"C'est pour avoir obéi à son Père en vue
de notre salut qu'il a été appelé Simon,
c'est-à-dire l'obéissant (hébr. shama)."

L'évangile de Simon

 

 

commentaires

Madeleine 09/04/2014 19:28

Dans le "Graal", Târâ est associée à Amata et à Sibylla. C'est remarquable, puisque Amata veut dire "amante" (féminin du participe de amo pris substantivement (Gaffiot))
et Târâ était l'amante de Soma, comme on l'a vu plus haut.

Remarquable aussi puisque mon sentiment est que Marie-Madeleine, équivalent gnostique de Târâ selon moi, était une sibylle (et l'amante que l'on sait).

Soma y est associé à Alma Mater (= mère nourricière en latin).
Et cela encore est remarquable:

http://www.editions-arqa.com/editions-arqa/spip.php?article20

*******

Sur Târâ la Libératrice, un lien très complet en anglais:

http://www.khandro.net/deities_Tara1.htm

*******

Dans la "pommade" qui guérit Jésus, selon Mirza Ghulam Ahmad (Ahmadisme),
il y avait la myrrhe. Là encore on retrouve un attribut de Marie-Madeleine:

"It is, however, not clear whether the ointment was prepared, as a result of divine revelation, by Jesus himself after he had undergone the suffering of the Cross, or, that it was prepared after consultation with some physician. Some of its ingredients are like specifics; especially "myrrh" which is mentioned also in the Torah. In any case, the wounds of Jesus healed up in a few days by the use of this ointment. Within three days he recovered sufficiently to be able to march seventy miles on foot from Jerusalem to Galilee. Hence, regarding the efficacy of this preparation it is enough to say that while Jesus healed others, this preparation healed Jesus!"

http://www.alislam.org/library/books/jesus-in-india/ch3.html

Et ce nom de "Marham-i-Isa" n'est pas très éloigné de Mariham-Isa...

*******

Comme on le voit, si le dia-bolos a séparé Dieu, le sym-bolos réunit Dieu...

*******

Madeleine 11/12/2013 17:25

Je travaille beaucoup par syllogismes car je crois profondément à une sorte de "religion archétypale" qui existerait depuis la nuit des temps et qui n'aurait été que "diluée" mais pas fondamentalement changée par les différents peuples de la planète. Donc il ne s'agit pas de syncrétisme mais, tout au contraire, d'un retour aux archétypes et, "par là", d'un retour à Dieu (en rêvant que cette religion archétypale étudiée "par tous" devienne un jour la religion universelle, qui sait ?)

On va le voir encore ici, avec Soma/Jésus et Târâ/Marie-Madeleine.

Dans un commentaire récent, j'émettais l'hypothèse que Marie-Madeleine avait été mariée à Jean-Baptiste avant d'être ensuite "ravie" par Jésus (si Marie-Madeleine est Jean, on constate qu'effectivement les fils de Zébédée sont d'abord des disciples de Jean-Baptiste qui quittent ce dernier pour Jésus). Et je poursuivais en supposant que c'était elle, la femme adultère à qui Jésus pardonne (épisode qui n'existe, comme par hasard, que chez "Jean") car un détail m'avait frappée dans un tableau de Cranach l'Ancien: Jésus et la femme adultère se tiennent quasi amoureusement par la main et cette femme ressemble fort à la Marie-Madeleine du même peintre:

http://idata.over-blog.com/4/46/35/79/Compagnie/adultere.jpg

http://idata.over-blog.com/4/46/35/79/Compagnie/adultereMM.jpg

*******

On peut à présent comparer les deux femmes et, si le syllogisme fonctionne à un niveau archétypal, alors on doit pouvoir "tout" remplacer sans que rien ne pose problème. Je commence par la description fidèle de la légende de Târâ:

Târâ est mariée à Brihaspati avant que Soma ne l'enlève par amour. Elle est donc une femme adultère. Brihaspati est en quelque sorte un prêtre "à l'ancienne", qui adore de façon rituelle et dans un temple: la religion exotérique. L'enlèvement de Târâ par Soma la fait "basculer" d'une religion exotérique, ritualisée, à une spiritualité mystique. Târâ devient enceinte de Soma et, ensemble, ils donnent naissance à Bouddha. Brihaspati déclare la guerre à Soma et cela devient la "guerre des dieux".

