"La véritable aspiration de l'humain est
de retrouver sa totalité d'être, cet état
hermaphrodite de männliche jungfrau
qu'a réalisé le Christ."
 

 

La vierge masculine

 

 

 

 

 

 

 

"Après l'avoir honorée pendant des millénaires, l'Occident a peu à peu oublié la femme, il l'a méconnue, puis l'a caricaturée, enfin il l'a combattue. Et avec elle les valeurs féminines ont été peu à peu exclues de la civilisation occidentale, et reléguées, marginalisées. Dieu merci, elles se sont réfugiées dans l'art, la littérature, la poésie, le rêve. Et elles ont été maintenues, quoique parfois défigurées au point d'être méconnaissables, dans la Tradition. Mais la réhabilitation de la femme est en marche, et avec elle du féminin sacré.

Un grand théologien orthodoxe, Evgraf Kovalevsky, apprenait à ses étudiants ceci. Dieu est Il, mais la Divinité est Elle. Le Père est Il, le Fils est Il, le Saint-Esprit est Il. La Trinité est Elle. La Grâce est Elle, l'Energie est Elle, la Vertu est Elle, la Puissance est Elle, la Sagesse est Elle. Pour schématiser, on pourra dire que Dieu en soi est Il et que Dieu manifesté est Elle, ou autrement encore, qu'Il est transcendant et qu'Elle est immanente. Et encore que le Père est le Père, mais que sa paternité est maternelle."

 

Serge Caillet: La femme sacrée

 

 

 

 

 

 

Marie-Madeleine est le Tonnerre
et le tonnerre est la voix de Dieu.

Le Tonnerre

 

 

 

"Il a fait sa demeure parmi nous" (Jean 1:14). Sa demeure, sa shekinah était le corps de Marie-Madeleine, pas un corps de chair au masculin. Autrement dit, le Logos parlait par la voix physique de Marie-Madeleine. Ce n'est pas de la possession mais de l'enthousiasme, au sens étymologique du terme.

"De grâce et de vérité..."

Marie-Madeleine était littéralement le "sarx" matériel qui contenait l'esprit immatériel du Christ (d'où les nombreuses représentations d'un Christ efféminé de corps) et rendait ainsi humainement intelligible le Logos
, le discours éducatif de Dieu à destination des humains.

Toujours le "contenant" de l'Esprit manifesté sera au féminin, depuis Epinoïa jusqu'à l'âme humaine, en passant par ruah.

 

 

 

 

 

Jésus enceinte

 

 

 

"Et voici que se manifesta le principe de cette Lumière, sous la forme d'un Homme immortel androgyne. Son nom à caractère masculin se dit: "Le monogène parfait". Son nom à caractère féminin: "La Sagesse de toutes les Sagesses, la mère". On dit également d'elle que c'est son frère et conjoint qu'elle porte."

 

Eugnoste le Bienheureux



 



 

 

"C'est de la puissance que, moi, j'ai été
envoyée et c'est vers ceux qui pensent
à moi que je suis venue, et j'ai été
trouvée chez ceux qui me cherchent."


"Ne soyez pas méprisants à mon égard
alors que je gis sur la terre et vous me
trouverez chez ceux qui doivent venir."

Le Tonnerre

 

 

 

"Into the Euphrates River an egg of wonderful size is said to have fallen, which the fish rolled to the bank. Doves sat on it, and when it was heated, it hatched out Venus, who was later called the Syrian goddess. Since she excelled the rest in justice and uprightness, by a favour granted by Jove, the fish were put among the number of the stars, and because of this the Syrians do not eat fish or doves, considering them as gods."

 

Hyginus Fabulae 197

 

 

 

 

 

 

 

 

"Le principe vivifiant fut peint sous les traits d'une Déesse, qui donne la vie à toute la nature, et dont l'empire s'étend sur tous les êtres. Les yeux du vulgaire ne purent percer ce voile, ce fut pour lui une barrière insurmontable. Il prit l'allégorie pour une histoire réelle, et la fable ingénieuse, inventée pour son instruction, devint la source de toutes ses erreurs.

Son culte devait être pur dans l'origine, parce que les idées qu'on avait alors de cette divinité tenaient plus ou moins dans cette enfance des choses, des qualités abstraites du principe auquel elle devait son existence. Son culte continua sans doute quelque temps dans sa pureté primitive; mais lorsqu'on eut fait l'application de ces qualités abstraites à l'union des deux sexes, soit dans le mariage, soit hors du mariage, et quand on eut fait présider à cette union ce principe, de quelque manière qu'il eût été allégorisé, son culte dut peu à peu dégénérer et Vénus, de Céleste qu'elle était, devint bientôt une prostituée. Il n'y avait qu'un pas à faire, le principe Créateur étant le même dans la débauche et dans l'union légitime."

 

Mémoire sur la déesse Vénus

 

 

 

 

 

 

 

"C'est l'opposé qui
est bon pour nous."

Héraclite

 

 

 

 

 

 

 

"L'Esprit et l'Epouse disent: "Viens !"
Que celui qui entend dise: "Viens !"
Et que l'homme assoiffé s'approche,
que l'homme de désir reçoive
l'Eau de la Vie, gratuitement."

