Tonnerre

 

Nag Hammadi


Rechercher

Contact