"Or l'un de ses disciples, que
Jésus aimait (êgapa), était à
table dans le sein de Jésus."

Jean 13:23

 


"Elle court donc, et vient vers
Simon Pierre et l'autre disciple
que Jésus aimait (ephilei) …"

Jean 20:2

 

 

commentaires

Madeleine 20/10/2014 18:19

Si Jésus et sa "famille" d'apôtres étaient principalement des Hérodiens, alors on peut comprendre pourquoi les Juifs voulaient les mettre à mort: ils avaient la triple "tare" d'être à la fois des fils d'Esaü/Edom par Antipater père d'Hérode le Grand, des descendants hasmonéens par la reine Mariamne pour certains d'entre eux (dont Jacques et Marie-Madeleine), et des amis de Rome pour tous...

*******

Les âges respectifs:

Je vois naître Jésus Hérode Simon en -17. Il sera déshérité du trône royal (AJ, Livre XVII, IV-2) en l'an -5 à l'âge de douze ans, âge où l'on perd la trace de Jésus dans la tradition chrétienne. En 30, il a 46 ans (Jean 2:20) et en 33, il a 49 ans (Jean 8:57).

Hérode de Chalcis/Jacques est né vers -11 (moyenne entre le mariage d'Aristobule
en -15 et sa mort en -7). En 30, il a entre 36 et 44 ans.

Idem pour sa soeur Mariamne/MM. En 30, elle a entre 36 et 44 ans.
Ses actes montrent une femme qui a l'âge de savoir ce qu'elle fait.

Aristobule/Jude a dû naître vers l'an 9 (Hérode de Chalcis s'est marié adolescent).
En 30, il a donc environ 21 ans. Un âge correct pour être apôtre.

Salomé, fille de Jésus, serait née vers l'an 14.
(Jésus avait 30 ans et Hérodiade entre 20 et 28 ans)
En 30, elle a 16 ans quand elle danse devant Antipas.

*******

Si Jésus est Hérode Simon, petit-fils de Simon Boéthus, son épouse "légitime" n'est pas Mariamne III/MM mais Hérodiade, sa soeur. Et ils ont une fille, Salomé. Puis Hérodiade quitte Jésus "encore vivant" (AJ, Livre XVIII, V-4) pour s'unir à Hérode Antipas, tétrarque de Galilée. On comprend alors pourquoi Jésus, le mari officiel, devient gênant pour Antipas, au point qu'il veuille le faire mourir. Sans parler des raisons politiques, notamment du droit légitime de Jésus à être roi des Juifs (AJ, Livre XVII, III-2).

Et Jésus Hérode Simon vit en Samarie, à Césarée Maritime précisément (AJ, Livre XVIII, V-1). C'est certainement pour cela que les Juifs lui disent: "N'avons-nous pas raison de dire que tu es un Samaritain ?" (Jean 8:48)

*******

La Salomé qui suit Jésus, dans les évangiles, serait donc sa propre fille et on la retrouve logiquement achetant des aromates pour embaumer son père (Marc 16:1).
Il existerait ainsi une descendance de Jésus par Salomé, car elle eut trois fils de son deuxième mariage avec Aristobule, fils d'Hérode de Chalcis (donc avec Jude Thaddée, selon ma proposition du commentaire précédent).

Ces trois fils: Hérode, Agrippa et Aristobule, seraient donc trois petits-fils de Jésus lui-même. Et leur descendance - donc celle de Jésus - serait à chercher du côté de l'Arménie Mineure et de la famille de Jude Thaddée ou Addaï. Du même coup, on comprend pourquoi Jésus confie son enseignement à Addaï via Jacques le Juste,
si Addaï est son beau-fils et donc le père de ses petits-enfants.

Dans mon thème:

Silentium Salome (4')

Le silence de l'Histoire ?

A propos du prénom Salomé: nulle part, dans les évangiles, il n'est écrit qu'une Salomé serait la mère de Jacques et Jean. C'est important à préciser "en soi" mais aussi puisque, selon moi, la mère de Jacques et Jean était Bérénice, la nièce d'Hérode le Grand.

*******

Quant à Marie-Madeleine, on peut penser qu'elle devint la compagne de son beau-frère IHS quand celui-ci fut quitté par Hérodiade. C'est peut-être pour cela qu'on parle d'elle en tant que sa compagne et non en tant que sa femme.

