"D'où que vous veniez, vous irez
vers Jacques le Juste pour qui le

ciel et la terre ont été faits." 

Evangile de Thomas

 

 

commentaires

Madeleine 03/06/2013 09:28


Votre message sera plus lisible en le surlignant, Olivier. Il vaut mieux éviter les couleurs ;)
Merci pour ces infos que je connaissais (mais certainement pas tous les lecteurs d'ici).

Mais si Marie-Madeleine a été une prostituée sacrée (ce dont je ne doute pas) avant sa conversion, je la vois mal se donner à un simple soldat romain et je ne crois pas une seconde
à cette fable ni à cette découverte fabriquée de toutes parts, à propos de cette tombe de Panthéra. Par contre j'ai déjà vu Jean-Baptiste revêtu d'une peau de panthère, on voyait même la tête de
la panthère...

*******

Jean-Baptiste était déjà un "homme" en l'an 6/7 de notre ère, année que personnellement je dis jubilaire (3x 49 ans plus tôt, Simon délivre Jérusalem). Et voici pourquoi Miryai, autrement dit
Marie-Madeleine, dira qu'elle a "aimé l'homme qu'elle a haï, et haï l'homme qu'elle a aimé". Pourquoi, suite à ce que l'on voit ci-dessous, Marie-Madeleine - qui est au centre du médaillon selon
moi - a voulu mettre au monde un Nouveau Testament, en "ressuscitant" son bébé via
le mythe Jésus:

Baptême du Christ

A noter que dans l'iconographie orthodoxe, Jean-Baptiste est représenté tenant un calice dans lequel se trouve l'enfant Jésus. Et selon moi, le crâne que Marie-Madeleine tient en mains ou qui
l'accompagne, dans de nombreuses représentations de sa pénitence, est celui de la tête de Jean. Enfin, on comprend mieux pourquoi Jésus refuse le Royaume des cieux à Jean-Baptiste: "Le plus petit
dans le Royaume des cieux est plus grand que lui"... "Depuis les jours de Jean-Baptiste jusqu'à présent, le Royaume des cieux est pris par violence" (Matthieu 11:11-12).

*******


 

Olivier 02/06/2013 22:10


Petit complément à mon message précédent rapporté dans le Talmud :


Cependant, pour les juifs, Jésus était le fruit de
l'union illégitime de sa mère avec un soldat romain du nom de Julius Panthera ("Panthéra" étant un sobriquet signifiant "la panthère"). C'est pourquoi, dans le Talmud, on trouve 20 passages ou il
est appelé Yeshu'a ben Panthera (Jésus fils de Panthéra).
Chose incroyable, on aurait retrouvé à Bingerbrück en Allemagne la tombe d'un soldat romain. Son nom était gravé : c'était Tiberius Julius Abdes Panthera, archer originaire le Sidon en Phénicie,
qui fut muté en Rhénanie en l'an 9 ap.Jc ! (...à vérifier)

Celse, rapporté par Origène dans le "Contra Celsum", est le premier à le mentionner : "La mère de Jésus a été chassée par le charpentier qui l'avait
demandée en mariage, pour avoir été convaincue d'adultère et être devenue enceinte des œuvres d'un soldat romain nommé "Panthèra". Séparée de son époux, elle donna naissance à Jésus, un batard.
La famille étant pauvre, Jésus fut envoyé chercher du travail en Égypte ; et lorsqu'il y fut, il y acquis certains pouvoirs magiques que les égyptiens se vantaient de
posséder." (Contre Celse. I, 32 5.
Cf. I, 28 10, 33 19 et 69 20. Cf. R.C. p. 355). 

Olivier 02/06/2013 22:00


 Posez-vous la question de savoir ce que devenaient les
bébés nés de la prostitution sacrée, surtout les garçons! Très gênants s'ils étaient nés d'un roi et auraient pu prétendre d'une façon ou d'une autre au trône de leur père (Jésus, "roi des
juifs")


Très gênant ,en effet ! Dangereux pour le pouvoir romain !


Dans la généalogie de Jésus , on mentionnait quelques prostituées :Tamar,( se prostitue avec son beau-père Juda),Rahab( prostituée de Jéricho qui s'occupe des espions ) Bethsabée ( avec David et
enfante Salomon ).