Marie-Madeleine est mariée à Jean-Baptiste avant que Jésus ne l'enlève par amour. Elle est donc une femme adultère. Jean-Baptiste est en quelque sorte un prêtre "à l'ancienne", qui adore de façon rituelle et dans un temple*: la religion exotérique. L'enlèvement de Marie-Madeleine par Jésus la fait "basculer" d'une religion exotérique, ritualisée, à une spiritualité mystique. Marie-Madeleine devient enceinte de Jésus et, ensemble, ils donnent naissance au Christ. Jean-Baptiste déclare la guerre à Jésus et cela devient la "guerre des dieux".

* Jean était sacrificateur au Temple à la mort de son père Zacharie.

*******

Bien sûr il y a cette parole de Jean-Baptiste (encore dans "Jean", décidément) que je rappelais dans un commentaire récent: "Celui qui a l'épouse est l'époux; mais l'ami de l'époux, qui assiste et l'entend, est tout réjoui à cause de la voix de l'époux; cette joie donc, qui est la mienne, est accomplie." (Jean 3:29)

En dehors du fait qu'on peut raisonnablement voir dans ces mots ceux d'un mari trompé qui fait "bonne figure", il est clair qu'on peut difficilement y lire une "déclaration de guerre" comme celle de Brihaspati à Soma! Mais il faut rappeler ici que les disciples de Jean-Baptiste méprisent profondément Jésus qu'ils appellent "le faussaire" (paulis). Voir les écrits mandéens à propos de Jésus. On peut se rappeler aussi que Jean-Baptiste dit: "Il faut que lui croisse et que je diminue" (Jean 3:30). Sous-entendu: il faut que l'Ancien Testament, ritualisé, qui adore dans un temple, décroisse, et que le Nouveau Testament, spiritualisé, qui adore en esprit, grandisse. Jésus ne dit pas autre chose lui-même:

"L'heure vient que vous n'adorerez le Père ni sur cette montagne ni à Jérusalem (...) Le salut vient des Juifs mais l'heure vient, et c'est maintenant, que les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité." (Jean 4:21-23)

Les "vrais" adorateurs... sic!

On peut donc voir dans cette "guerre des dieux" celle que firent les Juifs et l'Ancien Testament de Yahvé à Jésus et au Nouveau Testament de Dieu... et réciproquement...

*******

Dans mon hypothèse que Jésus cache Simon de Samarie, cela fonctionne aussi puisque Simon était un ancien disciple de Jean-Baptiste, "tout comme" Jésus (voir Matthieu 3:13). Un autre de ses trente disciples était Hélène, prostituée "tout comme" Marie-Madeleine (Sophia prounikos):

"Il y avait parmi eux une femme nommée Hélène (...) Quant à Simon, il fut pour Jean le Baptiste le premier et le plus éprouvé de ses trente."

http://www.chemins-cathares.eu/070104_les_homelies_chapitre_02.php

On peut penser aussi au rapt d'Hélène de Troie, femme adultère, qui déclencha une... guerre des dieux...

*******

Il reste un point de "détail": nulle part il n'est dit, ni même supposé (hormis dans le Da Vinci Code) que Jésus et Marie-Madeleine aient conçu un enfant ensemble, un enfant qui aurait pû ressembler à Bouddha comme le fils de Soma et de Târâ.

Mais par contre, s'ils sont des êtres polaires (voir mon article "une seule chair"), alors leur "union spirituelle" donne effectivement naissance au Christ, le Christ androgyne qui contient en lui les deux polarités, masculine et féminine. Comment Jésus, polarité masculine, pourrait-il devenir, à lui tout seul, le Christ androgyne, sans l'apport EXACTEMENT IDENTIQUE EN IMPORTANCE (comme le Yin et le Yang) d'une polarité féminine ? Voilà encore une chose que les chrétiens, et surtout les catholiques misogynes, n'ont pas comprise quand ils parlent du Christ. Le Christianisme devrait adorer DANS LA MEME IMPORTANCE Jésus et Marie-Madeleine si ce mot "Christianisme" qu'ils revendiquent vient du mot "Christ"...

