"Elle a d'avance embaumé
mon corps pour la sépulture."

Marc 14:8

 

 

"Soit une sorte d'embaumement
dans une enveloppe de parfums"

Le phénix

 

 

 

"Enfin les flammes avaient tout consumé, le vieil oiseau n'était plus que de la cendre; mais son œuf, rouge et brillant au milieu du feu, se fendit avec un grand éclat, et donna passage à son petit, qui est aujourd'hui le roi des oiseaux et le seul phénix du monde."

 

Le Jardin du Paradis

 

 

 

 

 

 

 

 

"Unique, immortel et engendré de lui-même,
le phénix est un être qui devient ce qu'il est."

 

 

 

"Oiseau flamboyant, le phénix bat des ailes pour attirer la flamme, comme le soufflet qui attise l'étincelle. Sur ce fond d'incendie, il s'est prêté à toutes les théologies de la lumière, dont celle qui a fait du souffle et du feu une des trois personnes du Dieu unique. Au début du monde, l'Esprit de Dieu planait sur les flots, avant que la lumière fût. On aimerait croire que ce premier vol était porté par les ailes de l'oiseau dont le destin serait de brûler en regardant le Soleil. Surgi du Nil, et donc du "rien" latin, pour allumer le monde, le phénix serait alors, à travers le cycle de toutes ses renaissances, de la première à la dernière aurores, l'incandescent messager du Ressuscité qui proclame à la fin de l'Apocalypse: "Je suis l'étoile brillante du matin."

 

Les métamorphoses du phénix

 

 

 

 

 

 

 

"C'est la résurrection d'entre les morts,
c'est le rachat de l'emprisonnement,
c'est l'ascension pour monter au ciel,
c'est le chemin pour monter au Père."

L'exégèse de l'âme

 

 

 

 

 

 

 

A la base, nous sommes tous "psychiques": nous avons tous une âme (psyché) qui n'est qu'un vase, un contenant vide, une sorte de disque dur qui va petit à petit être impressionné par les expériences (fichiers) que nous allons faire dans des domaines divers (dossiers) comme le plaisir, la souffrance, l'amour, l'échec, la spiritualité, la peur, etc. Et nous allons développer un programmeur factice, personnel, pour gérer ces fichiers et ces dossiers: l'égo. Factice et bien souvent complètement aveugle, car limité à lui-même, à ses propres expérimentations.

Quelques rares personnes, tout en étant psychiques, ont leur âme habitée par le Pneuma, par l'Esprit: l'esprit de Dieu habite réellement dans leur âme et, étant ainsi humanisé du fait d'habiter dans un être humain, Dieu peut parler directement à l'humanité. Ces "pneumatiques" sont les prophètes, les sibylles, les enthousiastes, les chresmologues, bref, il y a plusieurs noms. Ces personnes ont ceci en commun qu'elles n'ont quasiment pas ou plus d'égo, car c'est l'égo qui empêche Dieu d'habiter une âme.

On l'aura compris: si l'égo ne meurt pas, il fait barrage à Dieu, au programmeur universel, et il empêche ce programmeur de venir toucher aux précieux fichiers. "Si le grain [égo] ne meurt", dit l'évangile Heureux les pauvres en esprit [en égo]"… Mais ces fichiers non régénérés par Dieu causent sans cesse les mêmes effets.

Il s'agit donc de faire mourir l'égo pour que Dieu puisse gérer notre vie à sa place, avec toutes Ses potentialités. C'est ce qu'on appelle la seconde naissance ou la Résurrection: devenir Christ, c'est-à-dire devenir une parcelle individualisée de Dieu. Si Jésus [égo] ne meurt, Christ ne peut pas naître en lui:

 

 

 

"En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui est tombé en
terre ne meurt, il reste seul [grain] mais, s'il meurt, il porte beaucoup
de fruit [épi]. Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui hait sa vie
dans ce monde la conservera pour la vie éternelle. (Jean 12:24-25)"

 

 


Si on ne fait pas cela, ici et maintenant, par un travail conscient sur soi (pénitence et humilité) alors quand on va mourir, on va mourir "totalement" car l'âme, les fichiers, les dossiers et l'égo ne sont rien, que du vent! Pas une identité. Donc on va retourner au néant absolu. N'est-ce pas terrible de se dire que toute notre vie, où les souffrances dominent largement les plaisirs, va finalement aboutir à la décharge publique, comme un disque dur qui ne sert plus ?

