"Le Paraclet, l'Esprit Saint, que le Père enverra
en mon nom, vous enseignera toutes choses,
et vous remémorera tout ce que je vous dis."

Jean 14:26

 

 

 

 

"Lorsque l'Homme véritable manifestera, au moyen d'une créature, l'Esprit de la vérité que le Père a envoyé, alors c'est lui qui les instruira de toutes choses et les oindra de l'huile de la vie éternelle qui lui a été donnée par la génération sans roi. Alors ils rejetteront loin d'eux la pensée aveugle; et ils piétineront la mort qui vient des autorités; et ils monteront vers la lumière illimitée où habite cette semence. Alors les autorités se dessaisiront de leurs temps de domination; et leurs anges pleureront sur leur destruction; et leurs démons se lamenteront sur leur mort."

 

L'Hypostase des archontes

 

 

commentaires

Madeleine 12/04/2016 11:00

''Jésus dit : moi, je suis venu dans ce monde pour le jugement, afin que les aveugles voient et que ceux qui voient deviennent invisibles*.'' (Jean 9:39)

* aux yeux des Puissances.

Tuphlos en grec : aveugle, caché, mystérieux, invisible.
(Dictionnaire grec-français de Charles Alexandre, 1850)

C'est encore un jeu de mots dont l'auteure du quatrième est coutumière :
Que ceux qui ne voient pas voient et que ceux qui voient deviennent non-vus.

''Ceux qui ont revêtu la lumière parfaite, les puissances ne les voient pas ni ne les saisissent. On se revêtira de la lumière dans le mystère de l'union.'' (Philippe 77)

*******

Pour que les aveugles voient :

''Leur pensée fut rendue aveugle et jusqu'à ce jour, quand on lit l'ancien testament, ce même voile demeure sans être levé, parce qu'il est aboli en Christ. Jusqu'à ce jour, quand Moïse est lu, le voile demeure sur leur coeur. Mais par la conversion vers le Seigneur, le voile est ôté.'' (2 Corinthiens 3:14-16)

*******

Madeleine 10/04/2016 18:15

Certains ''chrétiens'' du New Age vénèrent le Tétragramme hébraïque comme quelque chose de sacré, d'ineffable, etc, et embarquent leurs ouailles dans leurs délires.

Il serait bon de rappeler que YHWH sont simplement les quatre lettres utilisées dans la Bible pour désigner le dieu Yahvé (ou Jéhovah ou variantes, puisqu'on peut intercaler les voyelles que l'on veut).

Il serait bon de rappeler aussi, aux chrétiens authentiques, que le Sauveur a désigné ce Yahvé ou YHWH comme étant ''le Diable'', en Jean 8:44.

Mieux qu'un long discours, ces versets de la Torah expliqueront au lecteur à quel point cette appellation était justifiée :

''Moïse se tint à la porte du camp et dit: ''Qui est pour YHWH, à moi!'' Tous les fils de Lévi se groupèrent autour de lui. Il leur dit: ''Ainsi parle YHWH, le Dieu d'Israël: ceignez chacun votre épée sur votre hanche, allez et venez dans le camp, de porte en porte, et tuez qui son frère, qui son ami, qui son proche.'' Les fils de Lévi firent ce que Moïse avait dit, et du peuple, il tomba ce jour-là environ 3.000 hommes. Moïse dit: ''Vous vous êtes aujourd'hui conféré l'investiture pour YHWH, qui au prix de son fils, qui au prix de son frère, de sorte qu'il vous donne aujourd'hui la bénédiction.'' (Exode 32:26-29)

*******

En clair, c'est comme si on demandait aux postulants à la prêtrise chrétienne de tuer, qui son frère, qui son ami, qui son fils ou un proche, pour obtenir le droit, ensuite, d'être prêtre et de recevoir la bénédiction de Dieu. Car c'est ainsi, par leurs crimes, que les fils de Lévi devinrent des Lévites, la lignée des sacrificateurs juifs.

A méditer, quand certains parleront encore de ''l'Ineffable'' YHWH...

