"Est-il possible qu'Il se soit entretenu avec
une femme en secret et non ouvertement
si bien que nous devrions, nous, former un
cercle et tous l'écouter ? Il l'aurait choisie,
de préférence à nous ?"

Evangile selon Marie

 

 

 

 

"L'Eglise, en Occident ou en Orient, a toujours réservé la plus grande considération à Sainte Marie-Madeleine, premier témoin et évangéliste de la résurrection du Seigneur, et ainsi elle a été célébrée, quoiqu'en des manières différentes.

De nos jours où l'Eglise est appelée à réfléchir de manière plus profonde sur la dignité de la femme, sur la nouvelle évangélisation et sur la grandeur du mystère de la miséricorde divine, il a semblé que ce serait une bonne chose aussi que l'exemple de Sainte Marie-Madeleine soit proposé aux fidèles d'une manière plus convenable.

En effet, cette femme, connue comme celle qui a aimé le Christ et qui a été grandement aimée par le Christ, elle qui est appelée par Saint Grégoire le Grand "témoin de la miséricorde divine" et par Saint Thomas d'Aquin "l'apôtre des apôtres", peut être reconnue par les fidèles de ce temps comme un modèle de service des femmes dans l'Eglise.

C'est pourquoi le Souverain Pontife François a décidé que la célébration de Sainte Marie-Madeleine, à partir de maintenant, soit inscrite dans le Calendrier Romain Général avec le degré de fête au lieu de mémoire, comme elle l'est actuellement."

Décret du Vatican, 3 juin 2016

 

 

commentaires

Madeleine 10/07/2016 18:32

Hélas, il y a tout et son contraire dans ce décret. Je me réjouis évidemment de voir cette ''promotion'' donnée à Marie-Madeleine, l'apôtre des apôtres. Mais l'allusion au service des femmes dans l'Eglise, qui tend à rabaisser le rôle de cette femme d'exception au rôle collectif des servantes du Seigneur en lui déniant son rôle ''unique'' de bien-aimée privilégiée de Jésus et de gardienne de son enseignement secret, vient hypocritement amoindrir cette promotion et me fait penser, une énième fois, au pharisaïsme bien pénible de l'obédience catholique.

Malgré tout, il y a quand même un mot dans ce décret qui n'a certainement pas été mis là par hasard : celui d'évangéliste (alors que messagère ou annonciatrice aurait pu suffire). Serait-ce un timide pas vers une reconnaissance future, par l'église catholique, de l'évangile apocryphe de Marie (Madeleine) ? Je n'ose le croire, mais c'est un mot important. Par le passé, on ne craignait pas de représenter Marie-Madeleine ainsi :

http://ekladata.com/MSGj63eimP-4-jPETNdGvZpjobg.jpg

*******

Présentation

Introduction

 

"C'est moi la Fiancée, et
le Fiancé c'est mon mari
qui m'a engendrée; c'est
moi la mère de mon père
et la soeur de mon mari
et c'est lui mon rejeton."

Le Tonnerre

 

Nag Hammadi


Rechercher

Contact