"La barbe de la déesse ne peut pas avoir été un symbole
de virilité ou un caractère martial mais doit avoir souligné
son caractère androgyne, conçu comme un état de pureté
sublime et de perfection, comme dans le Gnosticisme et
le Christianisme primitif."

Ishtar de la Sagesse

 

 

 

 

 

 

 

Pour mémoire

 

 

 

 

"Les Assyriens et les autres peuples de la Mésopotamie donnèrent au lis
un caractère sacré, caractère que le judaïsme transmit au christianisme
qui le consacra à la Vierge Marie, symbole de la pureté et de la chasteté."

Lilium candidum

 

 

commentaires

Madeleine 05/09/2012 22:59


Je n'ai plus la référence de ce tableau (qui me bouleverse) mais il s'agirait d'un saint Joseph à l'enfant Jésus, école du Mexique. Saint Joseph avec la fleur de la virginité, cela prête à
sourire, d'autant plus que "il" est parfois représenté debout sur le globe terrestre avec la colombe du Saint-Esprit comme on trouve la Vierge, ou dans l'attitude de la Mère miséricordieuse
(voire avec les flèches des sept douleurs, comme Marie). De qui se moque-t-on ?

http://farm3.staticflickr.com/2608/5717296821_af268c5314_b.jpg

http://a53.idata.over-blog.com/4/46/35/79/Insolite/m17.jpg

http://www.flickr.com/photos/tachidin/5103684755/sizes/o/in/set-72157624228609514/

http://farm8.staticflickr.com/7159/6442376085_13295d6a7a_o.jpg

*******

A part cela, dans les symboles communs entre Marie et Ishtar, on peut trouver, outre le lis blanc et dans le désordre: l'étoile à huit branches présente sur le voile de Marie et dans certaines
nativités du XIVe siècle, la colombe oiseau d'Ishtar, les deux tourterelles, le "voile" des hiérodules, la grenade fruit d'Ishtar (dans les mains de Marie mais aussi sur le voile du Sanctuaire de
Jérusalem), l'allaitement de l'agneau, l'enlèvement du nouveau-né (Ishtar et Femme de l'Apocalypse), le coeur flamboyant, le taureau aux cornes d'or dans certaines nativités anciennes, l'Arbre de
Vie, les sept flèches, Mater Dolorosa, la Dame (Kyria)...

Entre Marie-Madeleine et Ishtar: la sage-femme, la guérisseuse, la pleureuse, le jardinier (noli me tangere) amant d'Ishtar que cette dernière cherche sans le trouver, le vase mystique, la
réputation de prostituée, la Résurrection, les sept démons des enfers, la nudité, la tour (mgdl) ziggurat, la myrrhe, Ishtar = Easter = Pâques...

En n'oubliant pas qu'il s'agit d'une seule et même femme à deux époques de sa vie: d'abord synagogue des juifs (= Marie) puis église (= Marie-Madeleine, voir Odon de Cluny) après son naziréat
mandéen. D'abord prostituée sacrée à Jérusalem puis vierge faite homme, gnostique et enseignante (Mari) au-delà du Jourdain, avant de finir sa vie en ermite après avoir réchappé à la crucifixion
(= mythe de Wilge Fortis, la vierge forte comme un homme), commandée par Caïphe.

Liste non exhaustive, à compléter...

Merci de votre visite et bonnes méditations.

*******

Présentation

Introduction

 

"C'est moi la Fiancée, et
le Fiancé c'est mon mari
qui m'a engendrée; c'est
moi la mère de mon père
et la soeur de mon mari
et c'est lui mon rejeton."

Le Tonnerre

 

Nag Hammadi


Rechercher

Contact