*******

Madeleine 12/04/2016 10:53

''Tu ne te vengeras pas et tu ne garderas pas rancune envers les enfants de ton peuple. Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Je suis YHWH.'' (Lévitique 19:18)

''Et le peuple parla contre Dieu et contre Moïse : ''Pourquoi nous avoir fait monter hors d'Egypte, pour mourir dans le désert ? Car il n'y a ni pain ni eau, et notre âme est dégoutée de ce pain misérable.'' Et YHWH envoya contre le peuple les serpents brûlants, et ils mordaient le peuple. Et de ceux d'Israël, il mourut un grand nombre.'' (Nombres 21:5-6)

Ou comment YHWH se venge contre son propre peuple...

''Il n'y a pas de vérité en lui.'' (Jean 8:44)

*******

Madeleine 26/02/2016 13:03

''C'est lui qui les instruira de toutes choses et les oindra
de l'huile de la vie éternelle.'' (Hypostase des archontes)

''Ils me montrèrent les dépôts de la rosée, semblable à
l'huile de l'olivier.'' (Livre des secrets d'Hénoch, VI)

*******

Madeleine 26/02/2016 12:59

Un Psaume célèbre compare aussi la Rosée à une huile :

''C'est comme l'huile précieuse sur la tête, qui descend sur la barbe, la barbe d'Aaron, qui descend sur le bord de ses vêtements. Comme la rosée de l'Hermon, qui descend sur les montagnes de Sion; c'est là que l'Eternel a commandé la bénédiction, la vie pour l'éternité.'' (Psaume 133, 2-3)

Le mont Hermon est justement celui où Jésus a été transfiguré (Marc 9:2). Et ''les montagnes de Sion'' sont les sommets de l'Hermon (Deut. 4:48) et non les hauteurs de Jérusalem, beaucoup trop loin.

Pourquoi Jésus ''se fait-il'' transfigurer justement sur cette montagne sacrée ? On peut penser qu'il n'ignore pas les Psaumes et qu'il s'y fait oindre de Rosée, porteuse de ''pneuma igné'' ou encore, comme dit le Psaume, porteuse de ''la vie pour l'éternité''. Cette Rosée procure la vie éternelle (plus précisément une éternelle renaissance : voir le Phénix qui se nourrit de Rosée mais aussi la Rosée printanière qui revifie tout) et Jésus ne relie-t-il pas cet épisode avec sa prochaine Résurrection d'entre les morts ?

*******

Madeleine 09/04/2016 19:35

''C'est là que l'Eternel a commandé la bénédiction, la vie pour l'éternité.''

= en langage clair : ''C'est là que YHWH ou Yahvé a récupéré un site sacré qui ne lui était pas destiné, et cela en faisant tuer par Moïse le roi Og qui régnait sur ce lieu.'' (Nombres 21:34 et Josué 12:4-6)

Si Jésus s'y fait transfigurer, ce n'est pas à cause de YHWH mais à cause du vrai Dieu qui avait élu ce lieu bien avant, pour ses propres fils.

*******

Madeleine 29/12/2015 11:54

''Moïse ne vous a pas donné le pain qui vient du ciel.'' (Jean 6:32)

En faisant une recherche sur la Rosée dans mes archives, j'ai trouvé ce texte concernant cette manne ''tombée du ciel'' dans le Sinaï (voir mon commentaire plus bas). J'en recopie quelques lignes mais le passage peut être lu en entier sur la capture d'écran renseignée en dessous. C'est un extrait de ''Revue de l'Histoire des Religions, Vol. XXIII, p111, Paris 1891''.

''Le tapis d'aiguilles et de fines brindilles accumulées au pied de l'arbre [un tarfa aussi appelé tamarix mannifera] était littéralement recouvert de petites perles blanchâtres de la grosseur d'une goutte de rosée. Ces perles fondaient à la chaleur des doigts. Aucune n'était restée suspendue au branchage, comme si la sève s'était répandue très liquide à l'état de pluie.''

http://ekladata.com/he6-vbNbe5Rzlt8Jtv4MEhpo6EE.jpg

*******

A propos de Moïse, il est à signaler que ni Jean dans son évangile, ni Pierre dans ses épîtres (pourtant deux des trois privilégiés qui étaient avec Jésus sur la montagne) ne parlent de l'apparition de Moïse et d'Elie auprès de Jésus. Ils témoignent seulement de la voix venue du ciel...

