"Une femme de Samarie vient pour puiser
de l'eau. Jésus lui dit: "Donne-moi à boire."

"Si tu savais le don de Dieu et qui est celui
qui te dit: "Donne-moi à boire", c'est toi qui
l'aurais prié et il t'aurait donné de l'eau vive."

Jean 4:7-10

 

 

 

 

"Cette phrase était sur la bouche séchée de quelqu'un d'immense

qui s'était arrêté près de moi, épuisé de fatigue. Et, avec cette

parole de songe, il m'offrait un royaume où des sources d'eau

vive étanchent tous les désirs et toutes les soifs…"

 

Madeleine

 

 

 

 

 

 

 

"Il lui dit: Va, appelle ton mari et reviens ici.
La femme lui répondit: Je n'ai pas de mari.

Jésus lui dit: Tu as bien fait de dire: "Je n'ai
pas de mari", car tu as eu cinq maris et celui
que tu as maintenant n'est pas ton mari."

Jean 4:16-18

 

 

"C'est moi celle dont les mariages sont

multiples et je n'ai pas pris mari."

Le Tonnerre

 

 

 

 

 

 

"J'aurais aimé que l'on plante un arbre le jour de ma naissance: un bouleau d'inouïe blancheur, un tremble, un cornouiller aux fruits rouges ou un saule penché sur le miroir glauque des eaux.

J'aurais voulu suivre dans la poussée forte des branches le même développement que dans ma chair d'homme, l'envelopper dans mon regard, le presser entre mes bras en cas de désarroi ou de perte de pesanteur, quand, avec une violence déconcertante, on éprouve des bouffées d'abîme.

Je me mis à marcher, non pour me fuir et m'échapper, mais au contraire pour retrouver une espèce d'intimité dans le mouvement des jambes, la sueur au visage, le sentiment de se répandre dans un paysage que procure toujours une marche à longue haleine.

Arpenter, parcourir, découvrir les chemins creux, les croisées, les clairières, et retrouver l'espace intérieur, le même paysage recomposé sous la peau. Comme une roche obscure produisant en son sein des pierres précieuses, le mouvement allait susciter une étincelle nouvelle, un éclat de soleil s'avivant, s'allumant, levant une clarté dansante et des raisons de se réjouir.

J'étais en levain : en fermentation de moi-même."

 

 

Celui qui oublie où conduit le chemin
Jean-Pierre Otte

 

 

 

 

 

 

"Marie dit: Seigneur, pourquoi suis-je
venue ici-bas, est-ce pour trouver

un profit ou souffrir une perte ?


Le Seigneur dit: C'est l'abondance
du révélateur que tu manifestes."

Dialogue du Sauveur

 

 

 

 

"Seuls les Evangiles de Marie-Madeleine et de Thomas transmettent le message fondamental de Jésus: la redécouverte du "Principe féminin". Car il n'y a pas d'amour, de paix et de compassion possibles dans un monde où seule s'exprime la parole et la volonté du mâle. Marie-Madeleine est la consolatrice des apôtres. Elle est la Réformatrice; elle représente le monde féminin et ses valeurs enfouies dans la soumission par le patriarcat. Elle est celle qui s'exprime enfin, reprend la parole, qui s'empare du Logos réservé au mâle jusque-là. Elle nous révèle que la femme est porteuse du message de paix et de compassion. Deux mille ans après, il serait grand temps de l'écouter enfin, et surtout de la comprendre: "accepterons-nous comme possible qu'une femme ait reçu de semblables paroles de la bouche du Maître ?" dit Pierre."

 

Le principe féminin

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le coeur, la terre et le ciel s'unissent,
entrés en nous par la racine et la couronne,
arrivés au coeur grâce aux 4 abstinences:
le sexe, l'émotion, les pouvoirs, l'éloquence.

Dans le coeur, la terre et le ciel s'unissent
et leurs énergies commencent à danser  

Alors le coeur chauffe jusqu'à être brûlant,
il chauffe et brûle les impuretés du sang!
Alors le sang redevient pur et régénère
les cellules et l'âme et le coeur et l'Etre.

 

 

 

 

 

 

 

 

"L'homme vieux de jours n'hésitera pas
à interroger un petit enfant de sept jours
sur le lieu de la vie, et il vivra."

Logion 4

 

 

 

 

 

 

"C'est moi celle qui est honorée
et celle qui est méprisée. C'est
moi la prostituée et la vénérable.
C'est moi la femme et la vierge."

Le Tonnerre

 

 

 

Certains "Pères de l'Eglise" n'ont pas voulu assimiler Marie la Madeleine à une prostituée, allant parfois jusqu'à affirmer qu'elle était restée vierge toute sa vie. Mais ce n'est pas gênant que Marie-Madeleine ait été une prostituée, si on prend ce mot dans le sens de prostituée sacrée et non de pute. C'est la prostituée en effet qui "donnait la vie" dans les rites de fertilité, comme la déesse Bau/Baou. On retrouve alors une autre forme de maternité que celle de la vierge Marie: celle de la Femme et non plus celle de la femelle.

 

 

 

 

 

 

"C'est ma mère qui a [ ........ ] mais
ma mère véritable m'a donné la vie."