Il faudrait alors ajouté Marie -Madeleine également ancienne prostituée qui serait la mère de Jésus ....en remplacement de Marie signalée dans nos évangiles canoniques . Toutefois ,dans les
écrits juifs ( le terme ne me revient pas mais je retrouverai les références ) Jésus est parfois présenté comme étant  le fils de Marie et d'un soldat romain ! On s'en rapproche ....


A première vue le terme "prostituée " était ,à l'époque, moins péjoratif qu'aujourd'hui puisqu'il existait des prostituées ...sacrées en fonction dans le Temple . Une fonction noble !


TTTIl 

Olivier 02/06/2013 13:52


1)  En effet ,les sacrifices humains existaient dans l'Ancien Testament mais ont été remplacé par des sacrifices d'animaux ( voir le bouc émissaire) dans la suite ;


2 )Mon interprétation de "Jésus est venu accomplir la Loi  " est un peu différente .Cette phrase marque une rupture du christianisme avec le judaïsme .L'Ancien testament n'aurait été qu'un
projet ,un brouillon et le christianisme ,religion nouvelle ,Nouvelle Alliance serait l'accomplissement ,le vrai Israël . Une façon de d'affirmer le christiansme  supérieur au judaïsme
 ;


3 )Le christianisme est-il un mythe construit à partir d'un "Jésus " imaginaire ou ,au contraire ,Jésus était -il un personnage réel ,historique .Les deux tendances existent . Vous le voyez comme
un Jésus historique n'ayant vécu que 7 jours et dont la mère  Marie-Madeleine aurait construit  le mythe .


4) L'Ancien Testament renferme beaucoup de légendes .Il n'a été écrit que vers le VI siècle avant notre ère par les contemporains du roi Josias en guerre contre ses voisins au nom du Dieu Unique
.C'est donc une épopée légendaire pour "étoffer " le passé de ce peuple ,les Judéens . Voir notamment à ce sujet le livre de l'archéologue Israël FINKELSTEIN   " La Bible dévoilée ".


5 ) Le Nouveau Testament contient aussi des légendes empruntées à l'Ancien Testament et à d'autres religions .Par exemple ,le massacre des Innocents par Hérode n'a pas eu lieu . Il n'est qu'une
copie du massacre des jeunes garçons hébreux par le Pharaon qui n'est lui-même qu'une légende .


6 ) Abraham, Isaac,Jacob, ,Moïse ,Salomon ,David sont  des personnages légendaires  puisque antérieurs au 6e siècle . Même Josué ,qui a fait son entrée en Terre Promise ,est un
personnage légendaire .Les conquêtes du Roi Josias sont copiées sur celles attribuées à Josué ; Ou l'inverse : Josias est un autre Josué  !


7 )  J'ai apprécié votre reflexion concernant  le  bénéfice du sacrifice " d'un autre " qui est remplacé par le sacrifice de son égo .

Madeleine 02/06/2013 15:35



D'abord merci Olivier pour vos commentaires éclairés ;)

1) Peut-être ne connaissez-vous pas ce qui suit, et qui fait tout de suite penser à Jésus: "Les animaux immolés n'étaient que des images ou des suivants de la véritable victime du sacrifice,
laquelle devait être un dieu, fils du ciel, descendu sur terre, caché, enténébré sous une forme humaine, et condamné à mort. (...) Sa chair, dont se nourrissaient les hommes, les divinisait."

Le temple de Sib Zid Goudéa, bas de
page 9

2) C'est une vision respectable. Personnellement étant gnostique, je vois l'Ancien Testament comme l'oeuvre "sado-maso" (voir Job entre autres) du démiurge Yahvé-Yaldabaoth, avorton de Sophia et
le premier des sept démons, et le Nouveau Testament comme l'oeuvre de Dieu qui envoie des messagers (et messagères) du Plérôme pour réparer la déficience de Sophia.

3) Pas seulement sa mère mais une petite communauté, juive et helléniste, érudite (j'ai démontré en dernière page que l'apôtre Philippe était certainement Hérode Philippe, élevé à Rome). Aussi
l'apport de Simon de Samarie: Héraclite, Platon, Philon... Simon, pneumatique devant l'Eternel et bien trop méconnu! Je sais que mon assimilation de Simon-Pierre avec Simon de Samarie peut faire
sourire mais je les vois comme une sorte de Janus, de "passage" entre AT et NT. Janus aussi avait les clés du ciel, il était aussi le protecteur de Rome, comme Pierre...

