"Le Dieu bon offre le salut à la seule condition qu'il soit reconnu, tandis que le créateur du monde exige en outre que la Torah soit accomplie. C'est un grand travail que de le reconnaître, pour un homme qui séjourne dans la chair. Car ce corps qui encercle notre âme est plus obscur que toutes les ténèbres et plus lourd que toute fange."

 

Simon de Samarie

 

 

commentaires

Madeleine 04/05/2013 10:21


Il ne faut pas oublier que les Samaritains, représentés ici par la Samaritaine avant sa conversion, non seulement sont des juifs (tribu de Joseph), mais des juifs encore plus radicaux que les
juifs de Jérusalem, puisqu'ils ne reconnaissent que la seule Torah!

Donc on voit de façon indéniable que ce Jésus gnostique s'oppose, lui et ses disciples, aux samaritains et aux juifs "réunis", qu'il les englobe sans les distinguer les uns des autres dans ce
"vous, vous adorez".

*******


 

Madeleine 03/05/2013 12:31


Cette magnifique parole de Simon peut être rapprochée des versets 4:22 et 4:23 de l'évangile de Jean:

"Vous adorez ce que vous ne connaissez pas; nous, nous adorons ce que nous connaissons; car le salut vient des Juifs mais
l'heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité; car ce sont là les adorateurs que le Père demande."

C'est volontairement que j'ai mis un point virgule après "ce que nous connaissons" et que je n'ai pas mis de point entre les deux versets car il ne devait pas y en avoir, dans la version
originale. Sinon le "car" serait incongru, juste avant un point! En faisant comme ceci, le "car" introduit l'explication de ce qui vient d'être dit et le "mais" représente l'opposition.

Le propos de Jésus ci-dessus est, une fois de plus et comme souvent en Jean, un propos purement gnostique (à se demander comment cet évangile a pû faire partie du canon chrétien). Ces deux
versets veulent dire ceci:

"Vous adorez ce que vous ne connaissez pas [ce qui vous est étranger, ce que vous ne comprenez pas]; nous, nous adorons ce que nous connaissons [nous adorons par la Gnose, la
Connaissance]; car le salut vient des Juifs [le judaïsme a donné la doctrine du salut avec la Torah] mais l'heure vient, et c'est maintenant, où les vrais adorateurs adoreront le
Père en esprit et en vérité; car ce sont là les adorateurs que le Père demande."

Cet "alla" en grec qui débute le verset 4:23, ce "mais" en français est d'une importance capitale car ce petit mot de quatre lettres marque exactement la charnière irréversible
entre l'Ancien et le Nouveau Testament, entre les juifs et les gnostiques dont fait partie ce "Jésus" qui parle. On en aura une nouvelle preuve en Jean 8:44, j'en ai déjà parlé sur ce blog:

Les gnostiques de
Samarie

Et on peut donc relire les propos de Simon, dans l'article, qui veulent dire la même chose qu'en Jean 4:22-23.

*******


 

Présentation

Introduction

 

"C'est moi la Fiancée, et
le Fiancé c'est mon mari
qui m'a engendrée; c'est
moi la mère de mon père
et la soeur de mon mari
et c'est lui mon rejeton."

Le Tonnerre

 

Nag Hammadi


Rechercher

Contact