Alors oui, ils donnent "ensemble" naissance au Christ/Bouddha et on peut conclure en disant:

"Tout se tient".

*******

Madeleine 08/12/2013 18:33

Je crois de plus en plus avoir trouvé, en la coque du Levant, la plante précise qui serait le "soma"! On dit que la plante et le soma portent le même nom or, comme je l'ai mentionné plus haut, soma est un des noms indiens de la coque du Levant, ce qui semble avoir échappé à l'attention des chercheurs.

Mais je lis aussi, ci-dessous, une description de cette plante inconnue, et c'est selon moi exactement la description de la coque du Levant (Anamirta cocculus):

"En fait, c'est la comparaison entre ces étrangetés de l'Inde et de la Scandinavie qui peuvent donner l'idée d'une solution simple, à savoir qu'il s'agisse de la cohabitation d'un arbre support et d'une liane (à feuilles persistantes et porteuse de baies) qui s'enroulerait autour de lui comme la guirlande du sapin de Noël."

http://projetbabel.org/forum/viewtopic.php?t=12802

Qui s'enroulerait comme une guirlande de Noël... comme ceci, exactement ?

https://picasaweb.google.com/104296991179161247104/DigitalHerbariumOfAngiospermsMenispermaceae#5621970554442973794

*******

Lors de mes recherches, j'ai lu que certains mélangeaient de la coque du Levant à de la bière, pour qu'elle procure plus d'ivresse (à dose toxique, c'est un catalepsiant mais à petites doses c'est un stupéfiant). Or le soma procurait l'ivresse, comme on le sait...

Si des lecteurs connaissent des chercheurs intéressés par ma découverte que le "soma" serait la coque du Levant, ce serait sympa de leur en parler. Merci.

*******

Madeleine 08/12/2013 18:03

La compagne (femme adultère...) de Soma est Târâ.

Si Jésus "représente" Soma, alors Marie-Madeleine représenterait Târâ (représentée nue comme elle). Et on la retrouve bien décrite ci-dessous, dans le portrait de Târâ (Marie-Madeleine est appelée "illuminatrice" et l'Etoile du berger (Vénus), pour Alphonse Daudet, s'appelle Maguelonne):

"En sanskrit, son nom signifie Libératrice, mais aussi Étoile, et Celle qui fait passer - à l'autre rive - à l'instar d'un Bouddha. Dans le bouddhisme tibétain, elle est considérée comme la Libératrice, et la Mère de tous les Bouddha. (...) Elle est la principale figure féminine de Bouddha."

http://fr.wikipedia.org/wiki/Tara_%28bouddhisme%29

C'est étrange de voir comme tout se recoupe car, dans le Christianisme (surtout gnostique), Marie-Madeleine est considérée comme celle qui reste une femme (de corps) tout en étant celle qui s'est faite homme (d'esprit). Et il en va de même pour Târâ, selon le Dalaï Lama:

"Il y a un vrai mouvement féministe dans le bouddhisme qui est relié à la déité Tārā. Suivant son culte de la bodhicitta, la motivation du bodhisattva, elle a observé la situation des êtres s'efforçant d'atteindre le plein éveil et elle remarqua que peu de personnes atteignaient l'état de Bouddha en tant que femme. Ainsi Tārā s'est fait une promesse (elle a dit à elle-même) : « J'ai développé la bodhicitta en tant que femme. Pour toutes mes vies le long du chemin, je jure de renaître en tant que femme, et dans ma dernière vie, quand j'atteindrai l'état de Bouddha, là aussi, je serai une femme. »" (même lien)

On retrouve aussi, dans l'hymne à Târâ ci-dessous, l'essence androgyne de Sophia, la Sagesse ("Essence qui t'énonces dans le Son primordial" est précisément la définition que les gnostiques donnent de Sagesse):