4) Le travail d'Israël Finkelstein est remarquable, j'avais suivi les épisodes de "La Bible dévoilée" sur Arte. Mais je ne suis pas habilitée à juger son travail, juste admirer son ouverture
d'esprit.

5) Contrairement à ce que vous dites, je suis persuadée que ce "Massacre des Innocents" (Exode 22:29-30) cache un fait réel, qui a duré bien après l'épisode du sacrifice d'Abraham mais de façon
confidentielle, à l'abri des regards. Posez-vous la question de savoir ce que devenaient les bébés nés de la prostitution sacrée, surtout les garçons! Très gênants s'ils étaient nés d'un roi et
auraient pu prétendre d'une façon ou d'une autre au trône de leur père (Jésus, "roi des juifs"). Très gênants de toute façon s'ils sortaient du Temple. L'Epître aux Hébreux dit que Jésus est
entré une fois pour toutes dans le Saint des saints. C'est peut-être tout simplement la réalité ? Et comment expliquer Zacharie 12:10 qui parle, "au présent", de pleurer un premier-né ? Et ne pas
oublier que Jean-Baptiste était un intégriste. Or c'est lui qui présente l'Agneau... Pourquoi croyez-vous qu'Hérodiade, la soeur de Marie-Madeleine, ait demandé sa tête ?

6) Josias, Jésus (qui n'était pas Yeshua mais Yehoshua): Josias, le modèle pour Jésus ? Dénoncer comme Josias les sacrifices humains, la prostitution sacrée, c'est aussi ce que fit
Marie-Madeleine, qui connut bien ces "vierges" du Temple pour en avoir été une. "Petits enfants, gardez-vous des idoles"...


 



Olivier 01/06/2013 17:42


D'accord avec votre expresion 


"L'invention terriblement néfaste du concept de rédemption par le sang de Jésus ".


Concept imaginé par des théologiens des premiers siècles pour affirmar avec outrance la divinité de Jésus ( de la haute christologie) .


Cet aspect m'a fait penser au livre de Bart Ehrman ,théologien protestant , dans son livre " Les christianismes disparus" .


Il y fait l'inventaire des nombreux mouvements et textes relatifs au christianisme naissant  des premiers siècles de notre ère . Christianismes disparus lors "d'une guerre des textes "
donnant la victoire à celui qui nous est parvenu aujourd'hui .


Au 2e siècle Irénée de Lyon ,avait fait un preimer tri en ne conservant que quatre textes ( nos 4 évangiles canoniques ), éliminant les autres .


Le reste sera fait au 4e siècle lorsque l'Empire romain se convertit au christianisme : la dictature chrétienne s'installe  pour des siècles . Elle laissera dans l'ombre ou détruira tout
récit ou évangile non conforme à ses vues .


Voici un article relatif à ces christianisme disparus :


http://thomas.lepeltier.free.fr/cr/ehrman-christianismes-disparus-bataille-ecritures-apocryphes.html

Madeleine 01/06/2013 22:07



Merci Olivier pour ce lien, et pour vos commentaires.

Si vous parcourez un peu mon blog (notamment les catégories Apocalypse 12 et Agnus Dei), vous verrez que, personnellement, je ne crois pas que la rédemption par le sang ait été simplement un
"concept". Cela existait dans l'Ancien Testament (Yom Kippour) et quand Caïphe dit qu'il vaut mieux qu'un seul meurt pour la nation, on est en plein dans le sens concret de Yom Kippour (aussi
avec le choix entre Jésus et Barabbas: celui qui sera sacrifié et celui qui sera relâché).

Mon sentiment est que Jésus dit la vérité quand il dit qu'il n'est pas venu abolir mais accomplir "toute" la Loi. En d'autres termes, je pense que le Jésus historique a vécu pendant sept jours
après sa naissance avant d'être sacrifié sur l'autel du Saint des saints (Apocalypse 12:5), et que le Jésus mythique a été inventé par une communauté schismatique (dont sa mère Marie-Madeleine)
qui voulait, d'une part, dénoncer ce "Massacre des Innocents" une fois pour toutes, mais aussi, d'autre part, mettre au monde un Nouveau Testament, qui remplacerait le sacrifice d'un innocent par
le sacrifice de soi-même, de son égo. On retrouvera plus tard le même "porteur de croix" vénusien (l'étoile du matin) en la personnalité de Quetzalcoatl, qui vient aussi dans ce bas-monde pour
supprimer les sacrifices humains et les remplacer par des offrandes de fruits et de fleurs.