*******

Madeleine 24/11/2015 10:09

''Le Dieu bon offre le salut à la seule condition qu'il soit reconnu, tandis que le créateur du monde exige en outre que la Torah soit accomplie. C'est un grand travail que de le reconnaître, pour un homme qui séjourne dans la chair. Car ce corps qui encercle notre âme est plus obscur que toutes les ténèbres et plus lourd que toute fange.''

Simon de Samarie (Reconnaissances Clémentines, II)

*******

Madeleine 27/11/2015 07:25

Simon dit : ''Le Dieu bon offre le salut à la seule condition qu'il soit reconnu.''

Jésus dit : ''La vie éternelle, c'est qu'ils te reconnaissent toi l'unique véritable Dieu.'' (Jean 17:3)

Le salut = la vie éternelle

Ginôskô : ''connaître, reconnaître, savoir, comprendre, penser, décider, juger, décréter'' (Dictionnaire grec-français de Charles Alexandre, 1850).

Il ne s'agit pas ici de connaître au sens gnostique ou biblique du terme mais de reconnaître au sens d'avérer, légitimer.

Alêthinos : ''véritable, légitime'' (vrai se dirait ''alêthês'')

*******

Madeleine 19/11/2015 09:05

''Quelle dérision que Moïse, esclave fidèle, en lui donnant le nom de compagnon on fait preuve d'impiété, car jamais il ne m'a connu, ni lui ni ceux qui l'ont précédé ! Depuis Adam jusqu'à Moïse et Jean le Baptiste, personne parmi eux ne m'a connu, ni Moi ni mes frères. Ce n'était en effet qu'un enseignement dispensé par leurs anges, des observances alimentaires et une amère servitude, de sorte qu'ils n'ont jamais connu la Vérité ni ne la connaîtront. En effet, une grande illusion recouvre leur âme en sorte qu'ils ne pourront jamais concevoir la liberté ni la connaître, tant qu'ils ne connaîtront pas le Fils de l'Homme.

Mais au sujet de mon Père, le monde ne m'a pas compris et pour cette raison, il s'est dressé contre Moi et mes frères. Mais nous, nous sommes innocents face à lui, nous n'avons pas péché.

Moi, Jésus-Christ, le Fils de l'Homme qui est élevé au-dessus des cieux (...), c'est Moi le conjoint de la Sagesse elle-même, j'ai demeuré dans le sein du Père depuis le commencement, dans la demeure des fils de la Vérité et de la Grandeur. Aussi, reposez avec Moi, mes compagnons dans l'Esprit et mes frères pour l'éternité !''

http://www.naghammadi.org/traductions/textes/traite_seth_2.asp

*******

Introduction par le traducteur Louis Painchaud:

http://id.erudit.org/iderudit/705810ar

(le texte en pdf se trouve en colonne de gauche)

*******

Madeleine 04/11/2015 14:31

''Moïse leur dit : Cela, c'est le pain que Yahvé vous a donné à manger.'' (Exode 16:15)

''Vos pères ont mangé la manne au désert, et ils sont morts. En vérité, en vérité, je vous dis : Moïse ne vous a pas donné le pain qui vient du ciel, mais mon Père vous donne le véritable pain qui vient du ciel. Celui qui mangera ce pain vivra éternellement.'' (condensé textuel de Jean 6:49, 6:32, 6:58)

Yahvé-YHWH qui donne la manne n'empêche pas la mort de survenir.
Le Père de Jésus qui donne le pain véritable garantit la vie éternelle.