Par contre, si on a fait en sorte de purifier suffisamment notre âme (la reformater) et que Dieu soit venu habiter en elle (Pentecôte), alors, quand on va mourir, cette partie individualisée de Dieu, forcément immortelle, va quitter l'âme (Ascension) et continuer à exister dans l'au-delà, dans le Royaume. Et on pourra goûter à une vie "paradisiaque" dans la plénitude de Dieu. Bien sûr, il ne faut pas se leurrer: Dieu veut nous habiter pour Lui, pour Ses desseins, pas pour faire plaisir
à notre égo.

 

 

 

 

 

 

"Le Dieu bon offre le salut à la seule condition qu'il soit reconnu, tandis que le créateur du monde exige en outre que la Torah soit accomplie. C'est un grand travail que de le reconnaître, pour un homme qui séjourne dans la chair. Car ce corps qui encercle notre âme est plus obscur que toutes les ténèbres et plus lourd que toute fange."

 

Simon de Samarie

 

 

 

 

 

 

 

"Mon Dieu, pourquoi
m'as-tu abandonné ?"

Matthieu 27:46

 

 

 

"Or quand Adam fut achevé, son créateur l'abandonna comme un vase inerte car il avait pris forme tel un avorton, dépourvu d'esprit. A ce propos, quand le grand Archonte se souvint de la parole de Foi, il craignit que l'Homme véritable n'entrât dans la créature qu'il avait façonnée et ne la dominât. C'est pourquoi il laissa sa créature quarante jours sans âme ; il se retira et l'abandonna."

 

 

 

 

"Le premier jour de la semaine,
Marie de Magdala vient de
bonne heure au tombeau.
"

Jean 20:1

 

 

 

"Après le jour du repos, Sagesse envoya Vie, sa fille appelée Eve, comme instruc- trice pour qu'elle fît se lever Adam - celui qui est sans âme - afin que ceux qu'il engendrerait devinssent des réceptacles pour la lumière.

Quand Eve vit sa co-ressemblance gisante, elle en eut pitié et dit: « Adam, sois vivant, dresse-toi sur le sol. » Sa parole se réalisa sur-le-champ et Adam, s'étant levé, ouvrit aussitôt les yeux. L'ayant aperçue, il dit: « Toi, on t'appellera "mère des vivants" car c'est toi qui m'as donné la vie. »"



  L'Ecrit sans titre

 

 

 

 

 

 

 

"Ma mère véritable
m'a donné la vie."

Logion 101

 

 

 

 

 

 

 

"On a enlevé mon Seigneur,
et je ne sais pas où on l'a mis."

 

 

 

"Elle enfanta un fils, qui devait gouverner toutes
les nations avec un sceptre de fer, et son enfant
fut enlevé vers Dieu et vers son trône."

Apocalypse 12:5

 

 

 

 

 

 

 

 

"sur la place de la Grande Cité, Sodome ou
Egypte comme on l'appelle symboliquement,
là où leur Seigneur aussi fut crucifié"

Apocalypse 11:8

 

 

 

"Miryai am I, of the Kings of Babel a daughter,
a daughter of Jerasalem's mighty rulers."

The Breach with Judaism

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Ceci a été écrit le dernier jour du mois Pharmuthi,
en la nuit de la Passion qui a donné le salut, après
avoir participé à la sainte et divine Cène.
"

Marie d'Egypte

 

 

 

 

 

 

 

"Après l'avoir honorée pendant des millénaires, l'Occident a peu à peu oublié la femme, il l'a méconnue, puis l'a caricaturée, enfin il l'a combattue. Et avec elle les valeurs féminines ont été peu à peu exclues de la civilisation occidentale, et reléguées, marginalisées. Dieu merci, elles se sont réfugiées dans l'art, la littérature, la poésie, le rêve. Et elles ont été maintenues, quoique parfois défigurées au point d'être méconnaissables, dans la Tradition. Mais la réhabilitation de la femme est en marche, et avec elle du féminin sacré.

Un grand théologien orthodoxe, Evgraf Kovalevsky, apprenait à ses étudiants ceci. Dieu est Il, mais la Divinité est Elle. Le Père est Il, le Fils est Il, le Saint-Esprit est Il. La Trinité est Elle. La Grâce est Elle, l'Energie est Elle, la Vertu est Elle, la Puissance est Elle, la Sagesse est Elle. Pour schématiser, on pourra dire que Dieu en soi est Il et que Dieu manifesté est Elle, ou autrement encore, qu'Il est transcendant et qu'Elle est immanente. Et encore que le Père est le Père, mais que sa paternité est maternelle."

 

Serge Caillet: La femme sacrée

 

 

 

 

 

 

Marie-Madeleine est le Tonnerre
et le tonnerre est la voix de Dieu.

Le Tonnerre

 

 

 

"Il a fait sa demeure parmi nous" (Jean 1:14). Sa demeure, sa shekinah était le corps de Marie-Madeleine, pas un corps de chair au masculin. Autrement dit, le Logos parlait par la voix physique de Marie-Madeleine. Ce n'est pas de la possession mais de l'enthousiasme, au sens étymologique du terme.