*******

Si vous trouvez des incohérences dans tout ceci, merci de me les signaler ;)

*******

Madeleine 18/10/2014 19:33

J'ai ainsi retrouvé la trace historique de quatre apôtres sur les Douze:

- Jésus est Hérode Simon (IHS), petit-fils de Simon Boéthus.

- L'apôtre Philippe est Hérode Philippe, fils de Cléopâtre de Jérusalem.
- L'apôtre Jacques le Grand ou le Juste est Hérode de Chalcis.
- L'apôtre Jean ou Marie-Madeleine est Mariamne III sa soeur.
- L'apôtre Jude Thaddée ou Addaï est Aristobule d'Arménie Mineure.

*******

Madeleine 18/10/2014 19:27

Dans les évangiles, la liste des Douze comporte un certain:

- Lebbée surnommé Thaddée (chez Matthieu)
- Thaddée (chez Marc)
- Jude de Jacques (chez Luc)

On peut déduire de la comparaison des trois listes des Douze que l'apôtre Thaddée = Jude de Jacques. Et puisque le mot "frère" n'est pas indiqué en grec, on peut penser que ce Jude n'était pas le frère de Jacques mais son fils.

Thaddée est confondu avec Addaï, selon la tradition chrétienne.

Et dans la Première Apocalypse de Jacques (NH V-3), Jésus demande à Jacques
de révéler ses paroles secrètes à un certain Addaï, comme s'il était son héritier.

On peut conclure de tout ceci que l'apôtre Jude Thaddée ou Jude Addaï est fils de Jacques le Juste.

*******

Ceci étant posé, on peut lire, dans les Antiquités Judaïques (Livre XX, VIII-4), que
Hérode de Chalcis eut, de sa femme Mariamne, un fils nommé Aristobule.

Donc, si je prétends qu'Hérode de Chalcis = Jacques le Juste, cet Aristobule devrait être Jude Thaddée ou Jude Addaï!

Or, que sait-on de cet Aristobule fils d'Hérode de Chalcis ? Qu'il reçut de Néron le gouvernement de l'Arménie Mineure. Or, n'est-ce pas en Arménie Mineure précisément que l'apôtre Jude Thaddée ou Addaï fut envoyé ?

CQFD... Et la cerise sur le gâteau se trouve en AJ Livre XX, X-3:

"Hyrcan, après avoir joui de cet honneur pendant trente ans, mourut vieux en laissant
la succession à Judas surnommé Aristobule."

On voit ci-dessus que le prénom Judas avait pour correspondance le prénom Aristobule! Et donc voilà encore une solide présomption à apporter à ma thèse que Jacques le Juste était Hérode de Chalcis, que son père adoptif Theuda était Theudion, que sa femme Mariamne était Marie de Jacques, et que son fils l'apôtre Jude Thaddée ou Jude Addaï était Aristobule d'Arménie Mineure.

Enfin, dans les synaxaires, Addaï est bien appelé "apôtre".
Et il fut le premier évêque d'Edesse... en Arménie Mineure.

*******

Madeleine 16/10/2014 16:35

Ci-dessus, j'écris:

"Or, concernant le Temple, un des frères de Mariamne III en reçut justement l'administration, "tout comme" Jacques: il s'agit d'Hérode de Chalcis."

Ce n'est pas une allusion à ce qu'écrit Eusèbe sur Jacques, évidemment. L'histoire chrétienne retient que Jacques le Juste devint le premier évêque de Jérusalem, et ce mot d'évêque est à comprendre comme "administrateur" de la communauté:

"Avant le Christianisme, le terme était utilisé pour désigner toutes sortes d'administrateurs".

http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89v%C3%AAque

*******

Pour le passage concernant Hérode de Chalcis:

"Hérode, frère du feu roi Agrippa, à qui était confié à ce moment le gouvernement de Chalcis, demanda aussi à l'empereur Claude la libre disposition du Temple, du trésor sacré et le choix des grands pontifes, et il obtint tout cela." (AJ XX, I-3)

Et Hérode ne se prive pas d'exercer son pouvoir:

"Hérode, roi de Chalcis, après avoir dépouillé du grand pontificat Joseph fils de Cami, lui donna pour successeur dans cette charge Ananias, fils de Zébédée." (AJ XX, V-2)

Un fils de Zébédée, comme le monde est petit ;)

*******

Madeleine 16/10/2014 10:42

D'un point de vue historique...