*******

Madeleine 02/11/2015 16:27

S'il ne fallait qu'une seule preuve que le Père de Jésus n'est pas Yahvé-YHWH, ce serait ce verset où Jésus guérit un jour de sabbat :

"Jésus leur répondit : Mon Père travaille jusqu'à présent, et moi je travaille." (Jean 5:17)

Or la Bible précise que Yahvé chôma le jour du sabbat :

"Car en six jours Yahvé a fait le ciel, la terre, la mer et tout ce qu'ils contiennent, mais il s'est reposé le septième jour, c'est pourquoi Yahvé a béni le jour du sabbat et l'a consacré." (Exode 20:11)

Donc le dieu des Juifs chôme le jour du sabbat, mais le Père de Jésus travaille Y COMPRIS ("eôs arti" = jusqu'à ce moment même) le jour du sabbat. Donc Jésus prouve, ici encore, par ses propres paroles, qu'il ne s'agit pas du même dieu.

Les "chrétiens" peuvent continuer à croire qu'il s'agit du dieu des Juifs mais ils ne posséderont pas la vie éternelle, ils n'éviteront pas le jugement dernier et ils ne ressusciteront pas, selon les paroles de Jésus lui-même (Jean 5:24).

En Vérité.

Car il ne faut pas penser qu'il s'agisse d'une simple "croyance" en tel ou tel dieu, il faut comprendre que le fait de croire en tel ou tel dieu "avalise" les actes de tel ou tel dieu et nous fait complices tacites de ces actes! Donc croire au dieu des Juifs "avalise" les actes du dieu des Juifs et croire au Père de Jésus "avalise" les actes du Père de Jésus. Et il suffit de comparer leurs actes respectifs pour voir ce que nous avalisons, et nous serons jugés sur cela.

*******

Madeleine 02/11/2015 16:25

En clair, quand Yahvé impose à Job de lui soumettre l'entièreté de son esprit jusqu'au "je ne dirai plus rien" de Job, et quand il lui donne en échange de l'argent et du bétail : si nous trouvons que Yahvé a raison d'agir ainsi, si nous en faisons notre dieu, alors nous avalisons cet acte d'échanger un "être pensant" contre des "avoirs" et nous acceptons que la divinité (y compris nos gouvernements) nous prenne notre esprit contre des avoirs (on a vu en Russie et ailleurs que cela pouvait aller jusqu'au meurtre des intellectuels).

Il suffit de regarder le monde actuel pour voir à quel point cela a bien fonctionné, puisque la plupart des gens n'ont plus d'esprit indépendant et ne cherchent plus spécialement à être intelligents, vigilants et conscients, mais sont devenus des acharnés qui veulent posséder de l'argent et des avoirs!

Ou quand Yahvé ordonne de mettre à mort l'homme qui couche avec l'homme : si nous en faisons notre dieu, alors nous avalisons "en nous" le mépris de Yahvé envers les homosexuels et même le meurtre de certains d'entre eux dans plusieurs pays du globe, et ce, encore aujourd'hui en 2015. Et nous serons jugés sur cette complicité tacite, car nous serons jugés sur le contenu de "notre" esprit.

Enfin, quand nous trouvons normal que Yahvé divise le peuple-monade de Babel et le change en peuple-nomade pour mieux régner sur lui (Genèse 11:6-8), si nous en faisons notre dieu, cela veut dire que nous avalisons psychologiquement cette "division du Un" et cette dispersion, et cela n'ira pas sans dégâts sur notre propre psychisme (schizophrénie et personnalités multiples, par ex). Idem quand Yahvé divise l'androgyne Adam-Eve en homme + femme, provoquant les dégâts relationnels que nous vivons (misogynie et misandrie, machisme et MLF, mais aussi complexe d'Œdipe, etc).

*******

"Lorsque vous ferez le deux Un, vous entrerez dans le Royaume." (Thomas, 22)

Par contre, si nous cautionnons le Père de Jésus, nous avalisons la bonté et l'absence de tout mal, nous avalisons la vérité et l'absence de tout mensonge. Mais aussi "notre" unité intérieure ("le Père et moi sommes Un"), la connaissance, "notre" liberté de vivre sans être jugé car le Père ne juge pas, la paix des sens, l'androgynat relationnel donc l'absence de toute séduction, la liberté de penser donc l'absence de toute soumission. Sans parler de la liberté du culte puisque le Père demande à être adoré seulement "en esprit et en vérité".

