"Sois" car "Je suis"

 

 

 

 

Pour moi, être gnostique, c'est fondamentalement avoir foi en deux étapes, dont la seconde est la conséquence de la première:


1. Reconnaître qu'il y a deux dieux: un démiurge multiforme, divisé (Yahvé, Elohim, l'Hebdomade) et, au-dessus de lui, un Dieu bon, unifié. C'est le Père dont parle Jésus quand il dit "mon" Père.

2. Suite à ce constat et au choix libre et volontaire du Dieu bon, le salut est alors automatiquement obtenu. Donc c'est bien cette "reconnaissance" qui génère le salut, comme on le lit en Jean 5:24 et comme Simon de Samarie l'affirme dans cette citation:

"Le Dieu bon offre le salut à la seule condition qu'il soit reconnu; tandis que le créateur du monde exige en outre que la Torah soit accomplie."


Simon de Samarie


Ce n'est donc pas plus compliqué que cela et, le miracle, c'est que "ça marche"! Maintenant on pourrait développer beaucoup de méditations sur les rouages psychologiques de ce miracle - qui a lieu quand nous arrêtons de projeter nos pouvoirs sur un archétype de division et quand nous les projetons sur un archétype d'unité - mais le point fondamental, c'est que le Dieu bon ne juge pas alors que Yahvé est sans cesse dans le jugement. Quand on a reconnu le Dieu bon, quand on est, par cette reconnaissance (renaître avec) à tout jamais uni à Lui, alors il n'y a plus aucune culpabilité puisqu'Il ne nous juge pas et c'est cette déculpabilisation qui nous "libère" littéralement et nous rend heureux.

Tous et toutes nous avons grandi dans le sentiment de culpabilité et dans la soumission à tout autre et à ses diktats qui s'est développée en nous à cause de cette culpabilité diffuse, inconsciente. Les parents qui rendent "coupables" leurs enfants feraient presque mieux de les tuer tout de suite, tant cette culpabilité qui nous ronge est une forme de suicide psychologique permanent!

Le Dieu bon demande seulement: "sois". Sois toi-même, avec tes forces et tes faiblesses, progresse bien sûr, apprends, aime. Mais surtout "sois" car "je suis". Et parce que tu seras, je serai. Et je ne te juge pas, je te demande seulement de vivre.

"Car le Père ne juge personne" (Jean 5:22)

Voilà donc ce qu'on reproche aux gnostiques, en dehors de tout le folklore avec lequel les clergés - les culpabilisateurs - successifs ont volontairement enténébré l'enseignement gnostique originel, celui de Jésus. Alors je laisse à chacun et chacune le soin de juger ce qu'il y a de répréhensible à inviter les gens à "être", surtout quand on sait que cet épanouissement sans culpabilité mène au bonheur et à l'union avec un Père bienveillant! En n'oubliant pas que dans bienveillant… il y a "veillant".

 

 

commentaires

aletheias 04/04/2014 08:44

Je t'avoue que la première fois que j’ai lu tes articles, il y a quelques années, je te trouvais intéressante, mais trop new-Age à mon gout, maintenant je te comprends autrement, plus gnostique chrétiens apostolique, je que je nomme un Epi-gnostique (je vais sortir la semaine prochaine un article là- dessus, je compte sur toi pour le commenter).
A tu changer ? Est-ce Moi ? Est-ce que je te comprends mieux ?
En tout cas aujourd’hui je te considère comme une sœur en esprit.
Article avec beaucoup d’intelligence spirituelle,
Bonne continuation.

Madeleine 22/07/2014 18:53

Oui, avant j'apparaissais peut-être plus New Age, car je postais des articles sur les débuts de la vie de Marie-Madeleine, quand elle était une prostituée sacrée. Je ne suis pas de ceux qui nient ce côté-là chez elle, car comment pourrait-on parler de sa "conversion", alors ? Et de sa purification ?

Puis j'ai évolué avec elle: j'ai "rencontré" Jésus (quelque soit son prénom, pour moi il s'agit de Simon de Samarie) et puis j'ai "reçu" le témoin, la transmission. Je dis ça sans orgueil puisque je sais que je ne suis rien sans Dieu en moi. Tu connais ça aussi, n'est-ce pas ? Alors je ne peux que donner, comme tu le fais aussi.

Mais je reconnais que j'ai changé, effectivement: j'évolue, je précise ma pensée, je me purifie. C'est la logique d'un chercheur qui, cent fois sur le métier, remet l'ouvrage ;-)

*******

Présentation

Introduction

 

"C'est moi la Fiancée, et
le Fiancé c'est mon mari
qui m'a engendrée; c'est
moi la mère de mon père
et la soeur de mon mari
et c'est lui mon rejeton."

Le Tonnerre

 

Nag Hammadi


Rechercher

Contact