"Femme, voici ton fils."

Jean 19:26

 

 

commentaires

Madeleine 17/04/2016 14:45

Marie la Madeleine, l'héritière de Jésus :

''Courage, Marie la bienheureuse, toi qui hériteras tout le royaume de lumière.''
(Pistis Sophia)

*******

''Femme, voici ton fils'' = ''Femme, voici moi.''

''Jésus a dit : Celui qui boira à ma bouche deviendra comme moi ; moi aussi je deviendrai lui et les choses cachées se dévoileront à lui.'' (Thomas 108)

''Marie Madeleine, le Sauveur l'aimait plus que tous les disciples et il l'embrassait
sur la [...] souvent.'' (Philippe 55)

*******

''Près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la soeur de sa mère, Marie de Klôpa et Marie la Madeleine.'' (Jean 19:25)

Dans mon article ''L'auteure du quatrième'', j'ai démontré qu'il n'y avait que deux femmes décrites dans ce verset, deux femmes dont on donnait d'abord les fonctions puis, après la virgule, les noms propres. J'ai mis en parallèle le passage où est cité Lazare, dans le même évangile : ''Il y avait un malade (fonction), Lazare de Béthanie (nom propre).'' (Jean 11:1)

Ainsi, le disciple que Jésus aimait, donc l'auteure du quatrième évangile (Jean 21:20), est la seule autre personne citée en Jean 19:25 près de la mère de Jésus (elle-même étant Marie de Klôpa), c'est-à-dire Marie la Madeleine :

''Jésus donc, voyant la mère et le disciple qu'il aimait se tenant auprès, dit à la mère :
« Femme, voici ton fils. »'' (Jean 19:26)

*******

Et ce disciple est au masculin, puisque Jésus a fait de sa disciple bien-aimée un ''homme'' au sens spirituel du terme :

''Jésus dit : Voici, moi je vais la guider afin de la faire mâle*, en sorte qu'elle devienne elle aussi un esprit vivant semblable à vous les mâles, car toute femme qui se fera mâle entrera dans le Royaume des cieux.'' (Thomas 114)

* le mot copte utilisé est l'équivalent du ''anêr'' grec et signifie, tout comme lui, mâle mais aussi guerrier.

*******

Madeleine 21/04/2016 15:54

Quand on lit les versets des évangiles qui parlent des ''Marie'', on ne peut que constater, si on est de bonne foi, qu'il n'y a que deux ''Marie'' en tout et pour tout :

1. Marie invariablement appelée Marie la Madeleine.

2. Une autre Marie, appelée :

- L'autre Marie (Matthieu 27:61 et 28:1)
- Marie, mère de Jacques le petit et Josè (Marc 15:40)
- Marie de Josè (Marc 15:47)
- Marie de Jacques (Marc 16:1 et Luc 24:10)

Et puisque Matthieu 13:55 et Marc 6:3 précisent que la mère de Jésus est la mère (soit par mariage soit par matrice) de Jacques, Josè, Simon et Jude, alors on doit conclure que la mère de Jésus est bel et bien cette autre Marie, mère de Jacques et Josè, sous le numéro 2 ci-dessus.

Et quoi de plus normal qu'une mère soit au tombeau de son fils, aux côtés de la compagne de celui-ci ? C'est plutôt son absence qui serait suspecte.

*******

Donc si on a invariablement deux Marie et seulement deux dans tous les évangiles, il n'y a pas de raison qu'une troisième Marie apparaisse soudain auprès de la croix de Jésus - en un endroit aussi privilégié et intime, en plus - sans jamais être nommée ailleurs dans les évangiles. Cela n'a tout simplement pas de sens.

Donc on peut rajouter au numéro 2 le nom de Marie de Klôpa :

1. Marie invariablement appelée Marie la Madeleine.

2. Une autre Marie, appelée :

- L'autre Marie (Matthieu 27:61 et 28:1)
- Marie, mère de Jacques le petit et Josè (Marc 15:40)
- Marie de Josè (Marc 15:47)
- Marie de Jacques (Marc 16:1 et Luc 24:10)
- Marie de Klôpa (Jean 19:25)

Marie de Klôpa ou, plus exactement, Marie ''ê tou'' Klôpa...