Dis-moi quel Dieu tu cautionnes et je te dirai qui tu es...

*******

Madeleine 24/10/2015 09:14

En plus de témoigner des véritables paroles de Jésus (Jean 15:26), le travail du Paraclet est de juger le chef de ce monde (Jean 16:11) mais aussi de oindre les disciples de l'huile de la vie éternelle par la connaissance du Salut (Hypostase des Archontes, NH II-4).

Ces trois tâches du Paraclet peuvent être réalisées conjointement, comme on le verra dans les commentaires ci-dessous.

*******

A propos de Yahvé-YHWH ''différent'' du Dieu de Jésus:

On peut déjà souligner, c'est important, que les trois fois où le nom ''Seigneur'' (Kyrios en grec pour remplacer le Tétragramme hébraïque) est utilisé pour parler d'un dieu et non de Jésus, dans le quatrième évangile précisément, se trouvent uniquement dans des épisodes où des Juifs parlent, et non Jésus ou ses disciples :

- en Jean 1:23 quand Jean-Baptiste cite Esaïe
- en Jean 12:13 quand la foule acclame Jésus
- en Jean 12:38 dans une citation d'Esaïe

Dans le quatrième évangile, ni Jésus ni aucun de ses disciples n'emploient jamais Kyrios pour parler de Dieu mais toujours Theos ou Patêr. S'il s'agissait du même dieu que le YHWH des Juifs, l'auteure n'aurait pas fait cette différence permanente, sans exception aucune.

*******

Madeleine 22/10/2015 15:47

''En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole et croit à celui qui m'a envoyé possède la vie éternelle et ne vient pas en jugement, mais il est passé de la mort à la vie.'' (Jean 5:24)

On trouve, dans ce verset d'une importance inouïe, la ''promesse'' faite par Jésus que celui qui croit en Dieu (son Père et pas Yahvé-YHWH*) possède la vie éternelle et est donc sauvé de la mort. Alors, ou bien Jésus est un doux rêveur qui raconte n'importe quoi... ou bien il dit la vérité et nous donne ici la VOIE de la Résurrection...

* YHWH ne désigne pas le vrai Dieu, ce sont simplement les quatre consonnes du nom Yahvé, celui que Jésus traite de Diable en Jean 8:44. Donc utiliser le tétragramme pour traduire ''Theos'' dans les textes chrétiens, ou pour parler du Père de Jésus, est un vrai blasphème contre l'Esprit et ce blasphème ne sera pas pardonné (sauf repentir), que cela soit rappelé ici (Matthieu 12:31)...

*******

Madeleine 22/10/2015 07:35

D'après ce que je lis à gauche et à droite, je crois que le travail du Paraclet n'est pas bien compris : il doit emmener le disciple vers l'Apostasie (= séparation, dissidence) d'avec l'Ancien Testament, car cette Apostasie EST le Salut :

''Ce n'est pas comme l'a dit Moïse.'' (Apocryphon de Jean)

''La vie éternelle, c'est qu'ils te connaissent, toi le seul véritable Dieu.'' (Jean 17:3)

''Je leur ai fait connaître ton nom.'' (Jean 17:26)

''C'est pour un jugement que je suis venu en ce monde.'' (Jean 9:39)

''Vous, vous avez pour père le Diable.'' (Jean 8:44)

Pour cela le Paraclet doit rappeler les véritables paroles de Jésus, c'est-à-dire ses paroles SCHISMATIQUES que des siècles de ''Pères de l'Eglise'' judéo-chrétiens ont méthodiquement déformées au profit du système du Diable, un système ouvertement voué à la reddition finale de toute indépendance d'esprit (voir le Livre de Job, pour ceux qui savent lire).