"Ô Mère, ceux qui ont recours à Toi,
Donne-leur refuge à tes pieds !
Toi qui par la grâce d'un regard
Abolis l'angoisse de la Mort
Et nous fais traverser l'Océan de ce monde,
Ô Târâ, Epouse du Seigneur de la Grâce,
Essence qui t'énonces dans le Son primordial,
Toi qui es à la foi avec et sans attributs,
Matérielle et subtile,
Toi qui es l'Origine et n'as point d'origine,
Qui habites le lotus immaculé du mûlâdhâr,
Par-delà Traditions et Ecritures,
C'est de Toi que tout procède,
Tu es le Père, Tu es la Mère,
Tu es l'Esprit et Tu es la Nature,
Fille de la Montagne, Tu es aussi le Cygne
Qui, en tout ce qui vit, accomplit ton périple de Joie.
C'est Toi qui crées, préserves et dissous les mondes."

http://eclat-de-lune.over-blog.fr/article-33054449.html

*******

Madeleine 06/12/2013 18:10

Plus prosaïquement...

Je pense que celui qui était en charge d'apporter à Jésus le vinaigre catalepsiant s'appelait vraiment Elie!

"Et quelques-uns de ceux qui se tenaient là, ayant entendu, disaient: Il appelle Elie, celui-ci! ET AUSSITOT l'un d'entre eux courut" (+ vinaigre etc) (Matthieu 27:46-48)

"Voyons si Elie vient pour LE SAUVER" (Matthieu 27:49)

*******

Si Jésus est crucifié à midi ("six heures") et qu'il demande le vinaigre à trois heures ("neuf heures"), il sait que son corps doit encore rester immobile, comme mort, jusque vers six heures du soir, moment où ses proches sont obligés de le dépendre (avant le coucher du soleil)! Donc il faut une tétanie absolue, et donc il prenait d'énormes risques "d'y rester" (d'où son angoisse à Gethsémani)...

*******

"D'après M. Gubler, la picrotoxine est un poison catalepsiant, parce qu'elle immobilise tétaniquement le corps dans l'attitude où il a été surpris."

http://archive.org/stream/aidemmoiredephar00ferr/aidemmoiredephar00ferr_djvu.txt

"CATALEPSIE. Névrose ou affection cérébrale intermittente, le plus souvent sans fièvre, caractérisée par la suspension plus ou moins complète de la sensibilité extérieure et des mouvements volontaires, et surtout par une raideur tétanique dus muscles qui permet aux membres et même au tronc de conserver durant tout l'accès la position qu'ils avaient au moment de l'invasion, ou celle qu'on leur donne ; les muscles respiratoires continuent alors à se mouvoir, mais la respiration est très affaiblie.

La catalepsie est rarement mortelle par elle-même, mais cet état peut quelquefois être confondu avec la mort : il parait que des individus atteints de catalepsie très intense ont été enterrés vivants."

http://www.homeoint.org/seror/granier/c.htm

*******

Madeleine 06/12/2013 17:24

"Agni, messager du sacrifice, héraut qui convoque les dieux au banquet sacré, étendard LUMINEUX autour duquel ils se rassemblent en compagnie du peuple des fidèles, Agni reçoit les offrandes et les consume; mais il ne les garde pas, puisque son corps mortel, qu'il manifeste chaque jour, n'a qu'une très courte durée et ne laisse rien après lui qu'un peu de cendre sur l'autel."

Essai sur le Vêda, p. 373

http://books.google.fr/books?id=EnQXAAAAQAAJ&pg=PA373

"Aussi trouvons-nous dans le Rig-Vêda un grand nombre d'hymnes où Agni est conçu comme une véritable personne divine, comme un esprit pur, très-parfait, auteur de TOUTES CHOSES et maître du monde; producteur des hommes, il leur donne la vie, afin qu'ils l'aiment comme un père, qu'ils le servent et que par là ils parviennent au bonheur et à l'immortalité."

Même livre, p. 375

"Il engendre TOUTES CHOSES à travers lui
et, en dehors de lui, il n'engendre rien qui naisse.

En lui était la vie,
et la vie était la LUMIERE des êtres."