Là où je dénonce une "invention néfaste" du clergé, c'est qu'au lieu de suivre les pas de ces premiers schismatiques et dénoncer ces "traditions", il en a fait quelque chose de sacré! En d'autres
termes, ceux qui, originellement, ont fait parlé le Jésus mythique, n'ont JAMAIS demandé que l'on "reconstitue" la dernière cène par le biais de l'eucharistie, mais seulement que l'on
"commémore"  (que l'on garde en mémoire) ce crime! "Vous ferez cela en mémoire de moi" ne veut pas dire "vous me sacrifierez de nouveau, à chaque hostie"!

De plus, un catholique m'a dit récemment: "je n'ai pas besoin de travailler à mon salut, Jésus est mort sur la croix pour ça". Je lui ai répondu: "cela ne vous gène pas qu'un homme (dans ma tête
un bébé) soit mort torturé sur une croix pour que votre petite personne soit sauvée ?"

Ce que ce catholique ne sait pas, c'est que tant qu'il ne travaillera pas "lui-même" à son salut, et de façon courageuse et énergique (processus d'individuation, Eveil, etc) il restera mort parmi
les morts et, bien entendu, il ne sera jamais sauvé!

Mais voilà pourquoi je dis que c'est une invention néfaste: d'une part elle déresponsabilise les chrétiens de prendre en mains leur propre "résurrection" et, d'autre part, au lieu de "dénoncer"
ces pratiques qui existaient encore il y a deux mille ans, pratiques consistant à sacrifier "un sang [humain] plus éloquent [à Dieu] que celui [des animaux] d'Abel" (Epître aux hébreux 12:24)
pour racheter les péchés de tous, cette invention judéo puis judéo-chrétienne de la rédemption par le sang versé "sacralise" le sacrifice de ces premier-nés! Quand on dit de Jésus qu'il est "fils
de David", c'est pour pointer ce premier fils de David, "avant" Salomon, qui mourut à sept jours pour "racheter" le péché de David (avoir tué Urie et avoir pris sa femme).

Bref, c'est comme si on avait volé le message de ces premiers chrétiens courageux, gnostiques, et qu'on en avait pris le "négatif", pour en faire une religion.


 



Olivier 31/05/2013 21:56


Dans le livre de Jean Yves Leloup "L'Evangile de Thomas " je relis ce passage dans l'introduction :


"...il existe aussi une connaissance par le soi-même,par le Vivant qui est en vous . C'est à cette connaissance ( la gnose) que semble nous inviter Jésus  pour que nous devenions ...des
éveillés".


Pas étonnant que le Magistère de l'Eglise se soit méfié de cette connaissance acquise sans lui,acquise par soi-même . Ce qui relève de l'institution est pour l'Eglise  la norme ,la vérité
qu'elle distille au nom de l'autorité  et de la tradition .


Dans le même sens ,le Magistère se méfie du mysticisme qui échappe à son pouvoir .On revient toujours à la même dérive : le pouvoir sur les personnes ,le pouvoir sur la société . La gnose échappe
à ces considérations  se préoccupant d'éveiller chacun ...à ce qu'il doit ou peut devenir .

Madeleine 31/05/2013 22:55



Oui, c'est vrai. La gnose c'est le "connais-toi toi-même et tu connaîtras l'univers et les dieux". Et le Magistère dont vous parlez, c'est "connais notre univers et nos dieux et ensuite
connais-toi"! Le problème, c'est qu'après avoir connu l'univers et les dieux des dirigeants ecclésiastiques, les gens sont repus, satisfaits: on les prend en charge, ils n'ont plus besoin de
penser par eux-mêmes et, pire, de s'auto-responsabiliser (voir l'invention terriblement néfaste du concept de rédemption par le sang de Jésus)!

"Je les ai tous trouvés ivres, je n'ai trouvé personne parmi eux qui eût soif" dit Jésus dans cet évangile selon Thomas, justement.

Et pourtant la source d'eau vive qui coule de Dieu est si libératrice...