Klôps, klôpos = voleur en grec. Or, selon le Protévangile de Jacques, Joseph se lamente en voyant Marie devenue enceinte en son absence : ''Qui m'a RAVI la vierge et l'a souillée ?'' Et la tradition hébraïque ne donne pas une autre version de la naissance ''miraculeuse'' de Jésus, puisqu'il serait le fils d'un soldat un peu trop entreprenant...

*******

Madeleine 19/04/2016 12:24

''Elle court donc et vient vers Simon Pierre et vers l'autre disciple que Jésus aimait.'' (Jean 20:2)

A propos de cet épisode où Marie la Madeleine court vers Pierre et le disciple que Jésus aimait, j'ai démontré qu'il y avait deux disciples que Jésus aimait et ils sont précisément décrits ainsi:

1. ''Le disciple'' que Jésus aimait (êgapa = amour absolu)
2. ''L'autre disciple'' que Jésus aimait (ephilei = amour affection)

L'auteure les distinguent toujours précisément.

*******

Les occurrences:

Le disciple que Jésus aimait: Jean 13:23, 19:26, 21:7 et 20

L'autre disciple que Jésus aimait: Jean 20:2

L'autre disciple: Jean 18:15-16, 20:2-4, 20:8

*******

Cet autre disciple était Jacques le Juste:

''Il me baisa la bouche et m'embrassa, en disant: « Mon bien-aimé ! »''
(Seconde apocalypse de Jacques, NH V-4)

Dans cet écrit gnostique, on voit que Jacques avait effectivement accès au Temple (Jean 18:15) et même à son pinacle, d'où il sera cruellement jeté :

''Et ils étaient là, et ils le trouvèrent debout près du pinacle du Temple, près de la puissante pierre angulaire. Et ils décidèrent de le jeter en bas, depuis cette hauteur. Et ils le jetèrent en bas.''

*******

On peut souligner enfin, dans l'épisode au tombeau, que Jésus ne se montre ni à Pierre ni à Jacques, seulement à Marie-Madeleine. C'est comme cela qu'elle pourra le reconnaître sur le rivage (Jean 21:7).

*******

Madeleine 16/04/2016 09:09

Certains exégètes considèrent comme très probable que la mère de Jésus soit ''Marie de Jacques'', la mère de Jacques, José, Jude et Simon, les frères - selon la chair - de Jésus (Matthieu 13:55, Marc 16:1) et d'autres suggèrent que Marie de Jacques soit la même femme que Marie de Clopas.

Il me semble qu'alors le syllogisme est évident : si la mère de Jésus est Marie de Jacques, et si Marie de Jacques est Marie de Clopas, alors la mère de Jésus est Marie de Clopas. Et l'auteure du quatrième ne dit pas autre chose en Jean 19:25...

Et si Clopas était, selon Hégésippe, le frère de Joseph, alors on peut penser qu'à la mort de ce dernier (mort sans enfant puisque Jésus n'était pas son fils biologique), Clopas ait épousé sa veuve, la Vierge Marie, selon la loi du Lévirat, et ait eu ensuite des fils avec elle.

*******

Quant à Marie-Madeleine désignée comme la ''soeur'' de la Vierge Marie, je pourrais citer le pseudo Cyrille de Jérusalem qui, dans une homélie copte sur Marie-Madeleine, désigne celle-ci comme étant la soeur de la Théotokos. Mais, même si cela arrange ma thèse, c'est une source à prendre avec précaution tant cet auteur ''s'emmêle les pinceaux'' sur d'autres sujets! Cela étant dit, voici ci-dessous la référence, à chacun d'en juger (la traduction commence en page 200) car, comme on dit, il n'y a pas de fumée sans feu :

''La Théotokos pure, la sainte Marie laissa le corps le 21 du mois de Tôbe; elle appela tous les apôtres; elle établit sur eux sa soeur Madeleine.''