Puisque je pense que Marie-Madeleine est Mariamne III, fille d'Aristobule et de Bérénice et petite-fille d'Hérode le Grand, et puisque je pense qu'elle a pris le nom masculin de Jean (voir Thomas, logion 114), alors par syllogisme, Jean étant frère de Jacques, ce dernier devrait être un frère de Mariamne III.

Or, concernant le Temple, un des frères de Mariamne III en reçut justement l'administration, "tout comme" Jacques: il s'agit d'Hérode de Chalcis. De plus, Jacques le Juste avait pour père un certain Theuda, comme on l'a vu plus haut. Et Hérode de Chalcis eut, très jeune, pour père adoptif (Aristobule ayant été assassiné en -7) un certain Theudion.

Theuda, Theudion... quel hasard...

Donc si Jean est MM alias Mariamne III, alors Jacques pourrait être Hérode de Chalcis, son frère aîné. Tout comme une certaine Mariamne, chez les Naasséens, a pour frère un certain Jacques. Cela fait un peu beaucoup de coïncidences, non ?

*******

Il y a aussi une citation étonnante d'Augustin Calmet dans son dictionnaire, au nom Aristobule:

"D'autres le font père des apôtres saint Jean l'Evangéliste et saint Jacques le Majeur, et le confondent avec Zébédée; mais il est inutile d'entasser une foule de fables, puisque l'on sait qu'il n'y a rien de certain sur cet Aristobule."

http://456-bible.123-bible.com/calmet/A/aristobule.htm

Il s'agit d'un Aristobule cité par Paul (Epître aux Romains, 16:10) et contemporain de lui, donc il ne peut s'agir de l'Aristobule qui mourut en -7, fils d'Hérode le Grand et de Mariamne l'Hasmonéenne. Mais c'est tout de même ahurissant de voir cette confusion entre, précisément, un Zébédée et un Aristobule!

Donc je crois que cette "fable" est sortie tout droit de l'Inconscient Collectif, donc d'une mémoire historique oubliée, et qu'elle appuie mon hypothèse que "saint Jean l'Evangéliste et saint Jacques le Majeur" étaient bien des enfants (fille et fils) d'Aristobule, fils d'Hérode le Grand. Cet Aristobule serait alors leur père génétique et Zébédée/Theuda leur père adoptif, d'où la confusion qui a donné cette "fable".

*******

Dire encore que, parmi les femmes qui suivaient Jésus, il y a une certaine Marie de Jacques. Or Hérode de Chalcis épousa une Mariamne.

Enfin, si Jacques est bien Hérode de Chalcis, alors on pourrait comprendre pourquoi les Juifs le mettent à mort par lapidation: ils n'ont pas dû supporter que l'administration de leur Temple soit attribuée à un Hérodien, qui plus est nommé par un empereur romain...

*******

Hérode de Chalcis est mort en 48 (on ignore de quoi). S'il est Jacques, il peut avoir rencontré Paul la même année à Jérusalem (Actes 15:13), avant de mourir.

*******

Enfin, dans la Seconde Apocalypse de Jacques, la mère de celui-ci lui dit: "Ne sois pas effrayé, mon fils, de ce qu'il t'a dit: "mon frère". Car vous avez été nourris du même lait. C'est à cause de cela qu'il m'appelle "ma mère". Car il n'est pas un étranger pour nous. Il est le "frère" de ton père! Moi je ne suis pas [...]"

http://www.naghammadi.org/traductions/textes/apocalypse_jacques_2.asp

Elle dit à Jacques: "Il est le “frère” de ton père!"

Donc si Jacques est Hérode de Chalcis et si Jésus est Hérode Simon petit-fils de Boéthus comme je l'affirme dans mon article "Jésus Hérode Simon (IHS)", alors effectivement, Hérode Simon est bien le "frère du père" d'Hérode de Chalcis, ce père étant Aristobule! Demi-frère (par leur père commun Hérode le Grand) serait plus approprié et c'est peut-être pour cela que le terme "frère" est entre guillemets.