Apocalypse 22:17

 

 

 

 

 

 

 

"La rose que contemple
ici-bas ton œil extérieur
a fleuri ainsi en Dieu
de toute éternité."

Angelus Silesius

 

 

 

 

 

 

L'Amante fervente

 

 

 

 

"A l'aube des religions, Dieu était une femme,
Créatrice de la Vie, Reine du Ciel. Son culte
s'est éteint, mais pas de lui-même."

Quand Dieu était femme

 

 

 

IHS

 

 

 

 

 

 
 

"Si le mal compris dans le monde
émane de la déesse et qu'elle le détruit,
elle détruit en quelque sorte l'imperfection
de ses propres oeuvres. (
) Ce faisant,
elle laisse la place à l'Inengendré, principe
positif suprême qui se manifeste aux élus."


Aphrodite, Hathor, Eve, Marie et Barbélo

 

 

Les sept daemons

 

 

 

 

 

 

 

"Une troisième fois encore j'ai fait route, moi
qui suis la lumière existant dans la lumière."


Le livre des secrets de Jean

 

 


 

La mère des vivants

 

 

 

 

 

 

 

"Aussi incroyable que cela paraisse, dans les premiers temps, Yahvé avait une partenaire féminine: Ashéra! Cette déesse associée a été bannie du temple lors de la réforme du roi Josias, au VIIe siècle avant notre ère. Lorsque les fidèles de Yahvé s'installent à Kanaan, s'y tient le culte à la déesse d'amour et de fécondité Ashéra, vénérée depuis tellement longtemps qu'il est impossible de la faire disparaître du jour au lendemain. Le culte à Ashéra est alors toléré et intégré au système de croyances juives."


L'Ashera de Yahvé

 

 

 

"El était probablement aussi le Dieu originel d'Israël. Dans la conception israélite la plus ancienne, El, le père, avait un fils divin appelé Yahweh. Cependant, la conception israélite de Yahweh allait graduellement absorber les fonctions d'El et, dès le 10e siècle avant Jésus-Christ, à l'époque du roi Salomon, Yahweh était identifié à lui. Ashéra était la déesse principale des Cananéens. Elle était l'épouse d'El et la mère et la nourrice des autres dieux.

Ashéra a pu être l'épouse d'El, mais pas de Yahweh, à une époque reculée de la religion israélite. Mais au cours des générations, la conception qu'avaient les Israélites de Yahweh absorba les attributs d'El, père de Yahweh, et l'imagination du peuple semble aussi avoir accordé à Yahweh la femme et épouse de son père."

 

Ashera, épouse d'El

 

 

 

 

 


"C'est moi qui pousse un cri
et c'est sur la face de la terre
que je suis jetée."

Le Tonnerre

 

 

 

 "Vers la maison où, pour celui qui entre, la cécité
remplace la lumière. C'est l'endroit de ceux qui sont
affamés de poussière, ceux qui mangent de la boue;
la lumière n'y est pas vue, on reste dans l'obscurité.
Comme des oiseaux, y voltigent les âmes des corps.
Au dessus de la porte et du pignon pèse la poussière."

 

 

"Istar est descendue vers la terre (…)
Puis elle ne refusa pas sa libération,
et retourna sur la terre supérieure."

La descente d'Ishtar

 

 

 

Les fils du Tonnerre

 

 

 

 

 

 

"Tout cela, c'est l'extérieur de ses oeuvres,

et nous n'en saisissons qu'un faible écho.

Mais le tonnerre de sa puissance,

qui le comprendra ?"

Job 26:14

 

 

 

"C'est de la puissance que, moi, j'ai été envoyée
et c'est vers ceux qui pensent à moi que je suis venue
et j'ai été trouvée chez ceux qui me cherchent.

Regardez-moi, vous qui pensez à moi,
et vous auditeurs, écoutez-moi.

C'est moi la voix dont les sons sont nombreux
et la parole dont les aspects sont multiples.

 

 

Pourquoi m'avez-vous haïe en vos délibérations ?
Parce que je me tairai, moi, en ceux qui se taisent ?
Mais je me manifesterai et parlerai.

 

 

C'est moi la descente
et c'est vers moi que l'on montera.

C'est moi la première et la dernière."

 

 

Tonnerre, le Noûs parfait

 

 

 

 

 

 

 

"Cette Mère, ils l'appellent aussi Sagesse,
Terre, Jérusalem [céleste], Esprit Saint,
ainsi que Seigneur au masculin."

L'Etoile

 

 

 

 "Ishtar's role as Mater Dolorosa

was central to her status."

 

In the beginning

 

 

 

 

 

 

 

A droite, les sept douleurs de

saint Joseph. A moins que...

 

Pour mémoire

 

 

Présentation

Introduction

 

"C'est moi la Fiancée, et
le Fiancé c'est mon mari
qui m'a engendrée; c'est
moi la mère de mon père
et la soeur de mon mari
et c'est lui mon rejeton."

Le Tonnerre

 

Nag Hammadi


Rechercher

Contact