"La lumière luit dans les ténèbres
et les ténèbres ne l'ont pas saisie."

 

 

 

"Une jeune femme exaltée court dans la nuit, partie annoncer aux hommes une nouvelle bouleversante. Il fallait qu'une femme le fasse. Près de deux mille ans plus tard, bien des hommes religieux commencent à peine à s'en remettre et se détendent enfin, alors que d'autres n'y arrivent toujours pas, renfrognés sous leur mitre et s'accrochant désespérément à leur crosse rigide. Comprenez ça: ce qui est devenu une religion d'hommes méconnaissant, craignant et longtemps méprisant la femme a débuté par une femme, celle que Jésus chérissait entre tous et toutes au point qu'il s'est manifesté d'abord à elle après sa mort. Mais au-delà de ces histoires d'hommes et de femmes, demandons-nous si nous sommes prêts à ouvrir notre porte à Marie Magdeleine venue porter la nouvelle de notre délivrance. Comment notre tombeau plein peut-il saisir le sens profond du tombeau vide ?"

 

Le tombeau vide

 

 

 

 

"Maintenant, étends ta main.
Maintenant, embrasse-moi !

Et alors j'étendis mes mains, et je ne le trouvai pas
comme je l'imaginais. Mais après je l'entendis dire:
« Comprends et embrasse-moi ». Alors je compris
et j'eus peur. Et je fus rempli d'une grande joie."

Apocalypse de Jacques

 

 

commentaires

Olivier 28/06/2013 16:10


Au sujet du "Ne me touche pas", j'ai écrit un article où je
démontre pourquoi Jésus dit cela à Marie-Madeleine. Selon moi, c'est parce qu'elle est engagée dans un naziréat (une purification) et donc elle ne peut pas toucher un mort (un des trois voeux du
naziréat)


Ce qui indique qu'il convient de connaître le judaïsme si on veut
"déchiffrer " les évangiles .


Le regard juif sur les écrits fondateurs du christianisme serait
souhaitable .Malheureusement ,peu d'intellectuels juifs ( historiens ,philosophe ,théologiens ) sont disposés à entreprendre cette démarche  en raison des violences ,persécution subies dans
le passé par  l'occident "chrétien" .


Je m'étonne un peu ,qu'à cettre époque , dans cette culture
machiste , une femme puisse être engagée dans le naziréat.  

Madeleine 28/06/2013 23:38



Le naziréat est tout à fait ouvert aux femmes, on le voit dans le chapitre 6 de Nombres qui commence ainsi (Nombres 6:2):

"Si un homme ou une femme entend s'acquitter d'un voeu..."

En Nombres 6:18, on lit qu'à la fin du naziréat, le nazir rasera sa chevelure. On peut penser, en voyant la longueur de la chevelure de Marie-Madeleine, qu'elle s'était engagée pour un naziréat
perpétuel, ce qui correspond bien à ce que l'Histoire a retenu d'elle et de sa pénitence exemplaire.

En hébreu, la racine "nâzar" signifie "séparer au profit de la divinité". C'est bien ce qu'a fait Marie-Madeleine, dans son ermitage (qu'il ait eu lieu dans le désert ou à la sainte Baume). Je
pense que sa purification lui a été demandée par Jean-Baptiste pour se purifier du culte d'Ishtar d'où elle venait avant de rejoindre le Judaïsme (puis de se détacher de ce dernier au profit de
la Gnose, auprès de Dosithée - "si tu connaissais le don de Dieu" - puis Simon de Samarie).

Un pdf bien fait sur le naziréat

*******


 



Olivier 27/06/2013 20:07


Ainsi, quand Jésus apparaît à Marie de Magdala, il lui dit: «Ne me touche
pas…» Plus loin, il retrouve ses disciples en passant à travers le mur… L’évangile de Marie est plus explicite: Marie (de Magdala) y parle clairement de sa vision du maître (La Rumeur de
Dieu)


Si on  fait une interprétation bouddhiste de ces paroles de Jésus , cela pourrait signifier la nécessité du détachement : détache toi de la
présence physique , communiquons sur un autre plan . Cette disposition peut s'appliquer à tous nos êtres chers disparus .

Madeleine 27/06/2013 22:25



Bonjour Olivier,

Au sujet du "Ne me touche pas", j'ai écrit un article où je démontre pourquoi Jésus dit cela à Marie-Madeleine. Selon moi, c'est parce qu'elle est engagée dans un naziréat (une purification) et
donc elle ne peut pas toucher un mort (un des trois voeux du naziréat). D'ailleurs Jésus donne lui-même immédiatement l'explication: "car je ne suis pas encore monté vers le Père".
Sous-entendu je ne suis pas encore ressuscité d'entre les morts, je suis toujours à l'état de mort. Donc c'est un geste d'amour de Jésus envers Marie-Madeleine (pour qu'elle ne doive pas
recommencer son naziréat depuis le début), et certainement pas un geste de refus comme on le croit habituellement!

Il faut se rappeler que, pour les gnostiques, ce monde est un cadavre (voir l'évangile de Thomas, logion 56) dont il s'agit de ressusciter. Entre ce jour de Pâques et l'Ascension, Jésus ne fera
d'ailleurs que des "apparitions" (comme un fantôme en ferait), il traverse même les murs (comme le font les fantômes).