*******

Madeleine 16/10/2014 10:35

(dans cet article plus approprié, copie texto d'un commentaire d'Aletheias)

"Bonsoir ou bonjour Madeleine

Le titre de cet article est adéquat pour ma question :

Que penses-tu de ce passage d'Eusèbe chap. XXIII, 4 :« Jacques, le frère du Seigneur, reçut l'administration de l'église avec les apôtres. Depuis les temps du Christ jusqu'à nous, il a été surnommé le juste parce que beaucoup s'appelaient Jacques. Il fut sanctifié dès le sein de sa mère : il ne buvait ni vin ni boisson enivrante, ne mangeait rien qui ait eu vie ; le rasoir n'avait jamais passé sur sa tête ; il ne se faisait jamais oindre et s'abstenait des bains. A lui seul il était permis d'entrer dans le sanctuaire; car ses habits n'étaient pas de laine, mais de lin … »

Ce passage est étrange, on a l’impression que Jacques est de famille sacerdotale ? Non ? Car seul le grand prêtre (en tous cas un prêtre) pouvait rentrer dans le sanctuaire ? Non ?"

Madeleine 16/10/2014 10:40

Bonjour Aletheias,

Puisque la précision est donnée à propos de son vêtement de lin (végétal donc pur) à la place de laine (animale, donc impure), je suppose qu'il s'agit bien du Saint des saints et non d'un mot générique pour le Temple.

Donc je ne pense pas que cette citation d'Eusèbe soit très historique, car seul le Cohen Gadol avait le droit d'entrer dans le Saint des saints (et une fois l'an seulement, au moment de Yom Kippour). Or on connaît plus ou moins la liste des grands-prêtres de cette époque:

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/8/81/Kohanim.jpg

De plus Jacques a été poussé du pinacle du Temple puis ensuite lapidé par les Juifs, jusqu'à ce qu'il meure. Et ils n'auraient jamais fait ça à un de leurs grands-prêtres, j'imagine.

*******

Au passage, on notera la malhonnêteté intellectuelle d'Eusèbe...

*******

Madeleine 16/10/2014 10:24

"Et après six jours, Jésus prend avec lui Pierre,
et Jacques, et Jean son frère" (Matthieu 17:1)

"Et il ne permit à personne de le suivre, sinon à Pierre
et à Jacques et à Jean le frère de Jacques" (Marc 5:37)

"Et il prend avec lui Pierre et Jacques et Jean;
et il commença à être saisi d'effroi et fort angoissé" (Marc 14:33)

"Jacques, et Céphas, et Jean, qui étaient considérés
comme étant des colonnes" (Galates 2:9)

Des versets ci-dessus, on peut déduire de façon catégorique qu'il s'agit bien des deux fils de Zébédée et de Simon-Céphas, et que les trois forment ensemble les trois colonnes de Jésus, ses disciples privilégiés (ce que les exégètes ont déjà établi).

Cela étant acquis, alors on peut lire l'Epître apocryphe de Jacques ci-dessous en "sachant" désormais qu'il s'agit de Jacques, fils de Zébédée. Mais, à la lecture, on s'aperçoit qu'il s'agit de Jacques le Juste (14:1)! CQFD: Jacques le Majeur, fils de Zébédée, "était" Jacques le Juste. Et cela change beaucoup de choses, notamment à propos du pélerinage de Compostelle, mais aussi à propos de cette "invention" de la décapitation de Jacques frère de Jean en Actes 12:2, et aussi à propos de "l'autre disciple que Jésus aimait" qui accompagne Pierre quand Marie-Madeleine alias Jean vient retrouver les deux hommes, en Jean 20:2: ce disciple était donc Jacques le Juste.

Epître apocryphe de Jacques:

"Puisque tu m'as prié de t'envoyer un écrit secret qui m'a été révélé, à moi ainsi qu'à Pierre, par le Seigneur (...) Et alors que les douze (sic) disciples étaient une fois tous assis ensemble (...) Quant à vous, laissez-moi Jacques et Pierre, afin que je les emplisse! Et après qu'il eut appelé ces deux-là, il les prit à part et il ordonna aux autres de vaquer à leurs occupations."

http://www.naghammadi.org/traductions/textes/epitre_apocryphe_jacques.asp

L'analyse de cette Epître par les chercheurs de l'Université de Laval, à Québec, conclut à une rédaction par Jacques le Juste. Or Jacques le Juste n'a jamais fait partie des Douze, sauf s'il est Jacques de Zébédée, comme je le démontre ici (Jacques le Mineur doit être écarté d'office car il est insignifiant dans le NT).