"De grâce et de vérité..."

Marie-Madeleine était littéralement le "sarx" matériel qui contenait l'esprit immatériel du Christ (d'où les nombreuses représentations d'un Christ efféminé de corps) et rendait ainsi humainement intelligible le Logos
, le discours éducatif de Dieu à destination des humains.

Toujours le "contenant" de l'Esprit manifesté sera au féminin, depuis Epinoïa jusqu'à l'âme humaine, en passant par ruah.

 

 

 

 

 

Les tableaux tronqués

 

 

 

"Iesu, medela vulnerum,
Spes una paenitentium,
Per Magdalenae lacrimas
Peccata nostra diluas."

 

 

 

 

 

 

 

Entre âme et Esprit,
Là où est la Gnose,
Là est le Trésor.

 

 

 

"Dieu le Père, que personne n'a trouvé par sa propre sagesse ou capacité, a préservé la connaissance jusqu'à la fin, jusqu'à ce que les Touts aient peiné à sa recherche. Il se donne lui-même à eux afin que, pour sa plus grande gloire, ils reçoivent la connaissance par la pensée supérieure qu'il leur a inspirée et par ce moyen qu'il leur a procuré, qui est l'action de grâce sans fin qu'ils lui rendent. Depuis son immuable conseil, le Père inconnaissable dans sa nature manifeste éternellement cette connaissance à ceux qui se sont montrés dignes à ses yeux, de sorte qu'ils reçoivent sa connaissance par sa volonté.

On appelle à juste titre cette connaissance « la connaissance de tout ce qui peut être pensé » et « le trésor ». Pour tout dire, elle est la manifestation de ceux qui ont été connus à l'avance, et le chemin vers l'accord et vers le préexistant, et elle est la croissance de ceux qui ont renoncé à leur propre grandeur dans l'économie de la volonté divine, de sorte que la fin sera comme le commencement."

 

Le Traité tripartite

 

 

 

 

 

 

 

 

"Messager des étoiles vêtu d'un habit d'homme,
Un homme en apparence qui tout autant est femme,
Comme œil droit et œil gauche œuvrent à la même image.

 

 

Messagère de la Terre en habit de femme,
Femme tout autant essence du féminin essence du masculin,
Comme jambe droite et jambe gauche concourent au chemin."

 

 

Les noces du ciel et de la terre
Vahé Zartarian

 

 

 

 

 

 

 

"C'est pour avoir obéi à son Père en vue
de notre salut qu'il a été appelé Simon,
c'est-à-dire l'obéissant (hébr. shama)."

 

 

 

 

"L'Evangile simonien ne s'adressait pas seulement aux gens de Samarie ou de Jérusalem, mais encore à l'ensemble des hommes de bonne volonté. Il exposait une religion catholique pour laquelle il n'y avait ni Juifs, ni Grecs, ni Scythes, ni Barbares, où toutes les races et toutes les nations étaient appelées à communier dans une même foi.

Par ailleurs l'ouvrage était divisé en "quatre sections". Comme le texte de Marouta associe ces quatre sections aux quatre coins du monde, il donne à penser que chacune correspondait à une des quatre parties de la terre connue. A ce propos il est curieux de constater que Saint Irénée, comptant quatre Evangiles canoniques, en justifie le nombre par une considération analogue: "Comme il y a quatre régions du monde où nous sommes et quatre vents principaux, comme d'autre part l'Eglise s'est répandue sur toute la terre et l'Evangile est sa colonne, son souffle vivant, il est nécessaire qu'elle ait quatre colonnes qui soufflent l'immortalité et vivifient les hommes."

Enfin, le seul qualificatif d'Evangile, qui est donné à l'oeuvre des Simoniens, permet de supposer qu'il y était question de la vie et de l'oeuvre du Christ. Mais le contexte montre que ce même Christ y était présenté sous les traits de Simon."

 

L'Evangile de Simon

 

 

 

 

 

 

"Ne me touche pas, car je ne suis
pas encore monté vers le Père."

Jean 20:17

 

 

 

Si un ou une nazir touche un mort,
son voeu de purification est rompu
et il ou elle doit le recommencer.

 

 

 

 

 

 

 

"Le rasoir ne passera
pas sur sa tête."

Le naziréat

 

 

Présentation

Introduction

 

"C'est moi la Fiancée, et
le Fiancé c'est mon mari
qui m'a engendrée; c'est
moi la mère de mon père
et la soeur de mon mari
et c'est lui mon rejeton."

Le Tonnerre

 

Nag Hammadi


Rechercher

Contact