"Moi je vais la guider
afin de la faire mâle
car toute femme qui
se fera mâle entrera
dans le Royaume."


Thomas 114

 

 

 

 

 

Marie-Madeleine au IXe siècle

 

 

 

"Depuis les premiers temps de l'Eglise et jusqu'à un Moyen Age tardif, des femmes ont usé du travestissement dans leur quête d'un corps mystique. Guerrières engagées dans leur mission, recluses ou ermites vivant hors du monde, elles sont autant de modèles dans la culture chrétienne, la demande sociale et croyante engendrant à son tour des figures travesties.

Actes et Vies de saintes qui ont réellement existé, hagiographies et légendes populaires qui les ont transformées ou inventées, racontent leur conversion et leur pouvoir miraculeux. Pourtant, le Deutéronome (XXII, 5) interdit à toute femme de prendre habit d'homme, et les autorités de l'Eglise condamnent à partir du IVe siècle ces pratiques prônées par un grand nombre d'hérésies, liées au développement de la vie ascétique des femmes."

 

Saintes travesties

 

 

commentaires

Madeleine 29/01/2015 16:51

Où l'on voit, ci-dessous, que la seule chose qui légitimise un homme par rapport à une femme lors d'une candidature à la prêtrise, c'est qu'il a des ''bijoux de famille'' et qu'elle n'en a pas. Dans le catholicisme, la ''personne du Christ'' est ainsi définie par ce que Jésus avait en dessous de la ceinture. C'est intéressant...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ordination_des_femmes_dans_l'Église_catholique

*******

Si on prenait l'argument ''in persona Christi'' au mot, il n'y a que des androgynes qui pourraient être prêtres. Heureusement, pour Dieu, c'est le cas:

''Jésus a dit: Beaucoup se tiennent à la porte, mais ce sont les unifiés qui entreront dans la chambre nuptiale.'' (Thomas, logion 75)

*******

Madeleine 27/01/2015 20:40

A propos des épîtres de Jean qui seraient signées ''L'Ancien'':

L'adjectif ''presbúteros'' veut bien dire ''plus ancien, plus vieux''.
Mais le substantif ''ó presbúteros'' veut seulement dire ''le prêtre''.

*******

Marie-Madeleine tient parfois un encensoir, comme on l'a vu plus haut.
Mais ci-dessous, elle porte aussi le ''pallium'' (les croix sont visibles):

(pour voir l'agrandissement, reconstituer le lien)

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/a5/
Weitensfeld_Magdalenenstrasse_Filialkirche_hl_Maria
_Magdalena_Magdalenenscheibe_Kopie_06042013_291.jpg

*******

''Thy head is the great chief of the temple.''

http://www.sacred-texts.com/chr/gno/gjb/gjb-2-2.htm

*******

''Ne t'occupe pas de moi, car je ne suis pas encore monté vers mon Père.
Mais va vers mes frères et dis-leur: je monte vers mon Père et votre Père,
et mon Dieu et votre Dieu.'' (Jean 20:17)

''Va et dis-leur'': toute la vocation d'un prêtre se trouve décrite dans ces mots.
Et ces mots sont dits à une femme, Marie-Madeleine.

Et les femmes n'auraient pas le droit de devenir des prêtres ?

*******

Madeleine 21/01/2015 11:57

"Jésus lui dit: Femme, pourquoi pleures-tu ?" (Jean 20:15)
"Jésus lui dit: Marie! Elle, convertie, lui dit en hébreu: Rabbouni!" (Jean 20:16)

*******

De "Femme" à "Marie", sous la plume d'Ambroise:

"Celle qui ne croit pas est femme et désignée encore par la qualité de son sexe selon le corps; car celle qui croit arrive à l'homme parfait, à la mesure de l'âge achevé du Christ; elle n'a plus son nom du siècle, le sexe de son corps, la mobilité de la jeunesse, le bavardage de la vieillesse."

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/mefr_1123-9883_1992_num_104_1_3219

*******

J'ai choisi de traduire "strapheisa" (Jean 20:16) par "convertie" car, sans cela, les deux retournements successifs n'auraient pas de sens. Ici, le premier retournement est physique, le second est psychique: l'âme "se retourne" intérieurement vers le ciel,
c'est la metanoïa.

Ainsi, par sa conversion, Marie-Madeleine devient un homme: elle peut donc prendre la parole en public et Jésus peut l'envoyer témoigner à des hommes de ce qu'elle a vu:

"Va vers mes frères et dis-leur." (Jean 20:17)

*******

Madeleine 20/01/2015 14:25

Pourquoi la personne représentée sur le plat de couverture de l'évangéliaire de Lorsch ne peut pas être Zacharie ?

D'abord pour les raisons que j'ai données ci-dessus et qui sautent aux yeux.
Mais surtout parce que, dans toute l'histoire de l'Art, on ne trouve pas une seule représentation de la Vierge à l'enfant entourée de Jean-Baptiste et de Zacharie. Par contre, on trouve de nombreuses représentations de la Vierge à l'enfant entourée de Jean-Baptiste et de Marie-Madeleine, comme ci-dessous:

http://www.wga.hu/html/c/cima/2/16madchi.html

http://www.wga.hu/html/m/memling/2middle3/14tripti.html

http://www.wga.hu/html/p/palma/vecchio/virgin_c.html

Donc je ne suppose pas qu'il s'agisse de Marie-Madeleine. Je l'affirme.

Et puisque cet évangéliaire faisait partie des livres se trouvant dans les domaines royaux de Charlemagne, fin du VIIIe siècle, cette "Marie-Madeleine barbue" était manifestement tout à fait acceptée telle quelle, avec sa barbe, à cette époque.