*******

Madeleine 01/04/2014 15:06

En Actes 12:2, il est écrit qu'Hérode fit mourir par l'épée Jacques, le frère de Jean.

C'est totalement imaginaire puisque, en Actes 12:17, Pierre dit aux disciples de rapporter à Jacques (avec qui il demeure depuis le début, donc il s'agit bien de Jacques de Zébédée, une des trois colonnes) comment il a pu sortir de sa prison. Et, en Actes 15:13, Jacques prend la parole devant Barnabé et Paul.

Donc le passage en Actes 12:2 est un rajout ultérieur dont l'auteur aurait pu lire les Actes jusque 12:17, cinq versets plus loin...

Ce n'est pas négligeable au niveau exégétique puisque j'affirme que Jacques le Majeur, fils de Zébédée et première colonne du Christ, est le même homme que Jacques le Juste. Et Jacques le Juste ne mourut pas sous l'épée mais par lapidation, après avoir été poussé du pinacle du Temple (voir la "Seconde Apocalypse de Jacques" où on lira que le père de Jacques est Theuda et non Zébédée; mais Theuda veut dire "don de Dieu" et Zébédée ou Zebdaios veut également dire "don de Dieu"):

http://www.naghammadi.org/traductions/textes/apocalypse_jacques_2.asp

Au passage, on y lit que Jésus dit "mon bien-aimé" à Jacques le Juste...

*******

En Galates 2:9, Paul annonce qu'il a rencontré à Jérusalem Pierre et Jacques et Jean. Ce sont là encore Simon-Pierre et les deux "fils" de Zébédée (dont Jean alias Marie-Madeleine), les trois privilégiés - colonnes selon Paul - de Jésus. Donc Jacques vivait encore quand Paul vint à Jérusalem.

Et s'il s'appelle Jacques "le Majeur", c'est parce qu'il fut le plus grand de tous: le premier évêque de Jérusalem. Et sa soeur - Mariamne de son vrai prénom, Marie la Madeleine pour l'Histoire - est celle qui est nommée par les Naassènes aux côtés de son frère Jacques. On trouve donc réunis, ici encore, les deux disciples bien-aimés. Tout se tient.

*******

A noter, pour compléter l'étude, l'évocation d'un "Jacques le Grand" dans le Livre du Grand Esprit invisible (NH III-2):

http://www.naghammadi.org/traductions/textes/livre_esprit_invisible.asp

Et, bien sûr, le logion 12 de l'Evangile selon Thomas:

"Les disciples dirent à Jésus: Nous savons que tu nous quitteras, qui sera grand sur nous ? Jésus dit: d'où que vous veniez, vous irez vers Jacques le Juste pour qui le ciel et la terre ont été faits."

On peut remarquer ici encore le mot "grand" pour désigner Jacques le Juste...

*******

Il n'y a pas de mention de "Jacques le Majeur" dans tout le Nouveau Testament, seulement une unique mention de Jacques le Mineur (Marc 15:40). Et le mot grec utilisé est "micros" qui veut dire "petit, peu considérable".

En toute logique, Jacques le Majeur veut donc dire "grand, considérable" et pas "aîné" comme on le traduit habituellement. Grand et considérable comme un premier évêque de Jérusalem ?

Enfin, ce logion 12 de Thomas me fait penser, comme je l'ai déjà dit sur ce blog, au pélerinage de Compostelle où l'on doit traditionnellement se rendre "d'où que l'on vienne", c'est-à-dire du seuil de notre habitation. C'est remarquable et... incompréhensible de trouver mention de cela dans un évangile si ancien...

*******

Madeleine 06/10/2014 16:35

Oui, dans la seconde Apocalypse de Jacques (Nag Hammadi), Jésus embrasse Jacques sur la bouche en lui disant: "mon bien-aimé":

"Et il me baisa la bouche et m'embrassa, en disant :
« Mon bien-aimé ! »"

http://www.naghammadi.org/traductions/textes/apocalypse_jacques_2.asp

Merci pour ces précisions à propos de la censure de Luc. Peut-être est-ce aussi parce que Jacques était gnostique, ce que Luc n'aura pas supporté ?

