"Seigneur, donne-moi cette eau,
de peur que je n'aie soif et que
je ne vienne ici puiser."

Jean 4:15

 

 

 

 

"Bienheureux les mendiants en esprit
car le Royaume des Cieux est à eux."

Matthieu 5:3

 

 

commentaires

Madeleine 05/12/2015 18:49

Jésus ne doit pas (corvée) passer par la Samarie.
Il doit (volonté du Père) le faire (Jean 4:34)...

Les samaritains attendaient comme Messie un homme qui serait fils de Joseph, fils de Jacob (celui du puits). Or Jésus est ''symboliquement'' fils de Joseph, fils de Jacob :

''Et Jacob engendra Joseph, le mari de Marie, de laquelle est né Jésus, qui est appelé Christ.'' (Matthieu 1:16)

Quelle coïncidence, pour un homme qui répond à la samaritaine :

''Je le suis, moi qui te parle.'' (Jean 4:26)

*******

Mais en Judée, jamais Jésus n'a prétendu être le Messie (bien qu'il accomplira toutes les prophéties, méthodiquement comme un cahier des charges). Par contre, il entre ouvertement dans Jérusalem sur le modèle du roi Salomon (fils de David) :

''Ne crains point, fille de Sion; voici ton roi vient, assis sur l'ânon d'une ânesse.''
(Jean 12:15)

Ainsi Jésus voulait être Roi en Judée, et Messie en Samarie.
Un Messie-Roi réunificateur, en quelque sorte.

Toujours ''faire le deux Un''...

*******

Madeleine 03/12/2015 07:51

''La femme lui dit : Seigneur, donne-moi cette eau, de peur que j'aie soif et que je vienne ici puiser.'' (Jean 4:15)

On a fait de la samaritaine une femme intéressée qui préfère que Jésus lui donne de l'eau plutôt que devoir revenir au puits pour y puiser. Mais ''ina mê dipsô'' ne veut pas dire, comme on le traduit partout : ''afin que je n'aie plus soif''. Car ''ina mê'' est une locution adverbiale qui signifie : ''de peur que'' (et entraîne mêde dans la locution).

Donc elle demande de l'eau vive à Jésus de peur que, en l'absence de cette eau spirituelle qui abreuve pour toujours, elle ait à nouveau soif et qu'elle doive revenir au puits se contenter d'eau ''morte''.

Au contraire d'un profit ou d'une paresse, c'est donc une crainte ! Au contraire d'une demande matérialiste, c'est donc une demande spirituelle et une preuve de grande foi en Jésus.

*******

On peut remarquer, sur le folio du Codex Egberti (Xe siècle) qui illustre l'article, la riche samaritaine vêtue de rouge et de blanc, deux couleurs attribuées à Marie-Madeleine dans ses représentations au Moyen-Age (donc à la même époque) :

http://ekladata.com/nJsac7TWzxGjDMKysKT4_qiXhGM.jpg

http://ekladata.com/NKT_n2ko9ruJn4gyQ8NzDt30yt0.jpg

On peut aussi trouver remarquable le nom que la Tradition lui a donné : Photine. Car ''phôteinê'' en grec signifie lumineuse, qui donne de la lumière. Or Marie-Madeleine n'est-elle pas appelée ''illuminatrice'' (par Voragine entre autres) ?

Enfin, cette femme va dire aux hommes qu'elle a peut-être rencontré le Messie et ils sortent de la ville pour venir vers Jésus. Tout comme les disciples seront eux aussi prévenus de la Résurrection par Marie-Madeleine...

*******

Quant aux ''cinq maris'', il s'agit peut-être d'une allusion à la Sagesse :

''La femme répondit et dit : je n'ai pas de mari.'' (Jean 4:17)

''C'est moi celle dont les mariages sont multiples et je n'ai pas pris mari.''
''C'est moi la Sagesse des grecs.'' (Le Tonnerre, NH VI-2)

*******

Madeleine 04/12/2015 13:20

''D'autres ont travaillé, et vous êtes entrés dans leur travail.'' (Jean 4:38)

D'autres : il s'agit ici de Jean-Baptiste et de ses disciples.