*******

Je pense qu'on peut en déduire que Jésus, donc le Christianisme, est né de l'union de deux courants religieux qui se sont rencontrés (certainement en Samarie, lieu colonisé par les Assyriens): le Judaïsme* qui est représenté par Jean-Baptiste et par l'âne dans la crèche, d'une part, et le culte d'Ishtar, précisément, représenté par Marie-Madeleine
et par le taureau (et non le boeuf) dans la crèche, d'autre part.

* plus certainement l'ultra-Judaïsme de Qumrân et de "Melchisédech". Ne pas oublier que Jean baptise à Aenon, près de Salem, et cette précision (donnée par MM en Jean 3:23) n'est pas anodine puisque Melchisédech était appelé roi de Salem.

*******

Ainsi, on peut rapprocher cette représentation de MM de celle d'Ishtar barbue:

"Femme, elle était aussi mâle et elle est occasionnellement représentée avec une barbe. En assumant un caractère androgyne, elle était comme la planète Vénus, qui était féminine en tant qu'étoile du soir mais mâle en tant qu'étoile du matin, et elle possédait le pouvoir de changer les femmes en hommes et les hommes en femmes."

http://www.digitorient.com/wp/wp-content/uploads/2008/12/Parpola-Istar.pdf

*******

Madeleine 19/01/2015 15:06

Cela dit, Marie-Madeleine devait très certainement s'être travestie en homme pour pouvoir enseigner. Et même possiblement avec une barbe comme on le voit sur l'évangéliaire de Lorsch, ci-dessous (où les historiens de l'Art voient Zacharie, au mépris de toute vraisemblance: on aperçoit un sein droit discret, la personne est
jeune, les hanches sont celles d'une femme, les habits sont féminins, etc):

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Lorsch_schefers2000_pl01.jpg

*******

Quant à l'encensoir, il est parfois vu dans la main de Marie-Madeleine, montrant ainsi son lien avec le Temple:

http://www.wga.hu/html/zgothic/stained/13c/12g_1250.html

http://www.raymond-faure.com/Halberstadt/Halberstadt_Dom/halberstadt-dom-chorumgang.html

*******

Ci-dessous, Marie-Madeleine en habits sacerdotaux et tenant un encensoir:

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Magdalenenscheibe.jpeg

Si on trouve si peu de représentations de Marie-Madeleine avant le XIIIe siècle, c'est peut-être à cause de ses habits sacerdotaux, justement, comme sur ce vitrail ou sur l'évangéliaire de Lorsch...

*******

Madeleine 18/01/2015 19:45

Le logion 114 de Thomas en entier:

"Simon Pierre leur dit: Que Mariam sorte de parmi nous, car les femmes ne sont pas dignes de la vie. Jésus dit: Voici, moi je vais la guider afin de la faire mâle, en sorte qu'elle devienne elle aussi un esprit vivant semblable à vous les mâles, car toute femme qui se fera mâle entrera dans le Royaume des cieux."

*******

Dans l'Enseignement de Silvanos (NH VII-4), on lit ceci à propos du mot "mâle":

"L'essence de l'intellect, c'est-à-dire l'intellection, si tu la rejettes loin de toi, tu as retranché le mâle, tu t'es tourné vers la femelle seule."

On voit qu'il s'agit moins, pour Marie-Madeleine, de devenir un mâle, ou un homme, que de recevoir en elle la puissance de l'Intellect. Et cette puissance de l'Intellect, Jésus se propose de la lui donner en la "guidant", en lui donnant l'enseignement (voir l'Evangile de Marie où l'on apprend qu'elle a reçu même davantage que les disciples masculins).

Il y a deux mille ans, une femme avait juste le droit - et surtout le devoir - d'être une "femelle": un ventre à engrosser et une ménagère soumise au foyer et aux enfants
(voir Tite 2:5, entre autres). Comment, dans ces conditions, pouvoir apprendre à "être" puisque cet apprentissage passe forcément par la conscientisation, l'intellection ?

Et puisque cette puissance "mâle" lui permettrait d'entrer dans le Royaume des cieux, alors la lui refuser n'est pas seulement soumettre la femme ici-bas, mais aussi la damner dans l'au-delà...

*******

Madeleine 17/01/2015 16:57

"Dans les dialogues gnostiques du Sauveur, Marie-Madeleine remplit une fonction analogue à celle du disciple bien-aimé dans l'Evangile de Jean: elle est une figure exemplaire de la foi, de la compréhension et de la connaissance du Sauveur et de sa révélation; pour cette raison, elle est reconnue (dans l'Evangile de Marie: par Pierre lui-même) comme la médiatrice et l'interprète autorisée des paroles du Sauveur.

De deux choses l'une: ou bien les écoles gnostiques ont développé des légendes propres, ou bien l'on doit reconnaître que Marie-Madeleine a joué du temps de Jésus ou dans certains milieux du christianisme primitif un rôle historique particulier. Celui-ci se reflète dans les écrits de Thomas et dans des documents gnostiques qui en ont fait une figure fondatrice du christianisme au même titre que Pierre, Jacques et le disciple bien-aimé dans les cercles johanniques."

(...)

"Dans l'Evangile de Jean, le disciple bien-aimé entre en concurrence avec Pierre;
dans la littérature gnostique, c'est Marie-Madeleine qui reprend ce rôle."

François Vouga: "Les premiers pas du Christianisme" (Labor et Fides)

*******

Présentation

Introduction

 

"C'est moi la Fiancée, et
le Fiancé c'est mon mari
qui m'a engendrée; c'est
moi la mère de mon père
et la soeur de mon mari
et c'est lui mon rejeton."

Le Tonnerre

 

Nag Hammadi


Rechercher

Contact