Jean 1:3-4

*******

Madeleine 05/12/2013 16:04

"Les mots Soma et Haoma apparaissent respectivement dans les Rigveda (religion hindouiste) et l'Avesta (religion zoroastrienne). Ils désignent tous deux une boisson enivrante à usage sacrificiel, obtenue par pressurage et fabriquée à partir d'une plante désignée dans les textes de référence sous le même nom. La racine est indo-iranienne et désigne littéralement le suc, le jus pressé, qui se retrouve dans le sanskrit soma (jus obtenu par pressurage de la plante soma, breuvage sacrificiel), dans le vieux perse hauma (plante et suc de sacrifice) et dans l'avestique haoma (breuvage du culte). La racine se retrouve d'ailleurs en linéaire A (Crète minoenne) sous la forme heme, pour jus ou liqueur, mais sans association particulière au culte."

http://www.tela-botanica.org/page:soma_haoma

En lisant cela, je pense aux mots de Jésus:

"Ceci est mon corps, ceci est mon sang"

En grec, corps est traduit par "soma" et sang par "aima"...

Soma et Haoma/Hauma/Heme ?

*******

"Il fait entendre sa voix pareille au tonnerre sous la voûte céleste."

http://cdigital.dgb.uanl.mx/la/1020025388/1020025388_018.pdf

Les fils du Tonnerre = les fils du Soma ?

"Pouvez-vous boire la coupe que moi, je vais boire ?
Ils lui disent: Nous le pouvons" (Matthieu 20:22)

*******

"Une fois arrivé au trône d'Agni, il devient l'espoir et le protecteur de ceux qui servent ce dieu, dès l'instant qu'il s'est placé lui-même au siège élevé d'Agni, il ne connaît plus d'ennemi qui l'arrête." (même pdf que ci-dessus, bas de page 205)

Voir l'Apocalypse et le trône de l'Agneau...

*******

Madeleine 05/12/2013 00:34

Serait-ce le... "soma" ?

"L'arbuste grimpant qui donne la coque du Levant croît dans l'Inde où on le nomme Loegtan, Lactan, Libtang, SOMA, Suma, Tuba flava, etc, suivant les lieux; les Indiens estiment tant sa racine qu'ils la nomment racine à tous maux."

http://books.google.fr/books?id=cQ4_VuzfV2cC&pg=PA330

*******

Personne ne sait quelle est la plante sacrée à la base du Soma.
Alors je crois que je l'ai personnellement trouvée...

Le nom latin de la coque du Levant est Anamirta.

Et je lis par ailleurs ceci: "Le mythe du barattage de la mer de lait
raconte comment Amrita fut donné aux hommes."

http://www.tela-botanica.org/page:soma_haoma

Anamirta... Amrita... c'est fort proche on dirait.
Et puis cette "mer de lait"... et ci-dessus, la coque du Levant s'appelle Lactan...

Encore une découverte (cadeau) mais celle-ci à consommer avec modération ;)

*******

Madeleine 04/12/2013 23:33

En complément...

On peut voir que c'est Jésus lui-même, sentant peut-être ses forces décliner, qui donne le signal de l'absorption du vinaigre. Et ceci est constant chez trois évangélistes sur quatre (excepté Luc).

1. Jésus donne le signal par un cri.
2. Aussitôt, quelqu'un accourt et lui donne le vinaigre.
3. Aussitôt le vinaigre pris, Jésus rend l'esprit.

Matthieu 27:46-50 ("aussitôt l'un d'entre eux courut")
Marc 15:34-37 ("l'un deux courut")
Jean 19:30 (Jésus dit "j'ai soif" puis aussitôt vinaigre puis expiration instantanée)

Donc c'est soit un vinaigre meurtrier (!) soit une drogue tenue à disposition.
De nos jours, on met quelqu'un en "coma artificiel"... pour le garder en vie...

*******

"La picrotoxine (...) se dissout mieux dans les acides,
DANS LE VINAIGRE, par exemple, que dans l'eau pure."

Traité de chimie organique

http://books.google.fr/books?id=lw07AAAAcAAJ&pg=PA709&lpg=PA709

*******

La Coque du Levant d'où est tirée la picrotoxine
arrivait de l'Inde par Alexandrie, en Egypte.