Ne pas négliger le fait que Jean-Baptiste baptise en Samarie ! Il baptise à Aenon près de Salem (Jean 3:23), à 50 km seulement au Nord-Est du Mont Garizim.

Jésus et ses disciples se trouvent donc sur les ''terres spirituelles'' de Jean-Baptiste, d'où cette allusion à une moisson que les disciples de Jésus n'ont pas semée.

Marie-Madeleine, disciple de Jean-Baptiste, se trouve donc en Samarie elle aussi. D'autre part, on a souligné le fait que le puits est le lieu de rencontre des futurs époux, dans la Bible...

*******

Madeleine 04/12/2015 13:18

Serait-il si étonnant que Jean-Baptiste (et, dans un premier temps, Jésus et Marie-Madeleine) ait été un samaritain ?

Sa virulence envers l'union illégitime d'Antipas et d'Hérodiade trahit un certain intégrisme (les samaritains n'admettent que la Torah) et il y a aussi cette colombe qui descend sur la tête de Jésus lors de son baptême par Jean-Baptiste. Or la colombe était sacrée, au sommet du Mont Garizim (Talmud, Chullin 6a).

Ensuite les juifs accusent Jésus en lui disant: ''n'avons-nous pas raison de dire que tu es un samaritain ?'' (Jean 8:48) ce que Jésus ne dément pas.

Il affirme même à la samaritaine qu'il est le Messie qu'ils attendent. De plus il est fils de Marie et symboliquement (!) d'un certain Joseph, or le Messie des samaritains doit être un ''fils de Joseph''. En Judée, il deviendra un ''fils de David''...

Enfin, si Jésus recommande à ses disciples de ne pas entrer dans les villes des samaritains (Matthieu 10:5), c'est peut-être parce qu'ils sont déjà conquis, au contraire des brebis perdues d'Israël. D'ailleurs ses disciples y vont faire leurs courses pour le repas (Jean 4:8).

*******

Ensuite, Jésus devient en quelque sorte un apostat juif ''et'' samaritain quand il déclare à la samaritaine que le temps est venu de ne plus adorer au Temple de Jérusalem ''ni'' au Mont Garizim mais d'adorer le Père en esprit et en vérité (Jean 4:23).

Autrement dit, il veut d'abord être reconnu comme Messie légitime par les juifs (accomplissement des prophéties) et par les samaritains (Jean 4:26) mais c'est pour mieux entraîner ''ensuite'' les uns et les autres vers l'apostasie, fort de sa légitimité.

On se rend compte, deux mille ans plus tard, que Yahvé-YHWH aura été plus fort que son Père... ici-bas du moins. Et pour quel résultat ?

*******

Madeleine 02/12/2015 09:49

''Bienheureux les mendiants en esprit'' et non ''Heureux les pauvres en esprit''.

Un exemple parmi d'autres où une mauvaise traduction trahit les paroles de Jésus, emmène le lecteur vers une mauvaise compréhension de son enseignement et entraîne les exégètes dans des gloses sans fin...

Il ne s'agit donc pas d'être pauvre en esprit (!) mais d'être un mendiant de l'esprit, de désirer ce pneuma de toute son âme et ainsi devenir riche en esprit.

Le terme grec utilisé en Matthieu 5:3 (et en Luc 6:20) est ''ptôchos'' qui veut dire mendiant. Il vient du verbe ''ptôcheuô'' qui veut dire mendier, quêter, solliciter.

*******

Présentation

Introduction

 

"C'est moi la Fiancée, et
le Fiancé c'est mon mari
qui m'a engendrée; c'est
moi la mère de mon père
et la soeur de mon mari
et c'est lui mon rejeton."

Le Tonnerre

 

Nag Hammadi


Rechercher

Contact