*******

Pour moi le Jean enterré à Ephèse cache Marie-Madeleine, enterrée initialement dans cette ville.

As-tu lu ma thèse sur Marie-Madeleine = Jean ? Pour moi, cela ne fait plus aucun doute. D'ailleurs "Jean" est absent de l'évangile de Thomas, de celui de Marie, du Dialogue du Sauveur, etc. Alors que "Marie" est présente auprès de Jésus. Tu ne trouves pas cette absence bizarre, pour le "disciple que Jésus aimait" ? ;)

http://magdala.over-blog.net/2014/02/marie-madeleine-est-jean.html

*******

Ps: remarque la différence entre êgapa et ephilei.
Ce ne peut être un hasard, chez le même auteur...

*******

aletheias 06/10/2014 12:43

Très intéressante étude !

J’avais remarqué aussi que le "Jean" des évangiles était fictif, sans savoir pourquoi.
Tu me donne une bonne piste d’étude, je te donnerai si tu le souhaite mes déductions.

Le jean dans le livre des Actes est Jean-Marc, un des douze disciples de Pierre (voir les homélies clémentine).

Le Jean d’Ephèse (confondu à tort avec "l’apôtre"), est en réalité un presbyte de cette région, comme on peut le constater dans les écrits de Papias rapporté par Eusèbe.

Il est intéressant de remarqué que l’autre disciple, devient un fantôme dans les synoptiques, par ex: quand dans Jean il cours avec Pierre, par contre, dans Luc, Pierre est seul à courir, étrange ? Non quand on sait, qu’il s’agissait d’un disciple de Pierre qui à corrompu l’Evangélion, la base de Luc, il à retirer les mentions de l’autre disciple (parmi d'autres choses et en à rajouté d'autre).

Qu’il s’agisse de Jacques est une piste très intéressante, quand ont voit dans l’Epître au Galates qu’ils étaient adversaires.

Il y a encore beaucoup de chose à dire…

Madeleine 26/03/2014 18:34

Quand Pierre et Jacques arrivent au tombeau, Jacques n'y pénètre pas bien qu'il y soit arrivé le premier. Cela s'explique par le fait qu'il était prêtre au Temple (voir la seconde Apocalypse de Jacques, NH V-4, 61) et il ne pouvait pas approcher un mort (voeu de naziréat). Ce n'est qu'après que Pierre ait constaté qu'il n'y a pas de cadavre dans le tombeau que Jacques peut y entrer sans rompre son voeu.

Si on a tant de détails précis à propos de cette scène, c'est parce que le disciple que Jésus aimait est là avec Pierre et Jacques, et ce disciple c'est Marie-Madeleine, celle qui vient juste de les prévenir! Tout est cohérent, comme on le voit. Ensuite Pierre et Jacques rentrent chez eux et Marie-Madeleine reste en pleurs près du tombeau (Jean 20:11).

Pour faciliter l'exégèse de l'évangile selon Jean: chaque fois qu'il s'y trouve la mention précise de "l'autre disciple" (allos mathêtês), il s'agit de Jacques. C'est ainsi qu'il est identifiable.

*******

Madeleine 26/03/2014 12:01

Comme je l'ai déjà précisé ailleurs sur ce blog, il y avait "deux" disciples que Jésus aimait: Jacques et Jean alias Marie-Madeleine.

- Marie-Madeleine est appelée "le disciple que Jésus aimait".
- Jacques est appelé "l'autre disciple". Il a ses entrées au Temple.

Pour Marie-Madeleine, "aimait" vient du grec "êgapa" (agapê: amour).
Pour Jacques, "aimait" vient du grec "ephilei" (philia: amitié).

C'est important à signaler...

Les trois colonnes sont Pierre et Jacques, toujours liés, et Marie-Madeleine alias Jean.
Pierre et Marie-Madeleine sont aussi toujours liés (évangiles de Marie, Thomas, Jean).

*******

Présentation

Introduction

 

"C'est moi la Fiancée, et
le Fiancé c'est mon mari
qui m'a engendrée; c'est
moi la mère de mon père
et la soeur de mon mari
et c'est lui mon rejeton."

Le Tonnerre

 

Nag Hammadi


Rechercher

Contact