Logion 101

 

 

 

Le Seigneur dit, dans le Dialogue du Sauveur de Nag Hammadi: "priez dans le lieu où il n'y a pas de femme". Et pourtant Marie-Madeleine est près de lui. Alors serait-ce parce qu'elle est une "femme qui s'est faite homme" (Logion 114 Thomas) ou parce qu'elle est devenue une Femme et non plus une femelle ? Ce serait alors: "priez dans le lieu où il n'y a pas de femelle", c'est-à-dire celle qui donne la mort, par la procréation et/ou la tentation, au lieu de donner la vie, par l'amour et la libération.

 

 

 

 

 

 

 

"Tous les escaladeurs de ciel et de nuées,
Tous les porteurs de croix, tous les voleurs de feu
Qui vont vers la lumière à travers les huées
Cherchent dans un regard l'infini du ciel bleu."

Georges Rodenbach (p.116)

 

 

 

 

 

 

 

"Lucifer, era, erum: qui apporte la lumière,
qui donne de la clarté, qui porte un flam-
beau, qui produit la lumière [la vérité]."

"Lucifer, eri: Vénus, l'étoile du matin."

Dictionnaire Gaffiot

 

 

 

"Ainsi nous tenons plus ferme la parole prophétique:
vous faites bien de la regarder, comme une lampe
qui brille dans un lieu obscur, jusqu'à ce que le jour
commence à poindre et que l'astre du matin

se lève dans vos coeurs."

2 Pierre 1:19

 

 

 

 

 

 

 

 

"O Marie-Madeleine, vous êtes comme

l'étoile du matin au milieu des nuées;

vous brillez comme la lune à l'époque
de son plus grand accroissement,

vous êtes semblable au soleil qui res-

plendit et illumine l'habitation de Dieu."

Sainte Marie-Madeleine



 

 

 

 

 

"L'Esprit et l'Epouse disent: "Viens !"
Que celui qui entend dise: "Viens !"
Et que l'homme assoiffé s'approche,
que l'homme de désir reçoive
l'Eau de la Vie, gratuitement."

Apocalypse 22:17

 

 

 

 

 

 

 

"La rose que contemple
ici-bas ton œil extérieur
a fleuri ainsi en Dieu
de toute éternité."

Angelus Silesius

 

 

 

 

 

 

L'Amante fervente

 

 

 

 

"A l'aube des religions, Dieu était une femme,
Créatrice de la Vie, Reine du Ciel. Son culte
s'est éteint, mais pas de lui-même."

Quand Dieu était femme

 

 

 

 

 

 

Les signes de croix

 

 

 

 

"Ba-u, the Ishtar of the Girsu trinity,
is called sha-mu, my beloved."

La bien-aimée

 

 

 

"Comme le dieu Orient quand il se lève sur le pays de Lagash, telle la déesse Bau s'avança vers son compagnon de lit. Comme une épouse fidèle, à l'époux de la maison elle apporta ses dons. A son compagnon de lit, dans l'exercice de sa paternité, comme le produit de ses lamentations, elle présenta de l'eau du Tigre. Auprès de son oreille, elle se coucha. La dame, fille d'Anu le pur, était semblable à une plante fertile, qui produit du bon vin rouge; elle était semblable, dans sa douleur déchirante, au soleil qui se couche. Quand la déesse Bau se coucha auprès de son compagnon de nuit, le pays de Lagash se trouva comme au milieu d'une inondation d'abondance."

 

Le lit du sacrifice

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"La déesse Bau est appelée
l'eninnu, la terre des dieux,
le temple de la sagesse.

Elle porte Dieu, l'arbre de vie, an, dans son
sein. Et cette vie divine, elle en communique
la surabondance aux hommes, comme le
montre le symbole du vase Nidaba."


Le vase Nidaba

 

 

 

 

 

 

 

 

"Holy messenger who brings
the tablet of life down from
the interior of heaven."

A hymn to Bau

 

 

 

"Implore mon dieu serviteur, et la sagesse te suivra.
Mais si tu implores mon premier-né, la sagesse te
précédera. Tout il te révélera, tout je lui révélerai."

 

 

 

""Je n'ai pas de mère; ma mère, c'est moi, la fille. Je n'ai pas de père; mon père, c'est moi, la fille. Ce qui émane de moi, c'est l'esprit, dont l'expression est la parole qui rentre, quand elle est prononcée, dans son néant." Cette phrase, dont la traduction est absolument incontestable, expose l'Aditi indien, dont le Rig-Véda dit qu'il est à la fois, la mère, le père, et le fils, l'enfant et la génération. Baü se dit "la déesse du Vide immense" et dispensatrice de la vie, et ailleurs, à une époque plus moderne, elle passe pour la déesse de la vie et de la mort."

 

La déesse Bau

 

 

 

IHS

 

 

 

 

 

 
 

"Si le mal compris dans le monde
émane de la déesse et qu'elle le détruit,
elle détruit en quelque sorte l'imperfection
de ses propres oeuvres. (
) Ce faisant,
elle laisse la place à l'Inengendré, principe
positif suprême qui se manifeste aux élus."


Aphrodite, Hathor, Eve, Marie et Barbélo

 

 

Les sept daemons

 

 

Présentation

Introduction

 

"C'est moi la Fiancée, et
le Fiancé c'est mon mari
qui m'a engendrée; c'est
moi la mère de mon père
et la soeur de mon mari
et c'est lui mon rejeton."

Le Tonnerre

 

Nag Hammadi


Rechercher

Contact