L'Apostasie, donc le Salut, est un CHOIX définitif à faire : il faut impérativement détruire le système du Diable en nous si l'on veut vivre en suivant le système de Dieu. On ne peut pas construire une nouvelle maison sur l'ancienne, il faut d'abord détruire celle-ci entièrement: ''On ne verse pas du vin nouveau dans de vieilles outres, de peur qu'elles ne se rompent.'' (Thomas, logion 47)

Donc il faut choisir entre Dieu et Diable, il n'y a pas de ''no man's land'' complaisant où l'on peut se permettre de fricoter avec le Diable et ses diverses récompenses/appâts (argent, réputation) tout en louant Dieu et Jésus d'un autre côté (tels les gourous pseudo-spiritualistes actuels). Car Dieu vomira de tels hypocrites:

''Je connais tes oeuvres, que tu n'es ni froid ni bouillant. Je voudrais que tu fusses ou froid ou bouillant ! Ainsi, parce que tu es tiède et que tu n'es ni froid ni bouillant, je vais te vomir de ma bouche. Parce que tu dis: je suis riche, et je me suis enrichi, et je n'ai besoin de rien, et que tu ne sais pas que, toi, tu es le malheureux et le misérable, et pauvre, et aveugle, et nu.'' (Apocalypse 3:15-17)

*******

Mais attention à la ''tension des opposés'' car choisir Dieu n'ira pas sans réaction du Diable, sans réveil de la Bête et de son armada d'esclaves:

''Un serviteur ne peut servir deux maîtres : s'il honore l'un, l'autre il l'offensera.''
(Thomas, logion 47)

Le combat psychique (manifesté ou non) sera rude entre Dieu et Diable, car il s'agira pour l'un ou l'autre de récupérer cette âme, et tous les moyens seront bons. Ce doit être pour cela que si peu de gens, finalement, choisissent Dieu et préfèrent continuer de ''vendre leur âme au Diable''. Ils oublient qu'une vie terrestre est très vite passée, et que leur âme définitivement morte sera le prix de ce profit bien précaire:

''Jésus a dit : Il y avait un homme riche qui avait beaucoup de capitaux. Il dit : Je vais investir mes capitaux pour semer, moissonner, planter, remplir mes greniers de fruits si bien que je ne manquerai de rien. Voilà ce qu'il pensait, en son coeur, et cette nuit-là il mourut. Celui qui a des oreilles, qu'il entende.'' (Thomas, logion 63)

*******

Ainsi le travail du Paraclet, incarnation de l'Esprit Saint donc de la Mère divine, est un travail de ''réveil'' et d'encouragement et non de ''consolation'', car cette consolation viendra d'elle-même baigner le disciple quand le Diable sera définitivement détruit en lui, et quand Dieu sera définitivement acquis:

''Jésus a dit : Si vous acquérez ceci en vous, ce que vous avez vous sauvera ; si vous n'avez pas ceci en vous, ce que vous n'avez pas en vous vous tuera.'' (Thomas, logion 70)

''Ma mère véritable m'a donné la vie.'' (Thomas, logion 101)

*******

Madeleine 22/10/2015 15:57

On peut faire un parallèle avec le Grand Oeuvre alchimique, où il s'agit selon la Tradition de transmuer le plomb corruptible en or incorruptible.

Ce qui donne :

Plomb = Saturne = Samedi = jour de Yahvé
Or = Soleil = Dimanche = jour de Dieu.

*******

Madeleine 31/05/2015 13:14

Le Paraclet que Jésus promet à ses disciples sera une femme qui incarnera l'Esprit Saint - tout comme Jésus incarna l'Esprit - et sa venue sur Terre marquera le début de la fin du monde. Ce sera une femme qu'il vaudra mieux ne pas ignorer car son ''jugement dernier'' sera souverain:

''Ne m'ignorez en aucun lieu non plus qu'en aucun temps.
Gardez-vous de m'ignorer! Car c'est moi la première et la dernière.

C'est moi la sentence et l'acquittement.
C'est moi le juge, c'est moi le plaidoyer*.''

http://www.naghammadi.org/traductions/textes/tonnerre_intellect_parfait.asp

* on reconnaît ici le Paraclet.

*******

Cela dit, avec la procréation anarchique qui le détruit lentement mais sûrement,
ce monde ne s'est-il pas déjà jugé lui-même ?