 



Madeleine 31/05/2013 15:02


Si "Simon-Pierre" dissimule un Simon de Samarie récupéré et blanchi (déléprosé: Simon le lépreux) par les judéo-chrétiens pour effacer des mémoires l'existence de Simon (comme Jacques le Majeur
efface celle de Jacques le Juste, voyez comme ce fut efficace) avec cet épisode incompris de la pierre ("et sur cette pierre", etc) alors mon hypothèse que Simon de Samarie ait été l'auteur du quatrième évangile,
bien qu'elle était fausse - car maintenant je pense que cet auteur est Jacques -, était cohérente dans la mesure où Simon et Jacques ont reçu le même enseignement gnostique, ce qui ressort des
écrits de Nag Hammadi de la plume même de Jacques ("à moi ainsi qu'à Pierre").

Ne restera dans les mémoires que le borné Pierre, le judéo-christianisme et la misogynie du clergé, alors que Simon était ouvert d'esprit, gnostique et respectueux des femmes. Et ce passage des
Actes où Pierre a le beau rôle face à un Simon qui aurait voulu acheter les dons de l'Esprit! Comment cela pouvait-il être possible puisque Simon "incarnait" l'Esprit. D'ailleurs sa réponse à
Pierre qui le maudit est de toute beauté, plus pédagogique et spirituelle il n'y a pas: "Priez le Seigneur pour moi, en sorte que rien ne vienne sur moi de ce dont vous avez parlé." (Actes 8:24)
Gloups. Plus fort encore que de tendre l'autre joue...

On peut aussi retrouver cette opposition entre Ancien (judaïsme) et Nouveau (gnose) Testament dans le roman pseudo-clémentin, dans les dialogues entre Pierre et Simon. Tout ceci sous réserve de
développements futurs (y compris vos remarques bienvenues).

*******


 

Madeleine 31/05/2013 10:59


Ce qui est très étrange c'est que l'on retrouve, dans les "trois colonnes" officielles du Christianisme, deux hommes qui sont pourtant clairement gnostiques (Nag Hammadi): Jacques le Juste et
Jean, et un homme qui ne l'est pas du tout, bien au contraire (catholicisme romain): Pierre! Or il semble qu'ils aient tous trois bénéficié du "même" enseignement gnostique. C'est très étrange,
n'est-ce pas ? Etrange aussi que l'on retrouve un autre Simon, le gnostique de Samarie, comme par hasard à Rome, étroitement relié à Simon-Pierre (aussi dans les Actes).

On dirait que "les siècles" ont voulu à tout prix gommer la dimension gnostique de ces trois colonnes: Jacques le Juste le gnostique devient Jacques le Majeur, le matamore en Espagne, et son
titre gnostique de "fils du Tonnerre" devient du grand n'importe quoi, Simon le gnostique devient Pierre le catholique romain, et l'école gnostique johannique est combattue par l'église
chrétienne (le drame des Cathares).

On peut aussi ajouter le discours très gnostique de Paul (la foi à la place de la Loi), pourtant violemment opposé aux "trois colonnes" (Galates)! C'est à n'y rien comprendre. C'est pourquoi
personnellement je ne considère que l'évangile selon Jean (selon Jacques) comme reflétant le véritable enseignement de Jésus. En y ajoutant la sublime épître apocryphe de Jacques, qui complète et
éclaire l'évangile.

Et je rejoins tout à fait Olivier quand il déplore que l'église chrétienne ne soit pas celle de Jacques, en tous cas si les chrétiens se targuent de se baser sur l'enseignement "véritable" de
Jésus (hu hu)! Mais ce rejet était facile: il suffisait de déclarer hérétique l'évangile de Thomas qui voit Jésus donner son héritage spirituel à Jacques, et ce crime contre l'Esprit, avec
d'autres écrits gnostiques, fut commis en 325. Pour les siècles des siècles ? C'était sans compter sur Nag Hammadi... et sur Dieu.

*******


 

Madeleine 30/05/2013 23:51


Quand je lis les Actes, je ne crois pas une seule seconde à l'historicité du passage où un certain Hérode "fit mourir par l'épée Jacques, le frère de Jean" (Actes 12:2). Car en Actes 12:17,
Pierre demande aux disciples de raconter "à Jacques et aux frères" comment il est sorti de prison, et dans Galates 2:9, Paul parle de son association avec Jacques, Céphas et Jean. Si Jacques, une
des trois colonnes tout de même, était mort en Actes 12:2, les Actes en auraient parlé bien plus longuement et auraient décrit la consternation des autres apôtres.