Alexandrie où étudia Simon de Samarie (avec Philon notamment).

*******

De nos jours, certains pêchent encore à la picrotoxine,
qui a la propriété d'engourdir le poisson.

Jésus... le poisson...

Elle ralentit notablement le rythme cardiaque.

(recherche sur "picrotoxineralentit" en un mot)

*******

Picrotoxine signifie en grec "poison amer" (picros toxicon).

La Coque du Levant était employée pour obtenir une pêche "miraculeuse", mais les poissons pêchés ainsi pouvaient être dangereux pour les humains. Pourrait-on voir, dans la picrotoxine, une allusion au "poison amer" de l'Apocalypse ?

"L'étoile s'appelle "Absinthe" (parfois traduit "poison amer"). Le tiers de l'eau devient amer, et beaucoup de gens meurent, parce que l'eau est empoisonnée." (Apocalypse 8:11)

"Il s'agit de la coque du Levant, un produit interdit à la vente (sauf usage médical en dilution) car il permet une pêche "miraculeuse". Son alcaloïde, la picrotoxine, est un stupéfiant pour les poissons; ceux-ci, anesthésiés, remontent à la surface de l'eau le ventre à l'air, il n'y a plus qu'à se baisser pour les ramasser. A noter toutefois que leur chair est dangereuse à la consommation."

http://www.homeoint.org/books4/horvsemb/espoir2.htm

*******

Madeleine 03/12/2013 22:59

Pour tenter d'expliquer ce tableau énigmatique de Bellini, quelques réflexions personnelles:

Si l'on regarde chronologiquement l'enchaînement des faits menant à la crucifixion, ce n'est pas la trahison de Judas qui est l'élément déclencheur de l'arrestation puis de la crucifixion, mais bien l'onction de Marie: c'est à cause de cette onction hors de prix que Judas est scandalisé et décide de livrer Jésus (Matthieu 26:14).

Donc le disciple initié n'est pas Judas comme certains l'ont prétendu mais bien Marie-Madeleine. Le Sauveur avait-il décidé du geste exceptionnellement provocateur de celle-ci en commun accord avec elle (Matthieu 26:12) ? On reviendrait alors à la thèse défendant l'idée d'un Jésus qui se livre volontairement à la croix, certainement pour "marquer les esprits" des juifs à convertir mais sachant qu'il va en réchapper en secret. Ou qu'en tous les cas, il va essayer...

Car il faut bien dire que tout a été mis en oeuvre pour qu'il en réchappe: c'est un autre qui porte la croix ce qui n'affaiblit pas Jésus inutilement; les jambes ne sont pas brisées; le coup de lance est réalisé avec maîtrise (fait par un amateur il aurait pû le tuer); un vinaigre dont on ignore la composition (était-ce de la picrotoxine ? A dose toxique, elle immobilise instantanément le corps à l'état cadavérique) lui est donné et comme par hasard la "mort" survient immédiatement après; la dépendaison est très rapide (la date de la Préparation juive n'a certainement pas été choisie au hasard, obligeant les proches à une dépendaison hâtive); le tombeau se trouve à l'endroit même du lieu où il est crucifié (Jean 19:41) ce qui est insolite et peut suggérer le projet de donner rapidement des soins de réanimation; le tombeau est neuf donc inconnu et a été commandé par un homme riche (les tombeaux des familles riches de Jérusalem possédaient des souterrains pour y accéder en toute tranquillité sans se mêler au peuple, ce qui a pû permettre à des soigneurs d'y entrer en secret mais aussi à Jésus de s'en échapper "magiquement"), etc.

*******

Dire aussi que "rendre l'esprit" ce n'est pas forcément mourir!
Et "expirer" nous le faisons des milliers de fois par jour...

