La mère des vivants

 

 

 

 

 

 

 

"Aussi incroyable que cela paraisse, dans les premiers temps, Yahvé avait une partenaire féminine: Ashéra! Cette déesse associée a été bannie du temple lors de la réforme du roi Josias, au VIIe siècle avant notre ère. Lorsque les fidèles de Yahvé s'installent à Kanaan, s'y tient le culte à la déesse d'amour et de fécondité Ashéra, vénérée depuis tellement longtemps qu'il est impossible de la faire disparaître du jour au lendemain. Le culte à Ashéra est alors toléré et intégré au système de croyances juives."


L'Ashera de Yahvé

 

 

 

"El était probablement aussi le Dieu originel d'Israël. Dans la conception israélite la plus ancienne, El, le père, avait un fils divin appelé Yahweh. Cependant, la conception israélite de Yahweh allait graduellement absorber les fonctions d'El et, dès le 10e siècle avant Jésus-Christ, à l'époque du roi Salomon, Yahweh était identifié à lui. Ashéra était la déesse principale des Cananéens. Elle était l'épouse d'El et la mère et la nourrice des autres dieux.

Ashéra a pu être l'épouse d'El, mais pas de Yahweh, à une époque reculée de la religion israélite. Mais au cours des générations, la conception qu'avaient les Israélites de Yahweh absorba les attributs d'El, père de Yahweh, et l'imagination du peuple semble aussi avoir accordé à Yahweh la femme et épouse de son père."

 

Ashera, épouse d'El

 

 

commentaires

Madeleine 20/12/2012 14:02


Dans la très complète page sur Ashera mentionnée en fin d'article, le passage que je cite montre que, pour les anciens israélites comme pour les gnostiques, il y avait deux dieux et non un
seul. Pour les gnostiques, il y a le "Dieu bon" incompréhensible, d'une part, et le dieu créateur ou démiurge Yahvé Yaldabaoth, d'autre part. Et chez les gnostiques toujours, on peut déduire
que, par engendrements successifs via Sophia, la mère de l'Hebdomade, Yahvé Yaldabaoth est un fils ou un descendant de Dieu, le pro-Père.

En faisant ici d'Ashera la parèdre de El et en faisant d'El le père de Yahvé, on retrouve donc en toute logique la Sagesse des Proverbes, parèdre de Dieu ("j'étais avec Dieu dès le Commencement")
et mère du démiurge Yahvé, et on peut en conclure qu'Ashera, la Reine du Ciel, est la Sagesse des gnostiques.

Le mal n'est apparu que quand il s'est agi de "représenter" Ashera (par les asheras) car alors le risque de tomber dans l'idolâtrie et la dérive vers le paganisme (croire que l'Esprit est
dans la matière) était inévitable. Mais il en va de même dans le Christianisme avec les idoles que sont devenus Jésus, Marie et tous les saints (leurs icônes et aussi leurs reliques, ce
qui est encore pire).

*******


 

Présentation

Introduction

 

"C'est moi la Fiancée, et
le Fiancé c'est mon mari
qui m'a engendrée; c'est
moi la mère de mon père
et la soeur de mon mari
et c'est lui mon rejeton."

Le Tonnerre

 

Nag Hammadi


Rechercher

Contact