*******

Comme je l'ai déjà signalé sur ce blog, Marie-Madeleine était le Tonnerre. C'est donc tout à fait logique que le "fils du Tonnerre" qu'était Jacques soit le fils de Marie-Madeleine. Celle-ci
était Mariamne Salomé (des prénoms de ses deux grands-mères: Mariamne l'hasmonéenne et Salomé soeur d'Hérode), fille d'Aristobule et petite-fille d'Hérode le Grand. Dans les évangiles où toutes
les Marie n'en font qu'une, elle est logiquement Marie Salomé, mère des fils de Zébédée. J'ai déjà fait un article sur ces fils du Tonnerre:

Les fils du Tonnerre
Jacques le Juste était donc un hérodien par sa mère, ce qui explique qu'il avait facilement accès au Temple (son oncle Hérode de Chalcis avait reçu de Claude l'administration du Temple).

*******


 

Olivier 30/05/2013 16:37


C'est une des difficultés que rencontrent les généalogistes ...amateurs .


Des prénoms identiques passant d'une génération à l'autre .


En généalogie on rencontre souvent l'expression "l'aîné" pour le différencier des suivants  ou "le jeune"  des précédents.


Jésus a désigné Jacques comme étant le plus indiqué pour  lui succéder dans la suite . Ce fait n'a jamais été mis en évidence par le christianisme,catholicisme en particulier , préférant
"parier" sur Pierre . Une explication politique liée au pouvoir n'est probablement pas absente : "Rome" se substitue à "Jérusalem".


J'estime que Jérusalem devrait être le centre de la chrétienté et non Rome.

Madeleine 30/05/2013 23:57



Merci Olivier! N'hésitez pas à m'aider dans mes recherches, si vous avez des pistes... Je poste sous cette réponse un nouveau commentaire sur Jacques, si cela vous inspire.



Madeleine 30/05/2013 09:40


Contrairement à la tradition, je fais de Jacques le Juste le même homme que Jacques le Majeur alias Jacques de Zébédée: on ne peut que conclure cela si on compare les évangiles et les manuscrits
de Nag Hammadi où Pierre est étroitement associé à un Jacques, autant dans les évangiles avec Jacques "de Zébédée" que dans les manuscrits de NH avec Jacques "le Juste".
Il est impossible qu'il s'agisse de deux Jacques différents car, dans les deux sources, ce sont deux des trois colonnes du Christ (avec Jean). Et puis le Majeur ne veut-il pas dire le Premier,
comme le premier évêque ?

Bien entendu, dans ce cas, Jacques le Juste serait mort beaucoup plus tôt qu'en 62. La seule source pour cette date de 62 vient des écrits de Flavius Josèphe, fort suspects en matière d'infos sur
le Christianisme (rajouts ultérieurs). Et des auteurs plus tardifs comme Eusèbe de Césarée n'ont fait que le recopier, sans autre source indépendante.

Si on regarde maintenant les noms des pères, tout se tient: Zébédée veut dire "don de Dieu" (Zebadiah) et le nom du père de Jacques le Juste, cité au début de la 2e Apocalypse de Jacques, est
Theuda. Or Theuda veut également dire "don de Dieu".

Donc Jacques le Juste = Jacques de Zébédée = Jacques le Majeur.

*******

J'ai pensé un moment que Marie-Madeleine était la soeur de Jacques, travestie en Jean. Car Jacques le Juste avait une soeur, Mariamne (le véritable prénom de Marie-Madeleine), et l'aigle de Jean
qui est l'ange Gabriel protège aussi Marie-Madeleine: Annonciation, Miryai, la Femme de l'Apocalypse, etc.

Mais quand je pense à Jacques et à sa mort abominable, c'est avec un coeur de mère et non de soeur! Donc je crois plutôt que Marie-Madeleine était la mère de Jacques le Juste - ce qui
est logique puisqu'elle est la mère de l'Agneau, le frère de Jacques - et cette Mariamne soeur de Jacques est certainement d'une génération plus jeune: Marie de Béthanie ?

*******


 

Présentation

Introduction

 

"C'est moi la Fiancée, et
le Fiancé c'est mon mari
qui m'a engendrée; c'est
moi la mère de mon père
et la soeur de mon mari
et c'est lui mon rejeton."

Le Tonnerre

 

Nag Hammadi


Rechercher

Contact