Ce n'est pas de l'ironie: il n'a jamais été écrit que Jésus meurt.
Et "ekpneo" (Marc 15:37) ce n'est pas "ekpsucho" (Actes 12:23)

Chez Marc 15:

Ekpneo = souffle hors de = rendre l'esprit (sous-entendu hors de l'âme)
= rendre l'esprit tout en gardant l'âme en vie

Dans les Actes 5 et 12:

Ekpsucho = psyché hors de = rendre l'âme (sous-entendu hors du corps)
= rendre l'âme, donc mourir

*******

A propos du "centurion": on a déjà été préparé au fait qu'il puisse être un complice actif de Jésus, quand on lit Matthieu 8:5-13. Principalement en 8:9 où le centurion affirme que les soldats lui obéissent au doigt et à l'oeil. Et il a une dette envers Jésus: son esclave qui lui était fort cher (Luc 7:2) a été guéri...

C'est encore un centurion (le même ? Il peut très bien être venu de Capharnaüm ou être devenu un disciple permanent) qui témoigne du fait que Jésus est Fils de Dieu, en Marc 15:39: "Certainement, cet homme était Fils de Dieu" et en Luc 23:47.

C'est encore sur le témoignage du centurion que Pilate, qui pourtant doutait de la mort de Jésus, donne le corps à Joseph (Marc 15:45) permettant une dépendaison rapide.

*******

Une chronologie embarrassante...

1. En Jean 19:30, Jésus remet l'esprit.

2. En Jean 19:31, les Juifs font la demande à Pilate que l'on rompe les jambes des suppliciés. Il faut un certain temps pour faire une demande à Pilate: au moins le temps d'une demande d'audience urgente puis le temps de se rendre auprès de lui et de lui exposer la demande. Et Pilate ne demeure pas auprès des croix...

3. En Jean 19:32, les soldats "viennent" (là encore ce n'est pas instantané puisque manifestement ce ne sont pas les soldats qui sont auprès de la croix) et rompent les jambes de deux larrons morts, ce qui peut prendre encore quelques minutes pour porter les coups.

4. En Jean 19:33, les soldats "voient" que Jésus est mort. Comment peut-on voir (au sens littéral), avec certitude, que quelqu'un est mort ? Il faut au minimum lui prendre le pouls, ce qu'ils ne font pas.

5. En Jean 19:34, un soldat perce le côté de Jésus et AUSSITÔT (euthys en grec veut dire dans l'instant même, immédiatement) il en sort du sang et de l'eau.

C'est absolument impossible, après tout ce temps passé - notamment la délégation des juifs auprès de Pilate - que le sang puisse sortir "aussitôt" du corps de Jésus s'il est mort, puisqu'il faut, pour cela, que le sang soit sous pression artérielle et il ne peut l'être que si le coeur envoie le sang, donc si le coeur bat, donc si la personne est vivante.

DONC JESUS N'ETAIT PAS MORT...

Je pense que Jean veut "témoigner" (Jean 19:35) de cela par ce terme "aussitôt" pour signifier aux initiés qui le liront qu'il n'y a pas eu de "miracle" de la résurrection puisqu'il n'y a pas eu de mort! Pour ne pas les tromper, en quelque sorte.

Ne pas oublier que Jean vient pour témoigner de la VERITE.

*******

Quel est l'intérêt de tout ceci ? Ou alors la vraie question est peut-être: quel est l'intérêt d'une pseudo résurrection de Jésus ? Montrer qu'il y aurait eu un "miracle" il y a deux mille ans ? Waow... et après ? Cela générera-t-il autre chose que des chrétiens "soumis" à un miracle ? Ne serait-il pas grand temps de grandir un peu ?

Le véritable enseignement du Sauveur tient dans la parabole du grain de blé qui meurt (crucifixion) pour faire place à l'épi (résurrection). De l'égo narcissique et solitaire qui meurt pour faire place au Soi universel, généreux comme l'est Dieu. "Cela", ça peut concerner tout le monde. Et il y a urgence. Car:

"Un sera pris, l'autre sera laissé" (Matthieu 24:40)

*******

Présentation

Introduction

 

"C'est moi la Fiancée, et
le Fiancé c'est mon mari
qui m'a engendrée; c'est
moi la mère de mon père
et la soeur de mon mari
et c'est lui mon rejeton."

Le Tonnerre

 

Nag Hammadi


Rechercher

Contact