*******

Madeleine 30/05/2015 10:54

Jean 14:26: ''to Pneuma to Agion''

= l'Esprit le Saint (ou le Sanctuaire).
= quelqu'un qui porte Dieu en soi, un sanctuaire, un contenant.
= quelqu'un que l'on peut attrister (Ephésiens, 4:30).
= donc il s'agit de quelqu'un, d'un être spirituel.

*******

L'évangile selon Jean distingue deux formes de ''paraklêtos'':

1. Une identité spirituelle qui s'incarne, comme Jésus, dans un humain:

- Jean 14:26 (avec un ''P'' majuscule)
- Jean 15:26 (avec un ''P'' majuscule)
- Jean 16:7-15 (avec un ''P'' majuscule)

2. Une énergie spirituelle disponible pour les disciples de Jésus:

- Jean 14:16-17 (avec un ''p'' minuscule)

*******

Madeleine 30/05/2015 10:52

Ma traduction de Jean 16:7-11:

''Mais moi, je vous dis la vérité: il vous est profitable que, moi, je me retire car, tant que je ne me retire pas, le Paraclet ne viendra pas vers vous; mais si je m'en vais, je l'enverrai vers vous.

Et lui, venant, confondra le monde au sujet de la faute, et au sujet du jugement, et au sujet de la sentence.

Au sujet de la faute, parce qu'ils n'ont pas foi en moi. Au sujet du jugement, parce que chez le Père je me retire, et vous ne me contemplez plus. Au sujet de la sentence, parce que le chef de ce monde a été jugé.''

*******

Ici Jésus est implacable, et prophétise trois étapes:

- il constate la faute du monde de ne pas avoir eu foi en lui.
- ce mépris envers lui fait qu'il retourne vers son Père.
- la sentence tombe: le chef de ce monde est condamné.

Jésus enseigne donc à ses disciples qu'il est profitable, pour ''eux'' mais pas pour le monde, que le jugement soit rendu par le Paraclet et qu'il est donc profitable que celui-ci vienne sur terre pour juger le monde. Car s'il n'y a pas de jugement, il n'y a pas de fin du monde. Et s'il n'y a pas de fin du monde, il n'y a pas de triage possible (encore un jeu de mots chez Jean: ''krisis'' veut dire en même temps sentence, triage et séparation). Et s'il n'y a pas de triage, il n'y a pas de retour au Père pour ''ses'' disciples.

On voit ce triage et cette ''libération'' des esclaves de Jésus en Matthieu 13, chapitre très important à lire (le triage eschatologique fait par les ''anges'' de Jésus, entre le bon grain et l'ivraie, entre ceux qui ont été semés sur cette planète par Jésus (= Vénus) et ceux qui ont été semés par l'Adversaire (= Mars) pendant que les premiers dormaient).

*******

Madeleine 30/05/2015 10:50

Le ''chef de ce monde'' qui est jugé (Jean 16:11) est forcément son Créateur, et ce n'est pas Satan comme beaucoup d'exégètes ''conditionnés'' veulent nous le faire croire.

Et ''archôn'' n'a jamais voulu dire ''prince'' comme c'est communément traduit par eux mais ''chef, commandant'' et, pour les gnostiques: ''archonte''. D'ailleurs le même Jean nous donne une idée de l'identité réelle de cet Archonte, dans son Apocryphon:

''Alors le Premier Archonte fit sortir d'Adam une partie de sa puissance et créa un autre modelage, en forme de femme, à la ressemblance d'Épinoia qui s'était manifestée à lui. Et il plaça dans le modelage féminin la partie qu'il avait soustraite à la puissance de l'homme et non pas comme l'a dit Moïse: “la côte de celui-ci”. Alors Adam vit la femme auprès de lui.''

http://www.naghammadi.org/traductions/textes/livres_secrets_jean.asp

*******

Présentation

Introduction

 

"C'est moi la Fiancée, et
le Fiancé c'est mon mari
qui m'a engendrée; c'est
moi la mère de mon père
et la soeur de mon mari
et c'est lui mon rejeton."

Le Tonnerre

 

Nag Hammadi


Rechercher

Contact