"Bienheureuse es-tu de ne pas
te troubler à ma vue ! Car là où
est le noûs, là est le trésor."

Evangile selon Marie

 

commentaires

Madeleine 31/07/2017 08:12

Dans mon premier commentaire de l'article ''A l'origine'', on verra que j'ai reconstitué le verset 8 originel du Prologue du quatrième évangile. Et quand on le lit, tout s'éclaire : le ''noûs'' est ainsi la part individuelle de Logos que reçoit, en héritage du Père, chaque ''anthrôpos'' venu dans le monde.

''Celui-là n'était pas la lumière mais il était la lumière véritable qui illumine tout être venu dans le monde.'' (Jean 1:8-9)

*******

Madeleine 29/07/2017 06:58

On traduit habituellement le ''noûs'' grec par l'intellect, la pensée, l'esprit. Mais je préfère le traduire par le Soi, car dans l'évangile selon Marie, le Sauveur définit le Noûs comme se situant entre la psyché et le Pneuma. Or qu'est-ce qui se trouve entre notre ''Moi'' (la psyché, l'âme) et Dieu (le Pneuma, l'Esprit) ? C'est bien le Soi.

Quant à la traduction du grec ''metanoia'', on pense généralement au repentir, à la conversion. Mais on pourrait aussi considérer cette étymologie : meta + noûs au datif, le iota de ''noia'' venant du iota souscrit de noûs au datif. Or meta + datif = avec, parmi.

Ainsi la metanoia est l'entrée permanente dans l'espace du Soi (avec le Soi ou parmi le Soi), espace qui se situe effectivement entre le Moi et Dieu. Et puisque cette entrée nous fait basculer du monde du Moi au monde du Soi, il s'agit bien d'une conversion.

*******

Présentation

Introduction

 

"C'est moi la Fiancée, et
le Fiancé c'est mon mari
qui m'a engendrée; c'est
moi la mère de mon père
et la soeur de mon mari
et c'est lui mon rejeton."

Le Tonnerre

 

Nag Hammadi


Rechercher

Contact