Fichier à télécharger de 5,6 Mo :

www.ifao.egnet.net/bifao/Bifao090_art_09.pdf

*******

Madeleine 16/04/2016 09:07

Pourquoi tout ceci est-il important ? Entre autres pour établir de façon ''officielle'' qu'il n'y avait que deux personnes en tout et pour tout auprès de Jésus crucifié. Et puisque l'on détermine, grâce à 19:25, que la deuxième personne est Marie la Madeleine, alors c'est bien elle le disciple bien-aimé en 19:26 et c'est donc elle, l'auteure du quatrième évangile. Et ça, ce n'est pas rien pour les chrétiens...

*******

Evidemment, on pourra toujours dire qu'un disciple ''homme'' est évoqué en 19:26 sans être cité auparavant en 19:25 (on cite les femmes et pas les hommes, c'est original) mais un peu de grammaire sera la meilleure réponse :

En grec ''oun'' signifie ''donc, par conséquent, c'est pourquoi, suite à cela''.

19:25 : Près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la soeur de sa mère...
19:26 : Par conséquent, Jésus voyant sa mère et le disciple qu'il aimait...

Ce ''oun'' montre une conséquence directe de ce qui vient d'être dit et ne peut pas évoquer un fait qui serait absent de la première partie de l'argumentation, comme la présence d'un homme qui serait Jean.

Les deux versets en entier :

''Or près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la soeur de sa mère, Marie de Klôpa et Marie la Madeleine. Jésus donc, voyant la mère et le disciple qu'il aimait se tenant auprès, dit à la mère : « Femme, voici ton fils. »''

*******

Madeleine 18/04/2016 07:53

A propos de Cléopas, je trouve une information intéressante dans un synaxaire arménien :

''On dit que c'est en s'étant rendu à ses noces, à Cana de Galilée, que le Christ changea l'eau en vin.'' (Patrologia orientalis 15-III, 30 octobre)

*******

En Jean 2:5, dans le passage sur les noces de Cana, la mère de Jésus donne des ordres aux serviteurs, ce qui peut sembler étrange si elle n'est qu'une invitée mais qui pourrait mieux se comprendre si c'est elle, la mariée ! De plus, il est écrit en grec qu'elle ''était'' là alors qu'il est précisé à propos de Jésus qu'il y fut ''convié''. Pourquoi faire cette différence, s'ils avaient été tous les deux des invités ?

Et le fait qu'elle lui ''force la main'' (Jean 2:4) s'explique alors : elle veut éviter la honte de ne plus avoir de vin pour ses propres invités.

Donc on peut raisonnablement penser qu'à Cana furent célébrées les noces de la mère de Jésus et de Cléopas. Dans ce cas, bien sûr, les ''frères de Jésus'', déjà adolescents ou adultes au moment de ce mariage, ne seraient que des frères par alliance (en quelque sorte une famille recomposée), sans avoir de sang commun avec lui. Et la Vierge peut rester vierge, doux Jésus!

Il y a même un ''détail'' qui renforce cette hypothèse : en Jean 2:2, Jésus est convié avec ses disciples, sans que l'on parle de ses frères. Or on apprend qu'ensuite, juste après les noces de Cana, Jésus descend à Capernaüm avec ses disciples, sa mère... et ses frères. (Jean 2:12) Voilà des frères qui apparaissent tout à coup dans l'évangile, et on peut penser qu'ils viennent de le devenir par le mariage de sa mère.

Tout ceci renforce encore ma thèse que la mère de Jésus = Marie de Klôpa.

*******

Présentation

Introduction

 

"C'est moi la Fiancée, et
le Fiancé c'est mon mari
qui m'a engendrée; c'est
moi la mère de mon père
et la soeur de mon mari
et c'est lui mon rejeton."

Le Tonnerre

 

Nag Hammadi


Rechercher

Contact