A l'Ascension il sera enfin ressuscité, il aura quitté le cadavre. On peut remarquer qu'il y a quarante jours entre Pâques et l'Ascension, ce nombre n'est pas anodin...

Juste une parabole

*******


 



Madeleine 27/06/2013 19:39


"C'est une chose défaillante, une chose qu'il est facile de remettre sur pied, grâce à la découverte de Celui qui vient jusqu'à celui qu'il fera
retourner à lui. Ce retournement est appelé « repentir »."

L'évangile de la Vérité

C'est le sens du mot "metanoia": repentance, conversion, retournement...


 

Madeleine 27/06/2013 09:49


On peut voir cela illustré dans l'épisode où Marie-Madeleine rencontre Jésus, au matin de la Résurrection (Jean 20:11-18). Car elle se retourne "deux fois"! Ce qui est incongru, quand on
visualise la scène. Cette deuxième fois est le "retournement" dont je parle.

D'abord, elle est positionnée en prédatrice: "On a enlevé mon Seigneur, je ne sais où on l'a mis". Elle veut le corps de Jésus, c'est son Seigneur, il lui appartient. Elle veut le chérir, le
posséder. Puis elle se retourne (retournement spatial) et elle dit au "jardinier": "Dis-moi où tu l'as mis, moi je l'ôterai". Moi je m'occuperai de son corps, je le prendrai.

Elle est donc face à Jésus. D'où vient alors que, en Jean 20:16, elle se retourne encore ? C'est incongru. Donc ce "retournement" là n'est plus spatial, il est spirituel: de prédatrice elle
devient celle qui donne. 180° de différence! Et d'ailleurs Jésus lui dit: "Va leur dire". Donne-leur la bonne nouvelle. Et elle va vers les disciples, elle sort d'elle-même, de ses besoins.

*******

On peut voir le même "retournement" dans l'évangile de Marie. Cette fois-ci, elle occupe la place de Jésus, elle a hérité de son enseignement. Elle invite les disciples à donner, à "aller vers".
Ils sont toujours dans l'affliction, dans la possession de leur Seigneur, dans la dépendance (donc dans la prédation). Marie-Madeleine les invite au retournement spirituel:

"Alors Marie se leva, elle les embrassa tous et dit à ses frères: « Cessez de pleurer et de vous affliger et que votre coeur ne soit plus partagé car sa grâce vous accompagnera tous et vous
protégera. Louons plutôt sa grandeur car Il nous a préparés, Il nous a faits Homme. » Par ces paroles, Marie convertit leur coeur au Bien et ils se mirent à argumenter sur les paroles du
Sauveur."

Evangile de Marie

*******


 

Madeleine 27/06/2013 01:09


Et ensuite, mais seulement ensuite, la contemplation ;)
Alors vivre devient une contemplation, sans passé et sans but.

Un bon moyen de savoir si on est devenu Christ:
L'envie ou le besoin d'un résultat! En Christ, cela a disparu.

Juste le don.
C'est cela le "retournement": de prédateur, on devient don.


 

Olivier 26/06/2013 21:34


Ce que nous sommes, nous ne pouvons le connaître et nous n’avons pas à le connaître non plus:
nous le sommes. Nous n’avons pas à ressusciter, car nous ne mourrons jamais. D’ailleurs, nous ne sommes jamais nés. ( extrait de  La rumeur de Dieu )


Merci d'avoir signaler Jean Bouchart d'Orval  et ses livres .


Si je comprends bien ,l'essentiel c'est être . Et cet être nous échappera toujours ,il est
insaissisable . Nous ne faisons que l'imaginer par nos images mentales . Il nous faut alors savoir que ce ne sont que des constructions  du langage et de la pensée . L'attitude juste
 serait une sorte de silence ,de vide ...ouvrant sur une contemplation ,une confiance . Cela me rappelle Jean -de- La- Croix ,le mystique, qui préconisait les trois nuits : celle des
sens,celle de l'intelligence ,celle de la volonté . Au terme de ces trois nuits ,naissait le jour : une présence à Dieu  qu'il appelait oraison .



Madeleine 26/06/2013 23:57



J'ai posté l'extrait sur Marie-Madeleine car je le trouve bien écrit. Pour le reste de ce que "enseigne" Jean Bouchart d'Orval, chacun jugera. Etant une passionnée de psychanalyse (jungienne), je
suis loin personnellement de partager ce genre de concepts fourre-tout (bien sûr que si, nous avons à ressusciter! C'est même le sens profond de l'enseignement de Jésus) et je crois que seule la
"conscientisation" courageuse de ce que nous sommes (et surtout de ce que nous refoulons, de ce que nous refusons) mène à la véritable libération, la véritable transmutation alchimique d'un être:
la mise en lumière de notre inconscient, l'illumination progressive de nos ténèbres intérieures jusqu'à la pleine conscience, l'êtreté christique.

Mais, bien entendu, "l'essentiel c'est d'être"! Encore faut-il le devenir...
Alors je dirais comme Dieu: "Je suis qui je deviens" (eyeh asher eyeh).


 



Présentation

Introduction

 

"C'est moi la Fiancée, et
le Fiancé c'est mon mari
qui m'a engendrée; c'est
moi la mère de mon père
et la soeur de mon mari
et c'est lui mon rejeton."

Le Tonnerre

 

Nag Hammadi


Rechercher

Contact